# Concours

Gagnez des DVD Very Bad Trip

Bon vous savez j’ai adoré ce film, ce « bad » trip m’a donné un gros sourire, c’est donc avec plaisir certains que je vous propose de gagner les dvds de ce film !

HO-09871.jpg

Comment gagner ?

On va faire simple et compliqué comme d’habitude ! Les 3 meilleurs récits de cuite gagnerons le dvd, je sais que l’équipe Bargaming en a plein mais PLEIN, ils auront le droit de jouer mais pas de gagner alors essayer de faire mieux ( oui vous pouvez inventer mais essayer d’être « plausible » !)

Vous avez jusqu’à dimanche minuit pour me convaincre que oui, vous ne referez plus jamais ça ( ou pas !). Oubliez pas de me lire la critique pour voir ce qui nous avait plût !

Un petit extrait pour l’ambiance :

à suivre

Commentaires

19 réponses à “[Concours] Gagnez des DVD Very Bad Trip”

  1. jayer dit :

    Des concours comme je les aime !

    Nous étions dans étions dans un bar (le Zcafé station Notre de Dame de lorette – Paris) pour fêter le départ à l’étranger d’un camarade. Après une soirée riche en burgers et autre shots de vodkas, le tout agrémentés de plusieurs girafes de bières…
    Bien évidemment l’état général était … bon je vais être honnête on était des larves (moi moins que les autres car je bois peu de faon général). Deux de mes amis « Vincent » et « Alex » ont eu la formidable idée de partir en Velib pour rentrer chez eux.
    Bon je ne sais pas si vous avez déjà vu des mecs bourrés en velib mais c’est moche… Plusieurs bagnoles éraflées, des rétro éclaté et surtout pas mal d’égratignures dues à de nombreuses chutes.
    Au bout d’un moment des sirène d’agents de polices nous arrêtent.
    Moi, assez sobre, demande à mes amis de s’arrêter pour le contrôle.
    – Bonjour messieurs, vos papiers
    Je m’exécute immédiatement quand je vois « Vincent » regarder sournoisement les policier, prendre son velib et crier bien fort : « VOUS NE M’AUREZ JAMAIS MOUAHAHAHAH »
    et partit en trombe sur son vélo.

    S’en suit une poursuite policiers/mec bourrée vélib… qui se fini dans le caniveau (bah oui forcément… un vélo tracé par deux flics ce n’est pas très stable)

    Et là ! « Vincent » qui sort un truc du genre : je suis désolé, je suis au chomage, ma copine m’a larguée…

    Le flic plutôt sympa qui compatit contre toute attente …
    et « Vincent » qui lui dit en pleurant (fausses larmes) :
    – T’as une copine ?
    Le flic : Ouais…
    – Et bah… JE L’ENCUUUUULLLEEE !!!!!!

    Vincent passa la nuit au poste, récupéra quelques bleus…

    Mais qu’est-ce qu’on a rigolé !!!

  2. Choueps dit :

    Un petit comment’ sur la photo : Bien choisie sur tous les plans : une poule, une poule, encore une « poule » et un gros poussin !
    Pour la cuite … je cherche une bonne grosse muse 😉

  3. elchikito dit :

    par respect envers ma famille et vu que certaines procédures judiciaires sont toujours en cours, je ne participerai pas à ce concours.
    Mais je me marrerai bien en regardant vos commentaires.

  4. Praska dit :

    @jayer Raaaaaaaaaaaaah c’est bon ça ! putain bien joué, je le connais ce vincent, il me plaît !

  5. Zoontek dit :

    Pour fêter l’anniversaire d’un pote, et comme le veux la tradition chez les jeunes d’environ 18 ans, on s’est envoyé une murge.
    Vers 2h du matin, dans un état plutôt sommaire, on titube avec une bande de potes vers le trottoir, sachant que ma maison était situé le long d’une grande route où les gens sont « supposés » rouler à 50km/h). Armé de mon trépied et de mon caméscope, on joue aux faux gendarmes cachés derrière la haie, le tout faisant croire à un radar.
    Pendant environ 30 min, on s’éclatait comme des merdes en écoutant les coups de freins… jusqu’au passage de la police. LOL

  6. David dit :

    Pour mes (oui, oui « mes »^^) plus grandes cuites, ça risque d’être compliqué, étant donné que généralement, y a plus grand monde pour se souvenir de se qui s’est passé.

