# Cinéma

Saw II

N’ayant pas vu Saw (1er du nom), je vais voir le 2 sans connaitre le style et l’ambiance du film. Saw 2 est un croisement entre le suspens/thriller et l’horreur. Armé d’un scénario plutôt bien orchestré et d’une ambiance assez étouffante, le film nous transporte dans un « jeu » complètement machiavelique. Amateur de psychopatie, ce film est pour vous ; hémoglophobe, passez votre chemin…



Un flic ayant raté sa vie conjuguale, un psychopate qui inflige le mal pour son plaisir et entre les deux, une poignée de personnes enfermées dans une maison et ne leur restant que 2 heures à vivre. Parmi celles-ci le fils du héro (ndlr: le flic). Ce dernier arrivera-t-il à les sauver ? Voila en quelques mots la trame principale de l’histoire. Au premier abord, le scénario parait assez vide mais l’interêt même du film ne réside pas dedans mais dans les choix cornéliens que le méchant impose à ses victimes – choix auxquels vous ne voudriez jamais être confronté…

L’homme au masque de fer

Non, rassurez-vous DiCaprio ne fait pas partit du casting. Première scène du film à vous glacé le sang : un homme se réveille avec un masque ouvert en deux et rempli de petite pointes. Il a 1 minute pour enlever le masque avant que celui-ci ne se referme tout seul et transperce sa tête de toute part. Pour l’enlever, il doit trouver la clé. Placée derrière son oeil, il doit donc s’auto-mutiler pour le retirer de son orbite et recupérer la clé. Hummm… et vous que feriez-vous à sa place ? Voila donc le point de départ de l’aventure.

D’autres scènes sont toutes aussi sordides : plonger dans un trou rempli de seringues (hummm ) ; avoir les mains coincées dans une boite par des lames de rasoirs … bref on ne s’ennuie pas. Et quasiment tous les personnages se retrouvent dans une situation aussi sordide les unes que les autres.

L’ambiance, vrai moteur du film

Personnellement j’ai trouvé l’ambiance du film assez stressante. Dès le début du film, on se sent mal à l’aise assis tranquillement dans notre fauteuil en regardant le sevices infligés dans le film. On se dit – on espère – ne jamais à avoir à subir de telles choses et s’imagine quand même à la place des personnages. Qu’est-ce que je ferais si j’étais bloqué dans un four ? Comment marcher sur un tapis de seringue ? Brrr, ca fait mal rien que d’y penser  … Voilà comment est définit l’horreur dans ce film. L’horreur, l’épouvante n’est pas tant dans l’hémoglobine – qui n’est d’ailleurs pas si présente que ça – ni dans le cassage de tête à coup de batte à clous mais bien dans le machiavelique, le sadisme des meurtres : plus c’est hard, plus c’est moche, moins on à envie de voir mais on accroche de plus en plus! On nous montre ainsi un tueur en série complètement barge dans son esprit mais plus que minutieux dans la préparation de ses actes. Tout est orchestré, préparé, dirigé et mis en oeuvre de façon à ce que tout se déroule comme il le souhaite.

Parlons technique

Les acteurs ne m’ont pas paru mauvais mais n’ont pas non plus crever l’écran. A part quelques têtes déjà vu dans d’autres films/séries (comme Donnie Walhberg dans Boomtown et Frères d’Armes) la plupart m’ont paru nouvelles. En ce qui concerne les décors, j’aurais tendance à dire que ça n’a pas dû leur coûté cher. Une maison abandonné, un entrepôt, quelques vehicules et des écrans d’ordinateurs, voilà à peu près tout ce qu’il fallait. Pour résumer, je dirais que les décors sont minimalistes mais suffisants pour le scénario ; pas besoin d’effets spéciaux ni d’explosions dans tout les sens  Au moins ça ne leur à pas coûté cher à produire (ndlr: le budget fut de 4M $ pour une recette de 60 M$ en 2 semaines aux USA – Saw avait couté 1 M$ pour une recette de 100 M$)
Pour conclure, ce film à été une très bonne surprise et j’ai particulièrement apprécié l’ambiance du film. Le scénario – même s’il semble léger – reserve des surprises [!spoiler]dont un bon renversement de situation (mais chuuut !)[/!spoiler]. En lisant des commentaires de ci et là, j’ai l’impression que ceux qui ont vu Saw (1) sont déçu du 2 dans le sens où ils n’ont pas retrouvé le même type d’ambiance que dans le 1 et n’ont pas non plus été surpris. Dans mon cas, je n’ai eu aucune référence dans l’univers de Saw et j’ai été bien surpris par le film. Je ne me souviens pas m’être ennuyé et j’ai eu l’impression d’un résultat plutôt honnête sur l’ensemble de la salle.

Jeremy : 14/20
Pras : 14/20
Sandrine: 15/20

Saw 3 est déjà annoncé et la fin du 2 s’y prête habilement

Quelqu’un a Saw ? Faut que je le vois …


Pour cette fois, le noir ne meurt pas … enfin celui-là


Thermostat 8 s’il vous plaît


Liens externes


à suivre

Commentaires

2 réponses à “Saw II”

  1. Jeremy dit :
    Au passage, j’ai vu un film apparemment encore plus gore que les Saw et qui devrait sortir plus ou moins prochainement : Hostel [www.hostelfilm.com], réalisé par Eli Roth et produit par Quentin Tarantino. Annoncé pour le 6 janvier (aux USA on dirait).

    Mini-article de Allociné :

    « Deuxième réalisation de Eli Roth (Cabin Fever), Hostel s’annonce comme un film gore explosif : violence et sexe explicite au programme. Par les producteurs exécutifs Quentin Tarantino et Scott Spiegel (ami d’enfance de Sam Raimi), le film raconte l’histoire terrifiante de trois randonneurs parcourant la Slovaquie pour s’adonner aux joies du tourisme sexuel et de la débauche en tous genres auprès de ravissantes créatures. Mais leur virée tourne rapidement au cauchemar quand ils découvrent les agissements horribles qui semblent se dérouler dans les couloirs, les sous-sols et les cuisines de leur hôtel… Inspiré d’une histoire vraie, ce long métrage gore et sanglant a déjà fait parler de lui au Festival de Toronto, où il provoqua deux malaises [www.allocine.fr]. En attendant une probable sortie en France aux alentours du Festival de Gérradmer, découvrez les premières images [movies.yahoo.com]… »

    « twisted and absolutely brilliant », « the scariest movie in a decade », « terrifying and deeply disturbing »

    A méditer …

  2. Pras dit :

    Rien à rajouter à cette article !

    A si .. légér bémol la fin , on prends pas le public pour un con mais on est à la limite !
    Rien de bien méchant toute de fois !

    Bon film !

à lire aussi

Articles similaires

# Cinéma
Rosario
# Critique Ciné
THE AVENGERS, le film
# Fausse Pub Gillette
Bad Boys du pauvre