# Vie de Gamer

Assassin’s Creed, mon Odyssey

J’ai enfin fini ce jeu, enfin par « fini » , je veux dire que j’ai presque 50 heures de jeu et que j’ai fini une des histoires du jeu. En plus y’a plusieurs fins du coup bon, disons que j’ai fait l’essentiel. Bref, vous l’aurez compris dès le début. Ce jeu est une surprise, car c’est une vrai putain d’Odyssée ! 

Odyssey !

Rarement un jeu a autant bien porté son sous-titre. Autant, on apprend des trucs sur l’univers des assassin’s, autant c’est bien plus l’univers grecque antique et mythologique qui est au coeur du jeu. 

On joue Alexios ou Kassandra. C’est un choix définitif qui ne pourra pas être changé, le jeu reste le même quelque soit le choix, un subtil effet mirroir est au centre du jeu. Les 10 premières heures, on joue une mercenaire (oui j’ai pris Kassandra) , qui suit un peu le fleuve de la vie, elle prend une mission dans un coin, se dirige vers un autre, sauve une enfant, tue un marchand et vole un tueur, plus ou moins quoi. C’est un peu déroutant, pas de coté épique, pas de coté historique, on est perdu et on suit les missions sans trop comprendre. Et c’est là que le jeu est finalement génial, le joueur est aussi perdu que le personnage du jeu, il n’a pas de « but », c’était risqué comme pari. 

Car une fois qu’on a passé cette dizaine d’heures, on comprend l’étendue du jeu. C’est sublime, c’est immense et c’est prenant. J’ai été très mauvais sur le début du jeu, les quêtes secondaires étaient très peu écrites, mais quelque part c’est parce que Kassandra n’était pas ni connue, ni badass. Après maintes aventures, les quêtes deviennent légendaires. Attention, on vous ment, il n’y a pas vraiment de quêtes secondaires. Pour finir le jeu, il vous faudra en faire un maximun, car le jeu a un problème, l’XP ! Oui il vous faudra vraiment être à la hauteur de l’XP car avoir un ou deux niveaux de moins est dangereux. Heureusement, les quêtes secondaires rejoignent presque toujours l’aventure principale, que ce soit pour l’Odysée principale ou les 2/3 autres « histoires » toutes aussi importantes.  

Généreux

On s’attendait pas à ce niveau de générosité, enfin je pensais pas que ce jeu était aussi dense. On peut y faire des milliers de choses. Par exemple à mon niveau actuel ( 45 ) , je n’ai pas encore utilisé de flèche empoisonnée, parce que ce n’est pas mon style de jeu. Par contre mes capacités assassin et guerrier sont au top. C’est le genre de customisation qui fait plaisir à voir car son impact dans le gameplay et le roleplay est réel  ! 

Il en va de même pour son navire, pour son armure, pour ses armes. On créé, petit à petit, l’assassin qu’on a envie de jouer. Oui je sais, j’aime Kassandra. La magie de Ubisoft, c’est d’avoir réussi à nous faire modeler un personnage qui a une histoire bien compliquée.

Parce que oui, l’histoire de Kassandra est compliquée et va vous emmener visiter toute la Grèce, la carte semble sans fin et il me reste encore tellement d’îles à aller découvrir. Je pourrais aussi vous parler longuement des batailles navales, qui ont encore évolué depuis les derniers jeux. Heureusement si au début on met l’accent dessus, le endgame en demande très peu, j’aime néanmoins voguer sur les mers à la musique des chants grecs de mon équipage en discutant avec mes seconds. C’est reposant entre deux assassinats. 

Parce que le jeu réussi à vous mettre une pression constante, on est pas à l’aise avant d’arriver à un beau niveau 35/40. Avant ça, tout le monde peut vous tuer, littéralement, que ce soit le capitaine d’un fort ou un mercenaire à vos trousses. Le jeu n’est pas facile et jouer au bourrin ne mène à rien, j’ai essayé en vain. Une fois l’arbre de compétence avancée, on commence à prendre un putain de plaisir à défoncer des athéniens ou des spartes. 

Les passages de « guerre » sont aussi très stressants, il vous faudra trouver les capitaines rapidement pour les tuer au milieu de plusieurs dizaines de personnages qui se battent.  Les combats sont totalement épiques et on est vraiment content de les gagner. 

Le corps à corps est plaisant aussi, on a repris le mode de combat de Origins mais une petite pointe de liberté en plus, la roue des capacités n’est pas la plus pratique du monde mais au bout d’un moment elle devient naturel car on a « customisé » son jeu. 

Je n'ai pas encore fini mon aventure avec Kassandra, ce que je sais ,c'est que j'ai fini l'histoire et que j'ai encore envie de jouer, de découvrir cet univers, dévoiler tout les secrets . Ce jeu a fait le pari risque de ne pas être accessible dès le début, il faut plusieurs heures avant de comprends l'essentiel, le fondement de l'aventure. La construction du personnage de l'univers prends son temps, c'est à la fois un défaut et une qualité. Je ne sais pas quoi en penser, car une fois qu'on passé ce cap , c'est un vrai putain de bon jeu.
  • Kassandra <3
  • Plusieurs fins, plusieurs histoires
  • Un pur RPG-action, ni plus , ni moins
  • ça mets du temps à se mettre en place
  • Quêtes secondaires obligatoires , oui oui !

à suivre

Commentaires

à lire aussi

Articles similaires

# Test PS3
Dirt 3