    Par contre, je me souviens d’une soirée assez mémorable. J’arrive chez mon pote qui devait nous mener à une fête organisé sans grande raisons, sinon celle de se marrer. Dés qu’il m’a ouvert, j’ai pu remarquer qu’il avait commencé la fête tout seul (à son allure et aux cadavres de bières qui trainé un peu partout).
    Plein de courage, j’ai alors la bonne idée de le laisser conduire (je me demande encore pourquoi…). Il fait froid, la route est un peu gelé, il roule a 90 au lieu de 50 et comme par hasard, la police se pointe en face. Comme je me dit que c’est pas le moment de faire le con au vu de son état, je lui demande de s’arrêter (bah oui, les flics nous ont vu et ont activé le gyrophares), il me regarde, rigole et accélère. Et à un moment, il me dit : « bon, je tourne à droite ici, je m’arrête au stop, si les flics nous laissent, tant mieux, sinon j’arrête de faire la course, c’est bon là ». La police arrive, vient nous voir, nous demande si on allait pas un peu vite. « Bah non pourquoi ? ». Heureusement, ils sont sympa et se contente de nous demander où on va. Sauf que mon pote a décidé de rentrer chez lui sans me prévenir. Du coup, on répond deux choses différentes. Encore sympa, la police nous raccompagnent et me demande de le surveiller. Ce que j’ai fait pendant… 5 minutes avant de rattraper les canettes de retard que j’avais.
    Du coup, plus de voitures et on va faire un tour à pieds dans la rue longue de 5 km à travers champ qui est derrière chez lui. Rue longée par un petit ruisseau.
    Après un long débat concernant le fait d’entrer ou pas dans la maison abandonné qui se trouve non loin (oui, ça fait très film d’horreur mais je jure que c’est vrai…) qui prouvera que je suis un grand froussard, on finit par se décider à rentrer. L’occasion de croiser une camionnette ( à 2 heures du matin, va savoir ce qu’elle faisait là), de se foutre sur le bord de la route et de baisser la tête pour imiter un zombie. Je sais pas si le conducteur à eu peur mais quand j’y repense, c’était un peu ridicule…
    C’est à ce moment que vient une idée très drôle pour moi, qui le sera moins pour lui : regarder les étoiles et tournoyer sur soi-même, y a pas de risques, on est deux, y en a un qui rattrapera l’autre si il tombe. Ouais, sauf qu’on est plein tout les deux. Et comme c’est un grand chanceux, c’est lui le premier qui a finit dans le ruisseau avec moi qui suis resté à le fixer comme un con pendant qu’il me disait d’un ton étonnamment calme : « Je suis tout mouillé. Pourquoi je suis tout mouillé ? ». Dommage pour la veste en cuir acheté 1 semaine auparavant (Quand je dis qu’il est chanceux…).

    Reste alors a retourner chez lui alors qu’il tremble de froid. Et là, son père est rentré et il me dit « cache toi, je vais lui faire une blague ». Euh… ouais. Il rentre et j’entends : « Papa, j’ai un problème, je suis partis faire un tour avec David dans la rue derrière, je me suis mis à courir, et quand je me suis retourné il était plus là, je sais pas du tout où il est et il connait pas le coin ». Son père sort en fureur prêt à appeler les flics et lui le regarde et lui sort tout calmement « Poisson d’Avril… même si on n’est pas en Avril ».

    La suite de la soirée a été plutôt tranquille heureusement, malgré le DVD de Gad Elmaleh qui est resté bloqué sur le menu toute la nuit, ce qui nous a empêcher de dormir, aucun de nous deux n’ayant eu la bonne idée de se lever et d’éteindre la télé…

    Bref, une excellente soirée^^.

  7. jerry2505 dit :

    euh moi pour faire court … c’était à Nouméa (lorsque j’étais encore marin) et que je me suis réveillé tôt le matin à l’hôtel avec une femme qui me faisait plus penser à un homme … Heureusement, selon les brumes de souvenir que j’ai, je me suis endormi très vite « sans devoir faire la chose ».
    Ce fut par contre très difficile pour la faire « dégager de la chambre », même en usant de toute la diplomatie nécessaire. :-/

  8. gwui dit :

    Moi je vais faire simple et court.
    Car c’est les meilleures.

