# Ciné

Rush : le duel Niki Lauda / James Hunt en 1976, l’âge d’or de la F1

Rush - on dit souvent que les départs en F1 sont impressionnants

Les départs en F1 sont fou. Rush n’y échappe pas, ils seront nombreux et les frissons présents !

Un film de F1 ça peut faire peur aux gens. Surtout ceux qui connaissent uniquement la F1 moderne aux héros aseptisés et calibrés par leur chargé de relations. Ici on parle de la F1 des années 70 et quand on parle de relations il s’agit plutôt de celles avec la gent féminine qui gravite autour de ces héros suicidaires.

Rush est brutal comme un rail percuté à 250 km/h.

Ce film ne nous mets pas et ne crée pas une histoire adoucie façon Hollywood. La mort était omniprésente sur la piste à l’époque et si le scénariste a raison ce sont deux pilotes sur les ving cinq engagés chaque année qui finissaient dans une tombe.

Les F1 étaient de véritables bombes sur roues encore dénuées de toute sécurité efficace. Casque intégral, combinaisons intégrales, arceaux et harnais étaient déjà présent, mais ce n’était pas assez. Le film ne cachera pas cet aspect brutal de ce sport.

Rush : la rivalité légendaire entre Niki Lauda et James Hunt

Rush : la rivalité légendaire entre Niki Lauda et James Hunt lors du championnat F1 1976

 

Rush s’intensifie comme le duel James Hunt / Niki Lauda.

Le film nous raconte l’histoire de deux jeunes pilotes qui se vouent une haine farouche dès leur première rencontre en F3 Anglaise, jusqu’à leur duel sanglant lorsqu’ils arriveront enfin à accéder à la F1. Et de duel il s’agit vraiment car d’un côté vous avez James Hunt qui incarne tout ce que les pilotes avaient de sexy à l’époque. Succès féminins, mode de vie pas très sain, grande gueule, bagarreur sur piste.

De l’autre le froid Niki qui calcule son pilotage, essaie de se préserver du pire, améliore les autos qu’on lui confie, calcule son championnat sur l’année complète et non comme si chaque course était la dernière. Le film a ceci de magique qu’il ne nous souligne pas trop les caractères mais nous les faits vivre. Ne choisit pas son préféré mais nous montre les bons et mauvais côtés de chacun et malgré les mots durs envers Niki finit par vous le faire aimer comme les fans d’antan.

Rush : James le chevalier de ces dames, toujours prompt à brandir son glaive

Rush : James le chevalier de ces dames, toujours prompt à brandir son glaive levier de vitesse

 

Les films sur l’auto sont souvent ratés. Rush non.

Le fan aura sa dose je vous le garanti. Départs prenants, courses haletantes, photographie superbe, véritables F1 de l’époque sur les plans fixes (répliques ou réelles en mouvement ?), CGI pas dégueulasses lors des touchettes ou des crashs, pas d’erreur flagrante, c’est une réussite TOTALE.

Je n’ai jamais vu un film de sport auto qui soit plus réaliste alors que c’est une reconstitution. Le seul moyen de faire encore plus vrai serait d’éviter les crash et de fixer une caméra comme le mythique film LeMans (un peu poussif d’ailleurs à mon goût malgré l’immersion totale).

Un film à voir et à revoir, tout y est réussi, tout le monde était unanime en sortant de la projection. Attention aux coeurs légers, quelques scènes de blessures suite à accident peuvent troubler les âmes les plus sensibles mais cela sert l’histoire et ça n’est pas là pour pimenter une sauce fade.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9ZJqxgR-5Xc&feature=share&list=UUbjDMzxX9xKrjVor_vgG0Lw[/youtube]

 

 

Sortie en salle le 25 septembre 2013, la fiche complète allociné de Rush par ici : Rush.

Vous pouvez aussi participer au jeu Rush sur Facebook si vous voulez gagner l’un des lots sympa disponibles 😉

 

Envie de plus de films automobile ?

J’avais écrit un petit dossier sur le thème chez Caradisiac, n’hésitez pas à jeter un oeil si vous cherchez de bons films sur le sujet : le top des films auto pour les allergiques à Fast & Furious.

Note sur 10 10
Rien ne sert de tourner autour du pot et de lui chercher des poux dans la tête, Rush est une réussite et un quasi sans faute. Image, son, scénario, acteurs, voitures, suspens, émotions, tout est sur 11 pour le plus grand bonheur des fans et des autres qui oseront (à raison) se plonger dans cette rivalité à plus de 200km/h. Vivement que je le revois chez moi lors de la sortie Blu-ray 🙂
  • Peu (voire pas du tout) d'incohérences
  • Histoire romancée mais juste, pas de tentative de tirer à l'extrême sur les fils de l'émotion, belle balance entre les hommes et les combattants
  • Les F1 à l'arrêt semblent être les vraies F1 d'époque ou de véritables répliques
  • Les détails historiques sont respectés à notre niveau de compétence (débrief avec 3 passionnés auto, une fan de F1 et un pro du sport auto en général)
  • Les scènes d'actions sont prenantes, on frissonne, on vibre, c'est bon !
  • Les scènes les plus dures sont rendues avec un tel réalisme, la souffrance de Niki sort de l'écran et vous prend aux tripes
  • Tout point négatif abordé avec pseudo objectivité sera en réalité un festival de pignolage subjectif au possible
  • Quand est ce que le même auteur nous fait le Prost / Senna ou mieux un film en trois parties de 3h chacune qui couvre de 75 à 95 ?
  • Un peu plus de musique d'époque ? Encore que non en fait, revoir le premier point négatif

à suivre

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

à lire aussi

Articles similaires