Vie de Gamer

Assassin’s Creed Origins, la surprise

J’étais pas prêt, je n’avais aucune hype sur ce jeu. Depuis Black Flag, la licence m’a perdu, et si j’ai joué à presque tout les AC, j’en ai fini très peu après l’ère Ezio (Assassin’s Creed 2.0 2.1 2.2) . La licence était morte pour moi, surtout parce que je m’emmerdais et que je trouvais l’univers vide de sens, plein de trucs à faire mais aucun liant. « J’étais prêt à haïr ce jeu », mais je me retrouve maintenant à la recherche du artbook collector du jeu. Le changement est drastique, ce n’est pas le jeu assassin’s que j’attendais, c’est un très bon jeu  !

ACO #AssassinsCreedOrigins

DISCLAIMER : jeu envoyé pour test (sur PS4 Pro)

Bayek est un medjay, un protecteur de l’Egypte. Il est à la recherche des tueurs de son enfant, sa vengeance est la seule chose qui l’obsède et il tuera tous les gens qui ont participé à cet atrocité.

Assassin’s Creed® Origins_20171028191103

Ouais c’est pas fou comme pitch hein ? C’est simple, basique, ça permet de situer le personnage facilement. On comprend son but et ses capacités, parce que oui dès le début notre Bayek est fort. Le jeu se focalise d’ailleurs à vous expliquer le nouveau système de combat en laissant le scénario arriver plus tard par petites touches.  On nous apprend dès le début à nous battre, surprenant, le premier combat est un combat contre un boss, ça pique, directement on a la pression, directement on nous dit qu’il faudra bien calculer les distances, le rythme, les armes, qu’il faudra tourner autour de l’ennemi et choisir ses armes avec précaution.

Toute la première partie repose sur ça, moi qui suis plutôt au jeu axé combat (hors jeux de combats (je te vois venir)),  j’ai aimé ce dosage, les relous diront à la Dark soul, moi je dirai à la witcher mais maîtrisé. Les combats sont plaisants, les armes sont nombreuses avec des effets RPG très cool, il y aura l’arme qui te maudit (on tombe à un tiers de vie) , l’arme qui empoisonne, celle qui donne un bonus de précision. Le plaisir est là et chacun trouvera sa façon de tuer, pas encore d’assassiner. Le mode furtif est présent mais il ne sera utilisé que vers les niveaux les plus élevés, parce qu’on est pas assez fort.

Assassin’s Creed® Origins

Le niveau est très important, s’en prendre à un ennemi 2 niveaux plus élevés est courageux, plus suicidaire. Ce qui est cool, c’est que dans le sens inverse c’est très cool de rouler sur des hordes de petit niveau. La carte (géante) est d’ailleurs découpée en niveaux, et n’allez pas trop vous aventurer vers les zones au-dessus de 30 n’importe quand ! ACO base son gameplay sur une version A-RPG très intéressante, un savant mélange qui permet au joueur d’avoir un sentiment de liberté et de montée en puissance. Une ribambelle de quêtes annexes de qualité est là pour aider le joueur à monter en expérience et en niveau, je vous conseille vraiment d’en manger un maximum.

Assassin’s Creed® Origins

La génération des quêtes est aussi inspirée de ce qui se fait de mieux, elles sont parfois contextuelles ( tu finis une autre quête et il se passe quelque chose de bizarre à la proximité de la fin de ta dernière quête), parfois rigolotes (suivre un monsieur qui te fais tourner en bourrique) mais elles ne manquent que très rarement de saveur, on dirait une petite aventure dans la grande aventure, j’avais pas eu cette impression depuis longtemps. Ce qui est agréable aussi de par le statut du personnage, personne te prend pour un noob, personne te demande de faire tes preuves, on te demande directement des trucs bien relous et difficiles, tu ne vas pas porter le tapis à quelqu’un.

Assassin’s Creed® Origins

L’univers  graphique du jeu est fou, ça les trailers et les images pourront vous en parler, c’est vivant, même en plein désert, les architectures sont magnifiques de loin de prêt, de haut dans les grottes, dans une oasis, l’œil est constamment flatté. Si on est pas de la qualité graphique d’un Horizon Zero Dawn, on sent que la Pro donne sur le jeu, c’est très agréable et fluide, ce n’est pas exempt de bug, quelques baisses de framerate et une ou deux quêtes buguées. Rien de grave quand on est habitué à ce type de jeu, on est loin du massacre de la version française ( TU L’AS ? ).

Assassin’s Creed® Origins

Ubisoft veut aussi vous forcer à continuer de jouer après avoir fini le jeu, car en plus d’être long, il cache beaucoup de choses. J’ai fini le jeu au niveau 35 avec presque 40h de jeu, pourtant, il me restait des zones entières non explorées, il me reste beaucoup de quêtes à faire, il me reste à atteindre le niveau 40 pour pouvoir me battre contre les dieux dans des événements exclusifs, à me battre contre mes potes dans des arènes, à faire la course de char en ligne  ! Le contenu et la re-jouabilité est énorme, pas de mode multijoueurs chelou pour l’instant, mais une ribambelle de DLC, de tenues, et d’histoires à venir et pour une fois, j’ai hâte de voir ça car jamais l’Egytpe antique n’a jamais été aussi bien faite.

Assassin’s Creed® Origins

Mais c’est pas pour tout ça que j’ai adoré ce jeu, non, je l’ai adoré à cause de Bayek et de Aya, de leur relation, de leur couple, de leur écriture. Je suis sur le cul, je n’étais pas prêt pour ça, je ne pensais pas que Ubi pouvait trouver des gens de ce talent. Capable de trouver un propos moderne dans un univers fantasmé de l’Egypte. Leur aventure est belle, épique, elle est pleine de surprises, de rebondissements et de violence. La recherche d’un sens à la vie à la mort d’un enfant, pour Bayek et pour Aya. Je reviendrai dans un article spécialement pour ça car j’ai vraiment aimé le traitement de la mort, du couple et de la vision humaniste et/ou conservatrice. C’est étonnant dans un jeu de cet acabit.

J'ai aimé ACO comme je n'aime un jeu que très rarement. Au point d'arriver en retard au boulot, au point de rusher la fin pour comprendre l'histoire et la finir , au point de vouloir y revenir pour finir les quêtes mises de coté. ACO est clairement pas l'assassin qu'on attendait il est beaucoup plus .
  • Bayek et Aya, deux personnages superbement écrits
  • L'Egypte est belle
  • C'est vivant
  • Les quêtes nombreuses et variées
  • Un monde ouvert qui tient la route !
  • Les thématiques
  • Quelques bugs toujours

Epingler sur Pinterest

Partager