    3 très bons amis dont moi.
    Commence les ferias de Bayonne.
    La soirée avance et prend très bon train au fur et à mesure, jusque là une cuite on ne peut plus classique.
    Le lendemain matin réveil douloureux 3métres a coté de la tente de fortune.

    On se regarde tout vas bien en un seul morceau mais… nous ne somme que 2.
    coups de fils, niet.
    tour du coin, nada.
    chemin inverse de la soiré autant qu’on s’en souvienne nothing.

    Le soir retour du 3e a pied. en caleçon tshirt déchiré, une chaussette manquante.

    Récit de sa part, il s’est retrouvé de l’autre coté de la frontière (en espagne donc) dans un tente avec 2 filles inconnues, 100km en dessous de san sebastian, sans téléphone et sans aucun papiers ni argent …

    rentré en stop et en négociant à moitié à poil ….

  9. dragrubis dit :

    Et tout simplement Mon meilleur souvenir de biture : C’était une soirée à l’école (comprendre une école privée après le bac) entre 1999~2001 (pour protéger tout ceux qui se reconnaitrons).
    La section informatique venait d’ouvrir alors comme on servaient de test on avait de temps en temps un peu de liberté pour occuper nos soirées, On avait le droit aux soft et comme de bien entendu on avait surtout de l’alcool. Comme dans toutes ses soirées on alternent entre danse et alcool. Sauf le barman (un élève) seul de son coté du bar qui systématiquement se prend un verre de ce qu’il sert… très vite il est bien pété on l’installe dans une salle a part quasiment scotché à une chaise pour pas qu’il tombe et lui mettant une poubelle sur la trajectoire de sa bouche, mais comme de bien entendu il tourna la tête a chaque fois qu’il vomi, cette salle ne fut plus occupée par nous pendant des mois par la suite…
    Mais la partie qui m’intéresse viens beaucoup plus tard alors que continuant à nous servir (malgré l’absence évidente de barman…) J’ai du tester les deux tiers des alcools présents (oui j’aurai pus remplacer le barman en fait). Et bien torché un peut avant 0h on se retrouve à 6 dans le couloir à parler d’un truc qui nous a bien fait marrer : le service militaire, on évoque les entrainements, la vente de Rangers sous le manteau, les ventes de nœud de cravate, l’infirmier militaire qui oublie d’appelé anesthésiste parce qu’on lui à fait une crasse… On a bien parler une heure de ce putain de service militaire… Il n’y en avait qu’un qui l’avait fait parmi tout les gars de la classe… Mais ca reste un excellent souvenir LOL

  10. Perso c’était au Piano-Vache près du Panthéon. Mon frère, un pote et moi chacun devant son mètre de Pastis. N’en prenant que « 50cm » car j’étais le capitaine de soirée, mon frère décide de terminer. Il enchaine avec un cocktail, puis l’erreur fatale descend une pinte de binouze. Ce qui devait arrivé arriva.

    Il se penche sous la table avec sa pinte vide, et revient à la position assise avec un verre plein et me dit qu’il va au toilettes. Mon pote bien déchiré lui aussi me sort :

    - Putain, ton frère doit être raide, il a recommandé un verre. - Ouais... - Attends, je goute... Putain, c'est alcoolisé, tiède et avec des morceaux... c'est vachement fort comme gout, c'est dégueulasse. - Ouais, c'est normal... c'est du vomi

    Du coup, il s’est mis à vomir partout dans le bar a son tour. Jusqu’à ce qu’on se fasse virer, pour que mes deux acolytes continue de vomir sur le trottoir.

  11. DocWan dit :

    Alors, après une mûre reflexion pour décider celle que j’allais narrer, je me lance.

    Un bon ami, rugbyman semi pro de son état basé depuis quelques années en Australie, revient en France fêter la naissance de son neveu. Il arrive donc à Paris et je l’heberge une nuit, le temps qu’il récupère de son Jet Lag. Etant au petit soin, je me dis qu’il n’y a pas mieux pour ça que de sortir faire un tour et lui faire visiter la Capitale. J’entends par là, le tour de mes bars favoris bien évidemment!

