# Tableau

Obsolescence programmée : les mises à jour de tous les smartphones

Déchets électroniques

Déchets électroniques divers..

Obsolescence programmée. Sur viedegeek.fr, le genre de site géré par un boss plutôt sensible à l’achat compulsif. Les geeks, des gens parfois matérialistes à l’excès. Original et peut-être un peu rabat-joie comme sujet, non ? Oui, mais non. Surtout non, en fait.

Le but de cet article est pluriel. Tout d’abord, montrer du doigt certaines mauvaises pratiques du secteur des smartphones milieu / haut de gamme quant à leurs mises à jour. Car soyons clairs, pour un smartphone, il y a trois types d’obsolescence.

La première obsolescence est logicielle. Combien de temps le constructeur s’est fait suer à le mettre à jour ? Quelle est sa durée de vie technologique ?

La seconde obsolescence est matérielle. Enfin on va l’appeler comme ça ! Quelle est la résistance matérielle d’un smartphone ? Est ce qu’il devient vite irréparable, en gros ?

Enfin, la troisième obsolescence est liée à la tendance, la mode. Vouloir le dernier joujou électronique, suivre les tendances, renouveler à chaque avancée technologique ou juste pour suivre le mouvement.

Et à force de lire des conneries dans la presse généraliste sur l’obsolescence programmée des smartphones, je voulais casser 2/3 mythes et formaliser l’obsolescence logicielle.

(Si vous cherchez le tableau qui récapitule toutes les mises à jour de tous les smartphones, descendez en bas de cet article, vous ne pourrez pas le louper)

Un Google Nexus S qui avait le feu sacré hein Johnny ?

Un Google Nexus S qui avait le feu sacré, hein Johnny ?

L’obsolescence matérielle : le coup de la panne

Soyons clairs, à notre niveau, à part régurgiter des chiffres pris ailleurs, nous ne pouvons pas traiter proprement l’obsolescence matérielle. Et si certains vont nous parler de compatibilité 4G, de facilité de remplacement d’une batterie ou d’un SAV aux abonnés absents, il nous est bien impossible de tirer les stats.

Ce que l’on peut dire par exemple, c’est qu’un tournevis spécifique + 3mn de temps suffisent à changer la batterie d’un iPhone 4S (en vidéo), et c’est à peine plus compliqué sur un iPhone 3G/3GS (vidéo) ou un iPhone 5 (vidéo).

Pourquoi parler de cette batterie sur les iPhone ? Parce que c’est l’argument numéro 1 pour expliquer qu’une batterie non retirable d’origine (sous un capot amovible donc) = obsolescence programmée. Qui va jeter un smartphone à ce prix pour une batterie qu’Apple, ou la petite boutique de téléphonie de votre rue, vous change sans problème ? Voire vous, si vous le faites comme moi via un de ces tutos ?

En dehors de cette fausse vérité, il est difficile d’enquêter sur la réelle obsolescence matérielle modèle par modèle. En effet, Samsung n’a jamais donné de chiffres sur le nombre de cartes mère de Galaxy S3 qui sont mortes l’an passé suite à un petit souci. Apple ne vous dira jamais combien de téléphones sont traités en SAV pour négligence (le faire tomber par terre par ex.) ou pour souci hardware.

Nous ne traiterons pas l’obsolescence matérielle dans le détail donc, malheureusement.

 

La sortie d'un nouvel iPhone, la star d'une société de consommation

Plus qu’un album de musique, les produits Apple sont les stars de notre société de consommation..

 L’obsolescence de mode  : oui.. bon.. bof..

Ah le nouveau Zorglub DX4 100 est sorti, vite, jetons aux orties le DX2 66 tellement ringard mais qui tenait la route la veille de l’annonce du dernier modèle kro kro beau..

L’obsolescence de mode, c’est plus compliqué. Le paraître, la reconnaissance sociale, la réussite, il paraît que certains essaient de faire passer ces signaux par leur smartphone. Il doit être cher, puissant, être si possible le tout dernier sorti, etc.

Là, il n’y a pas grand chose à faire. Certains ont même remisé leur iPhone noir pour acheter le << tellement nouveau >> iPhone 4 en blanc. Ouaip, un simple changement de couleur. Ne vous moquez pas des fans d’Apple : depuis quelques jours, le Nexus 4 blanc est sorti (et dont seule la partie arrière est blanche, donc demi-mise à jour de look), et l’on voit dans les commentaires des sites Android des consommateurs annonçant qu’ils vont changer leur Nexus 4 noir contre un blanc.

Bref, là, c’est l’utilisateur qui la réclame à corps et à cri et l’industrie qui y répond en se frottant les mains. À part essayer d’éduquer les gens, cette obsolescence n’est pas prête de disparaître. Combien de personnes avez-vous connues qui ont changé leur DS [couleur au choix] pour une nouvelle édition collector spéciale avec coque [couleur rare au choix] ? Bref.

