# Critique Comics

Ozma, la princesse d’Oz


Fin 2012, Panini tentait le pari de lancer l’adaptation comics récente du Magicien d’Oz, oeuvre classique américaine de littérature pour enfants signée L. Frank Baum. Grand bien lui a pris, puisque cette édition a connu le succès ! Signée Eric Shanower et Skottie Young, le titre a rapidement trouvé son public et s’est rapidement retrouvé épuisé. Fort de ce succès, Panini a continué sur sa lancée.

Du coup l’éditeur a mis les petits plats dans les grands ! Pour la sortie du second tome, ils ont fait venir Skottie Young au salon du livre de Paris. Rien que ça. Il faut dire qu’actuellement l’artiste tient le haut de l’affiche puisqu’il livre beaucoup de couvertures pour les séries régulières Marvel. Malheureusement il s’agit non pas du 2ème volume mais en réalité du 3ème ! Panini se prend pour TF1 et ses séries TV et nous livre les tomes dans le désordre. Ok il semblerait que cela n’ait aucun impact, les séries n’étant pas liées, mais tout de même. Mauvais point.

Et puis ils profitent aussi de la sortie du film sur la même oeuvre pour booster leur marketing. Pour preuve cet horrible autocollant rouge criard qui gâche le travail du dessinateur sur la couverture. Ou quand le marketing opportuniste prend le pas sur l’oeuvre. Mais on ne peut pas leur reprocher… Si parce que nous on s’en fout et qu’on veut la plus belle cover possible. Nouvel écueil avant même d’ouvrir le titre.

nomeAlors ouvrons le ! Nous sommes directement plongés dans cette histoire. Pays magiques, personnages divers et variés… Tout ici nous entraîne vers un monde imaginaire où l’on rêve d’aller flâner à notre tour. Le dessin est pour beaucoup dans cette envie. Les décors sont attirants, les couleurs particulièrement bien faites et jouent pour beaucoup sur cet univers joyeux, attrayant…

L’histoire est un conte. Donc ce n’est pas dans ce comics que vous aurez des combats a grands coup de super-pouvoirs ou autres attaques de la mort. Non, ici place à la poésie, à la magie et surtout aux belles histoires. Certains pourraient éventuellement y voir un coté moralisateur. Mais c’est aussi un reproche qui est fait aux titres Disney et cela ne les empêche pas d’être souvent géniaux. Bref un titre assez simple, basé sur un conte pour enfants, mais auquel le dessin donne une toute autre saveur.

dorothy_kansas_ozma_of_oz_3

Pour ceux qui n’ont pas encore lu le premier volume, le dessin est vraiment le point fort du titre. Les personnages sont parfaitement rendus. Les expressions des personnages humains si bien faites, les mouvements sont bien retranscrits. On ressent dans le dessin une énergie  un sens du mouvement bien trouvé qui rend la lecture du titre dynamique et aisée. Oh et puis quoi… Skottie Young est un dessinateur génial… Il vous faut un dessin ?

Par contre, comme dit en ouverture, certains points noirs viennent ternir cette édition. Tout d’abord cet autocollant rouge et criard qui va gâcher la couverture des puristes. Ajoutons aussi le fait que Panini ait décidé de publier le tome 3 avant le tome 2. Et puis franchement la collection choisie manque de panache. on aurait aimé une couverture rigide par exemple. Malheureusement  ici nous n’avons droit qu’à une couverture souple.

A leur crédit, citons les bonus de fin, avec les couvertures de la parution originale de la série ainsi que quelques croquis préparatoires.

Note sur 10 8
Conte pour enfants assez simple, un poil moralisateur, mais ce titre est magnifié par un dessin vraiment génial. Skottie Young insuffle de la vie aux personnages, les rend vivants, attachants et surtout crédibles ! Un titre rafraichîssant qui vous emporte dans des contrées lointaines où la magie prend le pas sur tout et peut donner vie ou doter de la parole n'importe machine ou animal. Bref une lecture à se procurer si on a gardé dans un coin de sa tête un bout de son esprit d'enfant. Et l'on oublie vite les défaut de l'édition qui restent secondaires.
  • Le dessin de Skottie Young est magnifique
  • La colorisation de Jean-François Beaulieu qui est parfaite
  • Je vous ai parlé du dessin ?
  • Le coté conte, donc peut être simpliste
  • Une édition un peu limite...

à suivre

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

à lire aussi

Articles similaires

# Critique Ciné
The Dark Knight Rises
# Critique Ciné
Hitchcock