    Nous voilà donc parti(mon kiki). Visite de Bastille et de ses Mojitos géant, du Marais et de son bar à Champagne (fermé depuis >_< ), puis arrive un moment où ce brave homme me dit:
    « Bon quand est ce qu’on attaque de la bonne binouze merde! » (un poète mon ami, un poète)
    Ni une ni deux (mais bien 3 grammes), nous voilà parti vers cette taverne cher à mon coeur du 1er arrondissement. Dans ce lieu, le houblon coule à flot, les Naïades parlent la langue de Shakespeare, et le taulier est un ami, c’est dire si l’accueil fut plaisant.
    La soirée suit son cours, ce point d’ancrage semble le bon, des discussions endiablés s’enchainent, mon ami est la vedette de la soirée(même si personne ne connait son club Australien, ils font bougrement bien semblant!)

    Arrive pourtant le moment fatidique, où tout a basculé, où rien n’a plus jamais été pareil…

    J’étais dans mon coin, tentant vainement de soumettre la belle Maud à ma volonté, quand je remarque du coin de l’oeil un Thomas(Ce prénom n’est pas le sien, pour des raisons d’anonymat évidente, en vrai il s’appelle Mathieu) qui me semble bien bancal. Je vais donc le voir pour m’assurer que tout va bien. Il me sort, l’oeil torve, et je cite que « ça sent la galette »
    Ayant mes habitudes dans ce bar, je voudrais pas qu’il rende notre repas sur le comptoir, je l’emmène donc vers les toilettes.

    Alors pour vous situer un peu le truc, dans ce bar, les toilettes homme ne sont pas bien grande. Une pissotières, deux cabine et un lavabo, point barre.
    On arrive donc là dedans, il tente d’ouvrir la première cabine, fermé, puis la seconde, fermé également. Je cherche donc des yeux une poubelle ou autre chose pouvant servir de receptacle quand j’entend un grand crac.
    Je me retourne et j’assiste à la fin de mon règne dans ce bar.
    Mon pote défonce à coup de pied la porte de la seconde cabine, fait un pas dedans et dégueule tout sur le pauvre bougre qui faisait tranquillement ses besoins puis se retourne et m’entraine vers la sortie en courant et en se marrant. Puis il stoppe, me regarde et me dit:
    « Putain mais moi on me ferait ça je serais venere, jvoudrais defoncer le mec qui ma fait ça! »
    Sur ce, il retourne dans les chiottes, je le suis, et le vois se diriger vers le mec toujours assis sur le trône, complétement hagard,halluciné et énervé de ce qui vient de lui arriver, et lui mettre une ENORME droite dans la gueule, en disant « Désolé mais si c’est pas toi c’est moi »

    La je l’attrape, je le traine dehors et on tombe sur le patron du bar qui vient voir ce qui se passe. Mon pote, pris de panique, lui colle une droite également et part en courant du bar. Je sais pas trop quoi faire, je suis moi même bien bourré, et je pars à sa poursuite. Je le rattrape, et argumente que « non c’est pas bien et qu’il doit aller s’excuser parce que bon merde, moi j’aime bien ce bar! »
    Il y retourne, je calme le patron qui voulait le défoncer en lui disant qu’il vient pour s’excuser et qu’il va payer pour les dégâts. Le patron se calme, mon pote s’avance pour s’excuser, ouvre la bouche et… revomit, droit sur le pantalon et les pompes dudit patron et se rebarre en courant.

    Bon bah moi je l’ai suivi et j’ai plus mis les pieds dans ce bar depuis, j’y suis bizarrement plus le bienvenue… >_<

    Mais par contre putain, quand j’y repense, qu’est ce que je rigole maintenant ^^

  12. Kyotoweb dit :

    Je ne bois pas.
    Ou je n’assume pas mes cuites, au choix :p

  13. Arparigo dit :

    Passer après tous ces grands de la cuite n’aide pas ma pauvre histoire. Mais quand même elle m’a bien fait marrer à l’époque.