La véritable obsolescence : le système d’exploitation

Hardware, mode, ce sont des sujets intéressants, mais le plus important, ce qui est garanti pour votre terminal, c’est sa mise à mort logicielle. C’est elle, la véritable massue de l’obsolescence. Le logiciel. Ce qui tourne dans votre téléphone et lui permet (ou lui interdit) d’évoluer pour installer les dernières applications qui rendent ces téléphones si smart. Et ça on va tenter de vous en donner une vision claire.

Quels constructeurs, quels modèles se foutent de la gueule du client ? Qui sont les cancres, les rois de l’obsolescence ? Qui vous exclut des nouveautés du dernier OS de votre téléphone ?

Oh, bien sûr, le faire smartphone par smartphone sur les cinq dernières années n’est pas possible pour notre maigre rédaction qui préfère aller vider des boutanches de whisky de douze ans d’âge que de passer ses soirées sur Excel.

Mais on l’a tout de même fait pour vous, sur les modèles les plus emblématiques, ceux que l’on possède ou que l’on a possédés. Et surtout avec votre aide on va le mettre à jour, au fur et à mesure du temps. Et on le republiera encore et encore. 

 

Vous allez découvrir qui dans l’industrie se moque de nous et qui nous chouchoute.

Android, le meilleur et le plus mauvais des élèves pour l'obsolescence logicielle

Android, à la fois le meilleur et le plus mauvais des élèves pour l’obsolescence logicielle

Obsolescence logicielle des smartphones marque par marque, modèle par modèle

 

Dans ce paragraphe, nous allons étudier seulement quelques OS de smartphone. Android, iOS (Apple) et Windows Phone. Exit donc les vieillissants Windows Mobile, Symbian, Bada, BlackBerry OS et autres OS du passé ou trop marginaux pour nous intéresser. Exit aussi les OS rares comme WebOS et Meego. Exit ceux qui n’ont même pas encore eu le temps de vraiment se vendre comme Firefox OS ou Tizen. On les rajoutera à l’avenir si leur place sur le marché tend à les rendre pertinents dans cet article.

Ensuite, notre tableau va se concentrer sur les montées et mises à jour d’OS. Pas les fonctionnalités – et à ce jeu, Apple est connu pour retirer des vieux modèles certaines fonctions « star » du petit dernier, d’où des montées de version légèrement incomplètes.

On se concentre donc sur les montées d’OS qui restent LE point de blocage.

Typiquement un OS Android trop ancien va vous cacher certaines applications sur le store, un peu comme les applications verrouillées dans une zone géographique ou cantonnées à un modèle. Au fil du temps ce sont donc des fonctionnalités importantes de l’OS, puis des applications qui vous seront inaccessibles


(vous pouvez scroller à droite pour les infos annexes)

Le tableau est classé par durée de mise à jour officielle. Seuls les smartphones qui ne sont pas encore en fin de support sont listés dans le tableau ci-dessus, avec une valeur qui correspond au nombre de jours qu’ils ont vécus avec un support avant d’être rendus obsolètes par fin de suivi par leur constructeur spécifique.

Les téléphones avec support en cours (dernière colonne sur la droite sur l’aperçu ci dessus) ont une valeur de durée de mise à jour très simple. Elle consiste à calculer en dynamique la date du jour – la date de sortie. Mais il faut garder à l’esprit que la fin du support n’est pas toujours annoncée de suite voire cachée. Le tableau « en cours » et la valeur de mise à jour en face n’est donc là qu’à titre indicatif. Ceux qui comptent sont ceux finis officiellement, et parfois, quand je mettrai à jour le tableau, il se peut que ce soit une date passée et que la durée de support diminue finalement lourdement quand elle est enfin connue. Attention donc 😉

Le tableau contient beaucoup de téléphones récents comme le Galaxy S3 / Galaxy S4 / Xperia Z / Nexus 4 / Nexus 5 / etc… qui eux ne sont pas encore en fin de support officiel théoriquement et donc ont une valeur de support en jours absente, car on ne la connaît pas encore.

Le tableau complet avec les détails est consultable sur google drive ici.

Ils arriveront dans l’article quand ce sera le cas 😉

Achetez intelligent, achetez durable !

Le software étant le critère numéro 1 de l’obsolescence de nos smartphones / tablettes, j’espère que cet aperçu des pratiques, centré sur les smartphones les plus répandus, vous ont aidé à comprendre quelle est l’obsolescence moyenne d’une plateforme, d’une marque, les stars et les losers.

Et pourquoi pas privilégier les bons élèves à votre prochain achat qui sera plus pérenne ?

Et du coup vous ferez un achat plus économe, plus durable, plus appréciable.

Apple : premier de la classe mais peut mieux faire !

