# Série

Les invincibles : couilles et solidarité !

logo_lesinvincibles

Il y a quelques semaines, mon homme et moi avons terminé la saison 3 de la série québécoise « Les Invincibles ». On est restés baba devant le générique, moi en train de pleurer, lui sa petite ligne d’émotivité du front bien marquée. La mélancolie post-dernier épisode sériale a duré une bonne semaine.

J’avais toujours cru que nos séries étaient inexportables, parce que pour le commun des mortels, accent québécois = clown qui fait des prouts avec sa bouche pour nous faire rire. Difficile d’être probant dans le registre mélo-dramatique avec ces conditions.

Mais à la vue de la réaction provoquée chez un pur produit de la Douce France, force m’est d’avouer que la série est la porte d’entrée rêvée pour le Français qui aimerait découvrir une série québécoise. Alors si vous vous sentez prêt à dépasser le stade du « j’adoooore votre accent », lancez-vous ! Les Invincibles, c’est crissement bon !

L’histoire

C’est l’histoire de quatre trentenaires, Pierre-Antoine Robitaille (joué par François Létourneau, co-auteur de la série), Steve Chouinard, Rémi Durocher et Carlos Fréchette. Tout ce beau monde vit à Montréal (de belles prises de vues en prime !) et essaye tant bien que mal de trouver « le bonheur », notion vague de la vie d’adulte. A chaque saison sa méthode, toutes aussi foireuses les unes que les autres.

Au fur et à mesure que l’intrigue évolue, on découvre en parallèle un comics qui raconte les aventures de quatre super-héros, les Invincibles. La BD est en fait dessinée par Carlos et est inspirée par sa vie et celle de ses amis. C’est clairement l’une des forces de la série, car si les Invincibles sauvent le monde dans la BD, leur alter-égo montréalais n’ont absolument rien d’épique.

Invincibles comics

De gauche à droite et de bas en haut : Phantoman (Carlos), Psyro (Rémi), Magellan (Steve), Capitaine Liberté (PA), Scan-Mind Jane (Jeanne) et Dark Evil-Lyn (Line la pas fine).

Dans la première saison, les quatre amis signent un pacte qui les oblige à rompre avec leur copine respective, à une date et heure fixes, et qui les empêche de faire durer toute nouvelle relation au delà de deux semaines. Mais les apprentis-sorciers vont bientôt regretter d’avoir forcé leur destin, et vont s’embourber dans des emmerdes sans fin.

[youtube]http://youtu.be/7F1i72D5LLY[/youtube]

La saison 2 commence six mois plus tard. Les garçons commencent un nouveau pacte, un « rallye du bonheur », mais encore une fois leur recherche qui manque de naturel et d’honnêteté va les enfoncer un peu plus, jusqu’à ce que finalement chacun réalise qu’il est préférable d’avoir ce dont on a besoin dans la vie, plutôt que ce qu’on désire.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Ut50xwHKuiQ[/youtube]

Deux ans plus tard, la saison trois nous montre nos 4 héros en couple. Tout le monde a l’air heureux, même si les gars ne semblent pas avoir beaucoup changé. Après une soirée particulièrement foireuse, les filles prennent le contrôle, fatiguées des « niaiseries » de leurs copains. Mais en voulant chasser leur naturel, elles provoquent une rébellion qui va encore une fois plonger tout le monde dans une belle mélasse.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=UC1GUDL5BNM[/youtube]

ph_album15_02

Gros +1 pour l’épisode flashback qui nous montre nos héros dans les années ’90, avec la mode très moche de l’époque !

Les anti-héros

La grande force de cette série, c’est de présenter des personnages réalistes, qui évoluent au fil des saisons. On les suit et on les aime, parce qu’ils sont criant de vérité. Leurs erreurs, leurs mensonges, ce sont aussi les nôtres. Nous sommes aux antipodes des séries à rallonge qui enchaînent les saisons les unes après les autres, avec des personnages statiques et une histoire qui s’essouffle jusqu’à devenir complètement débile.

