# Critique BD

L’heure des lames — Rob Davis

L’heure des lames est une BD parue au mois de février aux éditions Warum. Une BD étrange de 164 pages qui se déroule dans un monde où les parents ne font pas d’enfants mais où les enfants créent leurs parents !

Un ado bizarre

Couv_269089Dans ce monde étrange — où les parents sont des entités faites de bric et de broc créées par les enfants, où les objets ont une âme, où des déités vivent dans les maisons, où il pleut des lames et non des cordes, où personne ne connait sa date d’anniversaire mais seulement sa date de mort — Scarper Lee est un ado associable presque comme les autres. Il sait qu’il ne lui reste plus que 3 semaines à vivre et rien ne semble pouvoir changer ça.

Un beau jour, la mystérieuse Véra Pike débarque dans sa vie. Une fille étrange qui tient par dessus tout à devenir son amie. Un vrai pot de colle qui attire les ennuis! Mais c’est avec elle et un certain Castro Smith qu’il va entamer une fugue épique à travers la ville!

Une BD folle

L’heure des lames est une BD initiatique qui traite de l’adolescence, de la parentalité, de l’amitié voire de l’amour MAIS (oui c’est un gros mais) c’est avant tout une BD complètement folle. En effet, Rob Davis, dessinateur de Judge Dredd, auteur pour le magazine Docteur Who et également auteur d’un diptyque sur Don Quichotte, s’est lâché dans le premier tome de cette trilogie avec L’heure des lames!

Le monde décrit dans cette BD est à la fois cruel, sombre, impropre à l’espoir et à la révolte menée par les protagonistes et l’absence de couleurs renforce encore plus cette sensation. Ce monde surréaliste et décalé est tout bonnement bluffant et on sent que l’auteur a aimé jouer avec l’absurde!

Mais si les dessins sont fous, l’histoire ne l’est pas moins et Rob Davis nous entraine dans un univers entier, comme une réalité déformée vue par les yeux des adolescents en pleine quête!

Le rendu est super! Fou! Oppressant! Original! Beau!

346

345

L'heure des lames est assurément une BD inclassable. Décalée, folle mais également assez sombre (d'ailleurs il n'y a pas de couleurs), elle nous emmène dans une monde surréaliste à la suite d'une groupe d'ados en pleine fuite.
  • Histoire folle
  • Beaux dessins en noir et blanc
  • Un monde surréaliste
  • Pas trop de clichés habituels sur l'adolescence
  • Faut attendre la suite pour avoir le fin mot de l'histoire

à suivre

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

à lire aussi

Articles similaires