# Preview PSP

Soulcalibur: Broken Destiny

scbd_logo.jpg

S’il y a bien un jeu qui fait figure d’étalon dans le domaine des jeux de combats versus avec des armes, c’est bien la série Soul Calibur. Après avoir trôné en maître depuis presque quinze ans sur nos consoles de salons, de la Playstation à la Dreamcast en passant par la Gamecube et Playstation 2 avant d’atterrir sur Playstation 3 et Xbox 360 l’année dernière, la série phare de Namco Bandai débarque pour la première fois de son histoire sur console portable. Qui l’eût crû?

The legend will never die

Cette première véritable confrontation avec le nouveau Soul Calibur sur PSP était pour le moins attendu me concernant. J’étais en effet curieux de voir comment les développeurs ont bien pu retranscrire toute la richesse visuelle et le gameplay légendaire du jeu sur ce support nomade. Autant dire que le pari était loin d’être gagné. Pour le coup, la présentation du jeu s’est déroulée sur une version terminée et l’ensemble des éléments cachés étaient débloqués. Ce qui m’aura permis de véritablement mesurer la richesse du contenu que renfermait le titre…

L’essentiel est dans ta poche

scbd_pub_ss_cassandra_mitsurugi_090410_001_prt.jpgAprès une introduction en image de synthèse du plus bel effet, on accède à l’écran de présentation intégralement en français: plusieurs modes de jeux vous sont lors proposés. Un mode « Combat rapide » vous permet de vous lancer directement au cœur de l’action, l’ordinateur vous trouvant un adversaire au hasard. Le mode « Quête » constitue en quelque sorte le mode histoire du jeu sans en être véritablement un: au fur et à mesure de votre aventure, on vous confiera des missions à compléter où vous rencontrerez des personnages imaginer par l’ordinateur également et des personnages du casting Soul Calibur en guise de boss. Des petites cinématiques sous forme d’illustrations fixes font le lien entre les nombreux combats qui entravent votre chemin. Le mode « Entrainement » vous permettra de vous exercer à la maîtrise des coups de chaque personnage. Le mode « Défi » n’est quant à lui qu’une sorte de survival où des conditions vous seront imposées pour avoir le droit de passer à l’étape suivante. Un mode versus en online (mais uniquement ad-hoc) est disponible, sans doute le mode le plus intéressant puisque l’intérêt d’un jeu de combat versus réside principalement dans celle de s’opposer à un adversaire humain. A noter que durant mes parties, des succès se sont débloquées: il semblerait qu’ils servent à débloquer des personnages et des objets pour le mode Création. Ce dernier, désormais incontournable depuis SC III vous permet toujours de créer votre propre personnage selon vos propres critères, allant de la physionomie du personnage à sa spécialité, aux habits ainsi qu’aux armes: ce qui laisse augurer des dizaines de milliers de possibilités. Toujours sympa ça.

Kratos, roi de la Soul

scbd_pub_hss_kratos1_002.jpgEn dépit du faible nombre de mode de jeu et de l’absence d’un véritable mode histoire, il n’en reste pas moins que SC: BD se veut avant tout une fidèle adapation de Soul Calibur IV. Pour preuve: le nombre de personnage s’élève au chiffre de 28 au total, un record pour un titre de ce genre sur console portable. Chacun bénéficie en outre d’un costume alternatif inédit. On retrouve dans le casting l’ensemble des personnages de SC IV, tronqué des ajouts de personnages créés pour les versions consoles de salons type Yoda, Darth Vader, etc. Rien de bien grave donc, d’autant que l’on gagne au passage deux nouveaux venus: le magicien Dampierre, un personnage assez étrange à manipuler de par ses postures incongrues rappelant Voldo, et surtout Kratos, héros de la série God of War, qui fait une arrivée remarquée dans cette version de par son caractère violent armé de ses deux épées tranchantes, la plupart de ses combos destructeurs étant présents: aucun doute qu’il saura trouver sa place parmi les fans de l’univers Soul Calibur.

