# Photo

100 héros pour la liberté de la presse

100 héros pour la liberté de la presse est le nouvel album photo de Reporters sans frontières en association avec l’AFP. Ce livre regroupe des photos de personnes mythiques, de fiers défenseurs de la liberté et de personnes qui se battent ou se sont battus pour l’égalité des droits face à l’oppression. Des héros. Des vrais.

Pas de capes mais une vraie force

RSF_HERO_COUV_FR_1024x1024Cet album est un hommage à toutes celles et ceux qui ont marqué notre histoire par leurs actions et leur courage.

Les premières photos montrent l’AFP en 1946 puis la place de la République à Paris pendant la marche républicaine en hommage aux victimes des attentats du mois de janvier. Le ton est donné. Et c’est d’ailleurs sur la même note que se clôture aussi l’album avec un article inédit titré « Le blasphème rend libre » de Gérard Biard, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo.

Au milieu de cela, on va trouver des photos historiques de personnes qu’on ne présente plus comme Martin Luther King, datant de 1963, lors de la marche sur Washington où il prononce son fameux discours « I have a dream… », mais aussi Nelson Mandela, Ernesto « Che » Guevara, et même Jacques-Yves Cousteau ou encore Mère Thérésa.

Plus récemment, nous avons aussi vu se lever des héros qui font entendre leurs voix. Ceux-là aussi sont bien représentés. Parmi eux: Malala Yousafzaï; le professeur Muhammad Yunus, inventeur du micro-crédit; les manifestants de la place Tahrir pendant le printemps arabe au Caire ou encore des sapeurs-pompiers dans la zone de sauvetage du World Trade Center et Lassana Bathily le héros employé de l’Hyper Cacher en janvier dernier.

Les photos sont magnifiques, comme toujours mais cet album a une portée particulière avec des modèles hors normes, souvent des prix Nobel, des personnes hommes et femmes de tous temps qui lèvent le poing pour façonner un monde meilleur contre la corruption, contre la dictature, contre la pauvreté, contre l’ignorance, contre le racisme…

The civil rights leader Martin Luther KIng (C) waves to supporters 28 August 1963 on the Mall in Washington DC (Washington Monument in background) during the "March on Washington". King said the march was "the greatest demonstration of freedom in the history of the United States." Martin Luther King was assassinated on 04 April 1968 in Memphis, Tennessee. James Earl Ray confessed to shooting King and was sentenced to 99 years in prison. King's killing sent shock waves through American society at the time, and is still regarded as a landmark event in recent US history. AFP PHOTO

États-Unis, Washington. Le 28 août 1963, Martin Luther King, pasteur baptiste et militant des droits civiques, salue la foule de ses partisans devant le Washington Monument, lors de la « marche sur Washington ». il y prononce un discours historique qui salue l’évènement comme « la plus grande manifestation pour la liberté dans l’histoire des États-Unis » et se conclut par la fameuse anaphore « I have a dream today ». Prix Nobel de la paix en 1964, il sera assassiné le 4 avril 1968 à Memphis, dans le Tennessee, par un ségrégationniste blanc, peut-être lié à une conspiration. « Une injustice où qu’elle soit est une menace pour la justice partout », a-t-il écrit dans sa Lettre de la prison de Birmingham. © AFP

picture-dated-12-october-1992-b69a-diaporama

Guatemala, Solola. Le 12 octobre 1992, à Solola au bord du lac Atitlan, Rigoberta Menchù, militante des droits indigènes et prix Nobel de la paix, marche avec d’autres membres du peuple quiché lors d’une manifestation contre l’oppression et la barbarie que subissent les paysans mayas. © Rolando Gonzales / AFP

pro-democracy-lawmakers-walk-out-in-95ac-diaporama

Chine, Hong Kong. Le 14 janvier 2015, des députés prodémocratie quittent le parlement de Hong Kong en signe de protestation avant le discours annuel de politique générale de Leung Chun-ying, chef du gouvernement, devant le Conseil législatif. Celui-ci n’a fait aucune concession sur la réforme électorale, affirmant que le territoire ne jouit pas d’une « autonomie absolue » vis-à-vis de la Chine et appelant à soutenir le très controversé processus de sélection du chef de l’exécutif. © Philippe Lopez / AFP

Une bonne cause

Rappelons encore une fois que les fonds récoltés par Reporters sans Frontières par la vente de ces albums à 9,90€ servent une bonne cause.

L’argent est utilisé afin « d’aider les journalistes en danger, de soutenir les médias en difficulté ou encore de fournir des casques ou des gilets pare-balles aux reporters travaillant en zones de guerre où informer peut coûter la vie », un petit pas pour défendre la liberté de la presse.

à suivre

Commentaires

Les commentaires sont fermés.