# Test PS3

After Burner Climax

After Burner fait parti de ces jeux mythiques qui ont fait l’âge d’or de l’arcade et la renommée de SEGA. Derrière ce jeu, on retrouve un créateur emblématique, un homme à l’imagination débordante qui aura révolutionné le monde de l’arcade par ses innovations: Yu Suzuki.

vdg_afterburnerclimax_06.jpg

Yu Suzuki, le visionnaire

vdg_afterburnerclimax.gifYu Suzuki. Ce nom ne peut vous être inconnu puisque vous avez probablement en tant que joueur entendu ou jouer à un des jeux de sa propre création sous la casquette du studio AM2: Space Harrier, Hang On, Out Run, Virtua Racing, Virtua Fighter et Shenmue. Tous ces titres ont bercé notre enfance que ce soit dans les salles d’arcade ou devant nos consoles. Mais revenons à After Burner et sur sa première apparition, en 1987 au Japon. Reprenant le principe de ses deux précédent hits en arcade, le shoot-them-up Space Harrier (1985) et surtout le mythique Outrun (1986), avec une vue de dos et en  scrolling parallaxe, After Burner apparaît comme la première simulation aérienne typée arcade, bien avant la saga des Ace Combat donc.

Pour l’anecdote, Yu Suzuki avait imaginé ce jeu pour répondre à l’engouement populaire autour du film Top Gun avec Tom Cruise sorti durant l’été 1986. Le jeu officiel Top Gun sortira lui uniquement sur consoles de salons dont la la NES, l’éditeur Konami étant en charge de sa réalisation: son approche sera totalement différente, lorgnant davantage vers la simulation avec sa vue cockpit interne.

Top Gun Generation

vdg_afterburnerclimax.jpgAfter Burner vous plaçait aux commandes d’un avion de chasse américain, le fameux Tomcat F-14. Il vous fallait alors parcourir 18 niveaux disposés sous forme d’embranchements multiples correspondant au niveau de difficulté, un principe repris directement de Outrun. Niveau arsenal, vous disposiez d’une mitraillette et de missiles télécommandées. A l’écran, le gameplay impressionnait par son degré de nervosité et la sensation de vitesse procurée tout au long des niveaux. Le jeu était particulièrement difficile et demandait de bons réflexes ainsi qu’un apprentissage des paternes des ennemis pour atteindre les scores les plus élevés.

vdg_afterburnerclimax_04.jpg

A noter qu’After Burner avait eu droit à sa borne d’arcade en version deluxe: vous vous retrouviez dans un véritable cockpit rotatif sur vérins. Vos mouvements à l’écran étaient alors reproduits fidèlement à la fois par le système de cockpit de façon verticale et à la fois par votre siège de façon horizontale; Les nombreux joueurs pourront témoigner qu’à l’époque, le système était particulièrement hallucinant à défaut de provoquer des nausées chez les téméraires qui s’y risquaient.

vdg_afterburnerclimax_08.jpg

After Burner Climax: mieux vaut tard que jamais

Après une suite (After Burner II) et une tentative de remake mitigé sur console PSP (After Burner Black Falcon), voilà que la licence revient sur la génération de consoles HD de manière inespérée. Il faut noter qu’After Burner Climax, nom de cette suite, n’est pas un jeu original mais une adaptation du jeu d’arcade sorti… en 2006! Le jeu, toujours développé par le studio japonais AM2, avait été conçu sur la base de la carte Lindbergh, aujourd’hui toujours en vigueur puisque supportant le dernier épisode de Virtua Fighter 5. Il aura donc fallu attendre quatre ans avant de voir débarquer l’adaptation du jeu sur console de salon. Celle-ci aura demandé l’apport de quelques changements en terme de gameplay pour s’adapter à la jouabilité d’un pad: à l’origine, le jeu se joue en effet avec un joystick. Pour les parisiens, vous pourrez la retrouver dans la salle de loisirs virtuels  La Tête dans les Nuages près des Grands boulevards.

vdg_afterburnerclimax_07.jpg

After Burner Climax reprend le principe de son illustre aîné avec sa vue arrière et un déroulement du scrolling sur rail: on avance, on tire. Il vous sera néanmoins possible de ralentir votre accélération ou au contraire, d’enclencher un turbo. De plus, votre armement de base, une nouvelle arme viendra vous aider dans votre tâche, l’option Climax pour ralentir le temps un bref instant façon bullet time. Cette fonctionnalité bien utile vous permettra de vous sortir des situations les plus périlleuses puisque vous pourrez plus facilement locker vos ennemis et surtout scorer par ce moyen.

vdg_afterburnerclimax_03.jpg

Vive la climatisation!