Technique de gros calibre

scbd_pub_ss_mitsurugi_taki_090410_001_prt.jpgLà où tout le monde sera d’accord, c’est au niveau du bilan technique: c’est bien simple, SC: BD est sans doute à ce jour le plus beau jeu de combat 3D sur console portable. Même Tekken: Dark Resurrection, adaptation pourtant réussie sur PSP, semble à la ramasse à côté. Les animations des personnages sont richement détaillés incroyablement fluide (les mouvements labiales tout comme les doublages de chaque personnages en anglais et japonais sont présents) et les mouvements incroyablement fluides. On reconnaît sans peine tous les personnages qu’on croirait tout droit issus de la version Playstation 2. Les décors ne sont pas en restent non plus: si l’on retrouve quelques décors de SCIV, certains sont tout simplement inédits. On sent que la PSP en a dans le ventre, que ses capacités sont pleinement exploitées et ça fait rudement plaisir! On chipotera juste sur le léger effet d’aliasing sur les personnages ainsi que la réduction des effets d’impact entre armes, moins percutants qu’à l’accoutumée.

Comme à la maison, mon frère!

scbd_pub_ss_tira_ivy090410_001_prt.jpgTerminons avec la jouabilité: on retrouvera la quasi-totalité des coups de l’ensemble du casting (je n’ai pas pu encore juger si tous les coups étaient bien présents) réadapté aux boutons de la PSP pour le coup, puisque deux des boutons sur les tranches disparaissent. Ce qui n’est pas trop gênant, ceux-ci étant généralement affectés à des combinaisons des quatre boutons principaux. Niveau déplacement, ceux-ci peuvent s’effectuer aussi bien avec la croix directionnelle que le stick analogique: pas de jaloux donc. Les commandes répondent au poil à l’écran même si je dois avouer que les boutons de la PSP s’avèrent moins souples que ceux du Dualshock 3 ou manette Xbox. A noter que la preview s’effectuait sur une PSP Slim et qu’il ne m’a pas été permis de voir si la jouabilité resterait aussi optimale sur une PSP Go.

Pas cher, mon fils!

SC4_PSP_Inlay_UK.inddDernier point: le prix. Et là, on ne peut que se féliciter de la démarche du distributeur Ubi Soft pour pousser le titre puisqu’il est proposé au doux tarif de 29,95 €. Un excellent titre à un prix exceptionnel donc. Certes, il ne s’agit finalement que d’une mise à jour en quelque sorte d’un jeu sorti l’année dernière mais qui n’a jamais rêvé de se lancer dans un combat aux commandes de Mitsurugi contre la plantureuse Ivy ? Espérons donc que le jeu obtienne le soutien qu’il mérite auprès des possesseurs de PSP à la recherche de hits. Disponible le 3 septembre prochain dans toutes les bonnes crémeries, Soul Calibur: Broken Destiny sera proposé sur support UMD à sa sortie et arrivera probablement sur le PSN Store peu de temps après, à un prix pour l’instant inconnu.

à suivre

Commentaires

3 réponses à “[Preview PSP] Soulcalibur: Broken Destiny”

  1. Gohanworld dit :

    Je pense bientot me l’acheter celui ci 😀

  2. Cosmic Frog dit :

    Beau geste de la part de l’éditeur le coup du prix !
    Quant à imaginer dézinguer Voldo et autres Astaroth avec Kratos…ça promet !

  3. didi769 dit :

    frenchement moi je vou la conseille il est trop bien est kratos il est tou simplement extraordinaire mm si les technique de c coup son dur a realiser defoncer algol avec c trop maramt le seul petit reproche c ke c un peu repetitif comparer o otre episode de la saga. 🙂

à lire aussi

Articles similaires

# Concours Uncharted 2
La liste des gagnants
# Vie de Gamer
PS VITA Velocity Ultra