En commençant cet article je me doutais de cette conclusion, mais je ne pensais pas que les chiffres seraient aussi mauvais pour les Android. Bravo à Apple, même si on aimerait à l’avenir que dans leur effort de mise à jour, ils fassent plus attention à ne pas trop faire ramer les anciens téléphones et qu’ils arrêtent de retirer les fonctionnalités marketing de la dernière version quand les anciens téléphones peuvent le faire tourner sans accroc, comme Siri par exemple. Très beau bilan, mais on attend encore mieux à l’avenir.

Android Nexus : bon deuxième, mais pas satisfaisant

Les Nexus ont toujours coûté cher jusqu’au Nexus 4. Et force est de constater que ce sont les téléphones Android mis à jour le plus longtemps en plus d’être toujours les premiers servis. Et ici, pas de favoritisme à la Apple, si tu as la dernière version Android tu récupères toutes les nouvelles fonctionnalités. Un point troublant quand je suis passé du Galaxy Nexus au Nexus 4 et que j’avais l’impression d’avoir quasiment le même téléphone. Le gros bémol reste la durée totale de mise à jour, aucun Nexus n’a su atteindre le cap des deux ans ! Il reste du boulot Google !

Le tout premier Nexus, qui a lancé Android, souffre en queue de peloton avec une toute petite année de suivi contre quasi 2,5 années pour le premier iPhone, je crois que la tendance était déjà assumée chez Google à l’époque. On aurait dû s’en douter !

Android en général : une jungle de mauvais élèves !

En commençant cet article je pensais pouvoir retrouver un Galaxy S2 au niveau d’un iPhone, ou je ne sais quelle marque arriver à la porte des gros scores d’Apple. Sincèrement, je pensais même que le Galaxy S2 avait eu droit à plus de mises à jour que le premier iPhone.

Grossière erreur. Quand le S2 affiche péniblement une année et demi de mises à jour, le premier iPhone (pourtant le plus vite abandonné) frôle les deux années et demi de mise à jour. Belle leçon de choses.

Autre surprise, le Sony Xperia X10. Dieu sait que Madame l’a aimé (premier smartphone correct pour elle) et détesté à la fois (qu’il était lent et buggé !) et finalement c’est le meilleur élève Android – hors Nexus – des mises à jour peut être grâce à un démarrage en 1.6 anachronique, allez savoir.

En tout cas on constate que c’est la fête du slip, qu’aucun constructeur ne peut afficher des résultats corrects, et même si la tendance actuelle semble s’améliorer sur les haut de gamme, on attendra de vrais chiffres avant de crier victoire. J’attends beaucoup du Galaxy S3, du Xperia Z ou du HTC One. Les gars, il va falloir démontrer votre sérieux avec des clients qui ont acheté ces terminaux désormais aussi chers qu’un iPhone à leur sortie (ou pas loin en tout cas).

Bonnets d’âne pour tout le monde, sans exception.

Et ne parlons pas de firmware alternatifs tant ces solutions sont lourdes de désagréments, de déceptions, d’optimisations à faire hors de portée du grand public. Il est vrai qu’avec ces roms alternatives un Galaxy S2 reste à jour en 2013 et le sera sans doute en 2014. Ces solutions sont agréables mais devraient rester des alternatives à une rom constructeurs et non la seule solution passée la première année de commercialisation d’un smartphone.

Les Windows Phone : catastrophe et manque de recul

Le cas des Windows Phone est quelque peu différent. La transition de WP7 à WP8 a été brutale : tout le monde a dû racheter un téléphone et quelques-uns ont eu droit à une mise à jour en 7.9 qui reste Windows Phone 7 relooké 8 avec quelques fonctions en plus.

Grosse débâcle d’un outsider qui a intérêt à nous proposer mieux à l’avenir s’il espère continuer à gratter de la part de marché. Que dire à quelqu’un qui a acheté la semaine précédent l’annonce un Nokia à 400€ ? Ciao dude, plus aucune innovation / amélioration à attendre, ton téléphone restera figé sous WP7 ? Il y a dû y avoir quelques crises de nerf chez les clients Windows Phone, mais on peut espérer que ce premier couac ne sera pas la règle à l’avenir. Dans le temps, les vieux smartphones sous Windows Mobile (autre époque) bénéficiaient d’un certain suivi et d’upgrades.

Partagez la bonne parole et vos expériences

N’hésitez pas à partager cet article à vos amis, cela pourra toujours leur servir et démystifiera certains points de vue sur la durée de vie réelle des téléphones, typiquement pour ceux qui les achètent encore subventionnés avec un forfait à engagement.

Et surtout, mettez-nous vos expériences perso dans les commentaires, un feedback de la part des lecteurs c’est toujours intéressant, pour savoir si vous avez rencontré le problème ou si quelque chose manque (un modèle ?) dans l’article, n’hésitez pas !

 

à suivre

Commentaires