# Preview

Fujifilm X-T1, le puriste

xt1

Voilà encore une fois, Fujifilm me propose de découvrir un appareil de leur gamme « X », et cette fois c’est le X-T1, le puriste, celui qui pousse encore plus loin la trinité de la photo tout en procurant une robustesse et une prise en main quatre étoiles !

Un Fujifilm avant tout

Au programme, le fameux capteur pour lequel j’ai tellement d’amour, le capteur X-Trans II de 16 millions de pixels en APS-C, celui qui arrive à faire des détections de phase pour la mise au point (oui sans miroir), et qui n’a pas de filtre passe-bas, gagnant ainsi en piqué et en sensibilité. Le capteur qui te laisse obtenir de beaux résultats même à 6400 ISO en RAW oui oui !

Xt1-2

Pour finir de parler du capteur, je peux vous assurer que j’ai obtenu les plus beaux JPEG que j’ai jamais vus, même à l’impression même sur du grand format, en sortie de boîtier, la qualité est folle (et si l’on fait du JPEG on peut monter à des ISO hallucinants, genre 25600 voir 51200 (enfin c’est pas la folie en ressenti faut pas déconner)).

Une finition WR et pratique

Le X-T1 a une finition Water Resistant, avec 80 joints, bon ok c’est bien mais c’est surtout la structure magnésium qui est intéressante, voilà un appareil que vous n’aurez pas peur de promener partout dans le monde.

x-t1_magnesiumFujifilm continue sur sa vision de la photo, tout est disponible sans rentrer dans les menus, on arrive à modifier la vitesse, les ISOs, la prise de vue et même la mise au point, le tout directement via les molettes. Comme d’habitude, l’ouverture se règle sur l’objectif, on y trouve un plaisir rétro mais surtout une praticité folle. En effet, en un clin d’œil on connaît les réglages de l’appareil, on le sort et on connaît son réglage. C’est simple et diablement efficace, les anecdotes de d’Eric Bouvet (dont vous devriez regarder les dernières photos faites aux x-Pro1 et x-T1) nous ont confirmé l’intelligence de Fuji dans ce domaine. On notera aussi la présence sur le X-T1 d’un viseur électronique de très bonne qualité, presque en temps réel et surtout d’une taille assez remarquable, à titre de comparaison j’ai eu plus de plaisir que sur le X-Pro 1.

En pratique

N’oublions pas un point néanmoins important : cet appareil s’adresse à des photographes avertis, experts et professionnels. Si on peut se laisser séduire par le faible encombrement de ce X-T1 pour des performances comparables aux meilleurs appareils de type reflex du marché, il demandera un temps d’adaptation à celles et ceux qui n’ont pas l’habitude d’utiliser les produits de la marque, et encore plus pour ceux qui n’utilisent que les réglages automatiques de leurs appareils (Oui, je vous juge !).

Comme dit plus haut, le fait d’avoir une multitude de réglages à portée de doigts peut dérouter au premier abord, mais avec la pratique, on jugera en définitive du côté naturel de l’initiative du constructeur japonais. « Faire une photo » prendra alors tout son sens car on composera son image très minutieusement, avec un plaisir non dissimulé.

Avec ses formes affirmées, on comprend vite une fois en main que l’appareil n’est pas là pour vous faire un tour de charme, mais sincèrement pour être opérationnel dès les premiers instants. Et enfin, on n’oubliera pas le mode vidéo HD qui permet d’enregistrer en 1080p 60i/s, et ceci en un clin d’œil avec un dernier bouton sur le côté droit et qui déclenchera sans attendre la capture.

Le petit plus qui m’a fait plaisir : la « simulation de films », au nombre de dix, qui permet de prendre des photos avec des styles préréglés (accentuation des contrastes, noir & blanc, sepia, etc.) et qui seront directement reconnus dans les meilleurs logiciels de retouche du marché.

Au final

Comme d’habitude, la gamme des objectifs Fujinon s’étoffe avec surtout un 16-55 mm f/2,8 R OIS WR (Water Resistant), l’objectif trans-standard par excellence. Par contre, vendez votre enfant et achetez vous le 56 mm f/1.2, un des plus beaux objos qui existent. Le X-T1 sera disponible nu à 1 049 €.

 

à suivre

Commentaires

à lire aussi

Articles similaires

# Test DS
Rhythm Paradise
# Concours Jeux PC
Les chroniques de Sadwick