ph_epis01

Les gars : Steve, PA, Carlos et Rémi

Ensuite, il y a bien entendu le jeu des acteurs. Ces quatre-là s’aiment vraiment, si bien qu’on se demande s’ils ne sont pas les meilleurs amis du monde dans la vraie vie. Inutile d’ailleurs de chercher la bimbo ou le beau gosse musclé et épilé. Le casting des Invincibles est composé d’acteurs et d’actrices tous plus talentueux les uns que les autres, avec un physique « normal ». On les trouve beaux, pourtant, et on les aime encore plus pour être accessibles et réalistes. Au lieu de fantasmer ou de rêver qu’on est l’héroïne ultra sexy de l’histoire, on se retrouve à s’inquiéter pour ces pauvres diables qui n’arrivent pas à s’en sortir.

d71449534887aee6dbd9119f5ef8

Les filles : Cynthia, Marie-Ange, Lyne et Vicky

Sans rien spoiler du sublimissime final, j’aimerais souligner à quel point la fin de la série est fidèle à cette authenticité. On se lève de notre canapé et on regarde notre propre vie de trentenaire d’un autre œil. En regardant ces quatre-là se débattre pour quitter le monde de l’adolescence, on finit par sentir toute l’absurdité et la cruauté de la vie. Une bonne grosse claque qui nous fait ouvrir les yeux sur la réalité, en toute lucidité, et sereinement malgré tout.

Un produit québécois… inimitable

Si vous gouguelisez « Les Invincibles », vous allez tomber sur deux séries, dont l’une française, postérieure à la version originale. On avait même écrit un article sur VDG lors de sa sortie en 2010. Mais en comparaison, le résultat est décevant. Mauvaise mise en scène, mauvais acteurs, mauvaise transposition dans le monde parisien. Doudou et moi on a tenu environ dix minutes avant de couper, déçus. Alors de grâce, fuyez cette pâle imitation !

Il est probable que le vocabulaire, la prononciation et les expressions de la Belle Province vous donnent un peu de fil à retordre lors des premiers épisodes. Mais de l’avis des Français que j’ai déjà convertis, on s’y fait au bout d’un moment, après avoir appris le sens des mots chums, bobettes, crosser et s’être familiarisé avec le merveilleux monde des jurons québécois.

Si vous êtes un consommateur honnête et qui télécharge en tout légalité, la série est disponible sur Amazon.ca ou Archambault (l’Euro est plus cher que le Dollar canadien, profitez-en !). A voir si on peut le commander à la Fnac aussi, mais dans tous les cas elle sera plutôt difficile à trouver, je vous le concède. Alors enfilez votre costume de super-geek et partez à la conquête des Invincibles ! Vous ne le regretterez pas.

les-invincibles

Les acteurs principaux : Patrice Robitaille, Pierre-François Legendre, François Létourneau et Rémi-Pierre Paquin.

 

 

Note sur 10 9
La série est réaliste, prenante et le jeu des acteurs est excellent. Les leçons qui sous-tendent la finale des trois saisons sont profondes et nous font du bien.
  • Le jeu des acteurs
  • La mise en scène, qui passe si bien du comique au dramatique
  • L'accent québécois 🙂
  • Le rythme de l'histoire et les revirements innattendus
  • [3e saison] Un début un peu trop focalisé sur les relations hommes/femmes

à suivre

Commentaires

2 réponses à “[Série] Les invincibles : couilles et solidarité !”

  1. Choueps dit :

    OK c’est noté !
    J’avais bien accroché sur la série française (plutot pour son concept et 2 des acteurs), connaissant l’existance de la canadienne (Ma cousine vit là bas !) mais sans jamais en avoir vu un épisode.
    A lire le post, je pense que je vais me procurer les saisons canadiennes meme si je crain de rater des références et gag’s liés aux coutumes locales ;’)
    PS : Pour éviter l’accent, il fallait faire une comédie musicale …Céline si tu lis ces lignes, pose un comment et Praska te contacteras pour mise en relation !

  2. Fattfrog dit :

    L’avantage avec une série comique, c’est qu’il y aura moins de références culturelles et de gags que dans un stand up comique, par exemple. Tu en rateras probablement quelques uns, mais globalement je crois que tu vas te régaler 🙂 Tu me diras ce que tu en penses lorsque tu l’auras visionnée !

à lire aussi

Articles similaires

# Vie de Gamer
Just Dance 2015 sur PS4