    Soirée de fin d’année scolaire. On se retrouve tous sur les quais de seine à Paris (ca fait cliché mais on assume). Bien évidemment on boit. Beaucoup.

    Les rescapés de la soirée (dont moi) se disent qu’il serait bien cool d’aller voir la tour Eiffel. Alors mission. On longe les quais totalement ivres on remonte vers la Tour Eiffel. Tranquilles.

    Et là pour ma part, petit trou noir. Le réveil fut particulièrement brutal. J’entends une voix qui me fait : « Debout ! là on se lève ». Je grogne. Il peut pas me laisser dormir. Encore un « Debout! ». J’ouvre un oeil. Les rangers d’un militaire. Là je me lève tout droit comme un i. Et je tombe nez à nez avec une cinq militaires. Je m’étais endormi sur le champ de Mars et il me font gentiment signe de dégager la pelouse.

    Rigolo.

    Bonne chance pour le concours

  14. Al dit :

    Je pense qu’après ce comm je vais perdre mon job lol

    Par contre je vais faire court parce que les meilleures histoires / blagues sont les plus courtes….

    En fait je vais même le faire en bullet point et pis si tu veux connaitre tous les détails bah faudra me faire gagner ^^

    - Lieu : Londres / Angletterre - Team : Pedro, Keul's et moi même - Départ Nation en bus - Equipement pour le voyage : Deux bouteilles de Champs, deux bouteilles de Jack et une gourdinette de whisky Coca chacun - Petit déj : Un bourbon sec - Déj : 3 Bourbons sec - repas de la St Silvestre : 1 bouteille de vin, 1 bouteille de Jacks, 1 bouteille de Champs

    Soirée : Dans un pub avec des Cocktails servis par Harry la crevure –> plus d’alcool que de jus de fruit.

    Souvenirs : zéro le lendemain on m’a raconté ce qui c’était passé 3 mois après.

    Bilan : 3 chutes, 1 croute sur le coude, 1 tentative de copulation dans les chiottes du Pub, pas d’érect****, et j’ai fais les zombie dans les rues de Londres

    3 jours pour m’en remettre…

  15. Bridget dit :

    Ouh là là en tant que bonne Bridget (Jones) qui se respecte j’en ai des souvenirs de biture!
    Aller celle qui me vient en premier:
    Nous étions en after environ 6h du matin, le jour était levé nous voilà tous avachis dans le salon d’un pote (hyper soigneux et classe) qui avait hésité à nous faire monter connaissant notre taux d’alcoolémie.
    Bass le plus barge de l’équipe et peut être le plus saoul, c’était assoupi, pendant que nous délirions et parlions de choses et d’autres.
    Quand Soudain 10 minutes après des ronflements, Bass se réveille et se lève, il s’avance pied nu sur la moquette, se dirige vers un coin du salon où il y avait justement une enceinte d’un ensemble 5.1 du propriétaire des lieux, il commence à déboutonner son pantalon…
    Là on hallucine, on est tous « mort de rire » mais tellement bourrés que personne ne réagit et se dit que « non c’est pas possible il ne va pas faire ça? ».
    Et le voilà qu’il se met à pisser contre l’enceinte comme si il était tranquille seul contre un arbre!
    Quelques minutes après, il est venu se rassoir comme si de rien était pour reprendre son sommeil…

    Un pure souvenir et moment de rigolade on reparle encore! LOL

  16. Quentin dit :

    Ma plus grosse cuite … hum … je m’en souviens pas LOL

  17. J’étais un peu pompette au dernier BarGaming et j’ai chanté GABRIEL de Najoua Belyzel avec un Pras plus chevelu que jamais, durant le concours Singstar. Résultat des courses : une défaite mémorable et une vidéo qui traîne sur le net malgré moi.

    Ça compte ?

    Retrouvez la review du dernier BarGaming ici

  18. maryam dit :

    Bah euh rien de mémorable apparement car rien ne me vient à l’esprit … je devrais peut être me remettre à la votka ? :whistle:

  19. Pras dit :

    Merci pour vos histoires , j’ai bien ris tout ça, je vous dirai qui a gagné mardi matin 😉

à lire aussi

Articles similaires

# Cinéma
Madame Irma