# Evénement

Soul Calibur 5 : le retour de la légende de l’épée

« Soul Calibur : A tale eternally retold… » C’est par ces quelques mots, comme une signature, que débute chaque nouvel épisode de la saga Soul. Comme son titre ne l’indique pas, il est ici question du sixième épisode de Soul Calibur dans la chronologie de la saga (car oui, mesdames et messieurs, le véritable premier volet, c’est Soul Edge/Blade et non Soul Calibur ! Mais ça… ça… on s’en fout, hein ?).

Comment ? Encore un autre billet sur [amazon_link id= »B005EQIS04″ target= »_blank » ]Soul Calibur V[/amazon_link] ? Oui mais cette fois, c’est moi qui en parle (et non Pras) et ça , ça vaut tout l’or du monde non ? Et c’est vrai que ça fait toujours plaisir de poster un petit billet en tant qu’invité-rédacteur sur VDG de temps à autre, en dehors de mon blog Tryandplay.com (ndlr (Pras) : ah ouais ok le backlink ). Bref, alors oui, je sais, le monsieur vous a déjà pondu une première preview du titre mais là, c’est différent : Soul Calibur V débarque ENFIN chez NOUS ! Et pour fêter ça dans l’allégresse, l’éditeur Namco Bandai n’a rien trouvé de mieux que de me proposer de participer à un petit tournoi presse en plein cœur de Paris, histoire de dévoiler au monde entier mon niveau nullissime sur SoulCa. Chouette…

Quelques minutes se sont à peine écoulées depuis mon entrée dans le loft et déjà, les hurlements de rage commencent à fuser de toute part. Faites donc le test chez vous : parmi tous les jeux de combat existants, rare sont ceux comme Soul Calibur qui vous font vivre tant de choses dans l’extrême. D’abord, pour nos yeux car visuellement, le jeu CLAQUE ! Les décors sont superbes, foisonnent d’animations et de détails incroyables. Comme souvent dans la série, les environnements sont diversifiés, conjuguant les zones totalement ouvertes et celles semi voire totalement closes, se payant même le luxe d’être interactifs. Que dire enfin des protagonistes qui brillent de mille feux, tant par le détail de leurs costumes que par leurs physiques. La SoulTeam est parvenue à faire encore plus beau que dans l’épisode IV, c’est dire ! D’autant que le système de customisation des combattants, inauguré dans Soul Calibur III, fait ici son grand retour et offre plus de liberté comme dans Tekken 6, l’autre série phare de l’éditeur (mais ça, Pras vous en avait déjà parlé…).

Cette débauche dans l’extrême, on la ressent également durant les combats féroces. Violents. Captivants. Cruels. Pourtant, cette violence ne se traduit jamais par des giclées de sang ou même des membres coupés (un comble pour un titre dont la spécificité est le combat d’armes). Non, elle est présente sous sa forme la plus démonstratrice : celle de la rage de vaincre vos adversaires dans des duels. Dès lors, les conclusions d’un combat de SoulCa se répètent et se suivent : il suffit de les lire sur les visages tantôt rieurs, tantôt déconfits des joueurs. Explosion de joie d’être parvenu à remonter une entame de match désastreuse avant de l’emporter. Ou cruelle déception en se faisant sortir piteusement de l’arène au moment même où vous alliez porter le coup fatidique sur votre adversaire.

Si le scénario annonce l’arrivée d’une nouvelle génération entraînant la disparition de plusieurs figures marquantes de la série (adieu l’impétueux Killik…), rassurez-vous, tout n’est que subterfuge ! Car malgré les nouvelles têtes, on se retrouve face à des « copier/coller version djeunz » des styles des feux disparus. Car, plus que jamais, Soul Calibur V prône la diversité dans les styles de combats : bâton, épée, fleuret, nunchaku, kunai, sabre, etc. Le summum revient sans doute à l’invité spécial, Ezio d’Assassin’s Creed, avec sa panoplie incroyables d’armes dissimulées. Entre ses pistolets et armes blanches fugaces, Sport Billy peut aller se recoucher !

En toute franchise, Soul Calibur reste Soul Calibur. Les mécaniques de jeu demeurent les mêmes et le titre se montre toujours aussi simple d’accès pour les néophytes qu’auparavant. Et même davantage dans cet épisode aux vues des changements opérés comme la facilité de déclencher un super-combo, d’une simple combinaison de deux quarts de cercle avant et A+B+Garde. Mais le changement marquant reste la refonte du système de contre. Voilà un point qui m’a particulièrement perturbé. Dans les précédents épisodes, il était en effet possible de contrer ou dévier les coups de votre adversaire en combinant une direction et le bouton Garde. Ce qui permettait d’engendrer des combats façon pierre/feuille/ciseaux et stratégie de combat. Désormais, c’est terminé : s’exécutant avec un timing ultra-serré grâce à la combinaison Arrière+Garde, le contre est à lancer avec parcimonie puisqu’il viendra puiser dans votre propre jauge de vie ! Voilà qui met fin à une marque de fabrique de la série afin d’encourager le côté spectaculaire des combats et le tout-avant.

Je dois avouer que cet aspect m’a particulièrement déçu car même s’il oblige les adversaires à l’attaque, il avantage plus que jamais les combattants massifs utilisant des armes à longue portée à l’image d’Astaroth ou Knightmare. Mais il faudra pouvoir pratiquer à la longue pour saisir toute la subtilité du gameplay de ce nouveau Soul Calibur. Quelqu’un que cela n’a pas inquiété par contre, c’est ce cher @YamatoDTC du site Journal du Gamer puisqu’il a remporté le 1er prix du tournoi : le jeu [amazon_link id= »B005ZAYFEC » target= »_blank » ]Soul Calibur V Edition Collector[/amazon_link] et [amazon_link id= »B006N9GQQ4″ target= »_blank » ]son stick officiel de chez Madcatz[/amazon_link] ! Y a des jours comme ça où ça vaut tout de même le coup de se lever…

Soul Calibur V débarque sur consoles HD [amazon_link id= »B005EQIS1S » target= »_blank » ]Xbox 360[/amazon_link] et [amazon_link id= »B005EQIS04″ target= »_blank » ]Playstation 3[/amazon_link]  aujourd’hui !

Le site officiel Soul Calibur V

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JnrMIkzEam4&feature=relmfu[/youtube]

à suivre

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

à lire aussi

Articles similaires

# Test Wii
Sonic Colours
# Test Ps3
Buzz Quizz World