Là où l’adaptation nous transcende, c’est au niveau de sa réalisation en 60 images par seconde, assurant à l’écran une fluidité impressionnante des avions avec un effet de vitesse décoiffant. Les graphismes en haute définition ne sont pas en reste, avec des environnements variés et sont absolument identiques à ceux en arcade, superbes donc. Vous aurez le choix également entre trois avions personnalisables via quelques skins: Super Tomcat F-14D (qui remplace le Tomcat F-14), F/A 18E Hornet, F-15E Strike Eagle. Côté options du jeu, elles se montrent particulièrement fournies avec de nombreuses possibilités de personnalisation comme la taille de votre lock, le nombre de crédit, l’affichage des effets de fumées, etc. Du grand art donc auquel vous n’aurez accès qu’avec parcimonie puisque ces options ne se débloqueront qu’au fur et à mesure de vos performances et résultats. Bref, vous y reviendrez pour scorer et pouvoir uploader vos résultats dans le top ranking en ligne. Un petit cadeau des développeurs côté bande son: en plus des thèmes du jeu revisités, il sera possible de sélectionner celle de l’OST d’After Burner II

vdg_afterburnerclimax_05.jpg

After Hunter

J’insiste sur le point « scorer » (engranger le maximum de points possibles durant une partie): After Burner Climax s’adresse avant toute chose aux fous du scoring et des jeux d’arcade pur et dur. Essentiellement à eux. Car avec ses 18 niveaux seulement, on a tôt fait d’en faire vite le tour en l’espace d’un petit après-midi. C’est court. Très court. Alors oui, au vue de la qualité du titre, le prix de 9,99€ semble raisonnable. Mais contrairement à Outrun, Sega n’a pas souhaité intégrer de mode multijoueur en ligne, difficilement réalisable certes mais qui aurait nécessité davantage de réflexion par ses concepteurs. Au lieu de cela, on se retrouve au final face à une honnête, propre et fidèle adaptation du jeu d’arcade éponyme… mais un brin paresseuse! Pas de véritable mode histoire également (bien que trois fins différentes soient proposées, liées à vos performances), de personnalisation poussée des avions et missions annexes si ce n’est un simple stage bonus pour les plus talentueux. Frustrant.

vdg_afterburnerclimax_02.jpg

After Burner Climax est disponible uniquement en téléchargement sur le Playstation Store (9,99€) et Xbox Live (800 MS pts).

Site officiel After Burner Climax

à suivre

Commentaires

5 réponses à “[Test PS3] After Burner Climax”

  1. maspalio dit :

    entre ce revival de after burner et celui de final fight , l’arcade reviendrait il sur le devant de la scène ?

  2. Kendo dit :

    Faut savoir ce que l’on veut. C’est un portage de la version arcade et rien d’autre. Ils se sont pas fatigués à rajouter des modes oukwa, je trouve déjà sensass qu’ils le sortent enfin sur console. J’avoue que le mode en ligne aurait été un + indéniable surtout que même en arcade, les bornes linkées sont rares (j’en ai vu en Suisse et au Japon of course)

    Par contre dans ton texte, depuis quand il y a un R360 à LTDN ? Tu t’es trompé de temps au niveau du verbe ou quoi ? La borne After Burner Climax y est oui.

    Et effectivement, c’est du SEGA, du jeu pour les joueurs, du scoring et de la performance, tout ce que j’aime.

    Défis de prévus ? 😀

  3. Trywan dit :

    @Kendo Effectivement, pour la borneR360, je me suis trompé de ligne: je parlais de la borne Climax. Autant pour moi. La R360, de souvenir, je ne l’avais vu qu’à la salle d’arcade de Picadilly Circus et au Japon bien entendu 🙂

  4. Natuto Manga dit :

    Super article ! Par contre Outrun en 1986 ça nous rajeunit pas ca 😛

  5. sonic1973 dit :

    Moi j’ai tres bien connu le R-360 a Paris les Halles a L’Empirium et la tete dans les nuages Puisque j’avais le plus score sur la becanne ! ;))) de tres bon souvenir ;))) a quand un meuble similaire ?!!!

à lire aussi

Articles similaires

# Concours Résultat
Les chroniques de Sadwick