# Critique BD

Pinocchio de Winshluss

J’ai découvert Winshluss avec Smart Monkey. Et je savais que Pinocchio allait être un gros morceau, une BD qui me marquerait en bien ou en mal. Longtemps que j’avais pas été si conquis par une BD, oui j’ai aimé, pas de suspens ici.

Pinocchio

Le héros, non ce n’est vraiment pas un héros ici, un pantin, un vrai il ne parle même pas, un personnage qui subit son histoire sans broncher, ni vaciller mais sans passion et finalement sans âme. Tout le monde connait l’histoire du pantin en bois, ici il est réduit à son sens fondamental: un vrai pantin. Notre Pinocchio va subir une aventure pleine de rebondissements dans un univers graphique très sale et bourré de références. Ici Moby Dick est un poisson mutant géant, Gepetto un savant opportuniste et Jiminy un cafard intellectuel gauchiste perché. Un thème classique complétement revisité, assombri mais quelque part mis en valeur.

Maîtrise

Dans la BD, je suis souvent attiré par le style graphique, par forcément la qualité du dessin mais le style choisi pour raconter une histoire, les effets, la technique. Ici, Winshluss livre une copie intrigante et maîtrisée, un mélange de colorisation et de technique qui scie à chaque scène. Il a réfléchi à chaque page, chaque case. On a des rappels de composition que je ne pensais pas voir ailleurs qu’au cinéma.

L’histoire n’a vraiment rien de banale, à la trame principale de Pinocchio s’ajoutent quelques histoires secondaires qui viendront à un moment ou l’autre surprendre le lecteur. Oui car la BD forme un tout, un vrai boulot de titan, les différentes pages et histoires s’entremêlent avec maestro et on se sent guidé dans ce monde sombre. Un monde qui parle de viol, de nazisme, de religion et des futilités de l’être humain, une image déprimante certainement mais amenée avec tellement de beauté que c’est troublant. La belle au bois dormant qui se suicide c’est un choc, une tentative de viol aussi, non cette BD n’est pas belle mais elle est magnifiquement sombre.

Note sur 10 10
Un fauve bien mérité, un vrai bonheur si on peut dire ça, une BD qui amène loin une histoire vu et revu. Un univers sombre avec peu de parole mais des images partout, ça explose dans notre petite tête, ça pose des questions, réponds à certaines, une BD marquante.
  • Le travail sur l'édition
  • L'histoire sombre et complexe
  • La beauté graphique
  • Vraiment dense
  • Le prix de la BD

à suivre

Commentaires

Une réponse à “[Critique BD] Pinocchio de Winshluss”

  1. Lichi dit :

    Tiens ça me donne bien envie de le découvrir ! 🙂

à lire aussi

Articles similaires

# Critique Ciné
The Dark Knight Rises
# Critique Ciné
The reader – le liseur