# Critique Ciné

Coraline, le chef d’oeuvre de Gaiman, Selick et Coulais

coraline_2.jpg

Un film que j’attendais avec impatience ; je suis absolu fan des ces trois messieurs, ils ont chacun leur monde, et chaque fois leur monde a fait « tilt » en moi. Vous imaginez ma joie quand Chandleyr m’a invité pour l’avant première de ce film… non je ne parlerais pas de ce qu’il m’a obligé à faire pour ça, non vraiment…

Synopsis

Coraline est une fille triste, ses parents n’ont pas vraiment le temps de s’occuper de leur petite fille. Elle en devient un peu mélancolique, son existence va être bouleversé lorsqu’elle trouve cette petite porte dans leur nouveau salon…

Une claque ce film

Ce film m’a mis une bonne claque, j’ai passé un moment extraordinaire de poésie et de maitrise. Selick montre sa patte pleine de nuances, c’est magnifique. Les émotions sont maitrisées au poil, on rit, on stresse, on s’inquiète tour à tour et le tout en musique. De ce coté, Bruno Coulais a tout compris, celle-ci fait partie intégrante de l’œuvre, envoutante et enivrante.

(l-r) Wybie (voiced by Robert Bailey Jr.) goes exploring with his new neighbor Coraline Jones (voiced by Dakota Fanning) in Henry Selick's stop-motion animated 3-D adventure CORALINE, from LAIKA Entertainment for release by Focus Features.

Je n’ai pas lu la nouvelle « Coraline » , bon c’est pas ma faute je préfère les pavés en fantastique/SF, mais de l’aveu de ce dernier,il est fier de ce film, alors que demander de plus ? Ah je ne vous avais pas dit que les 3 messieurs étaient présents dans la salle ? Toutefois, on retrouve la vision alternée de Neil Gaiman, cette même vision qu’il avait des « sorcières » qu’on peut trouver dans Anansi Boys (rapport à l’araignée), bref encore un point réussi !

A noter que les voix françaises ne sont pas du tout ratées ! J’ai même pris plaisir en VF…

La 3D

J’étais très pessimiste sur la 3D au cinéma, je pensais vraiment que c’était un gadget, un truc en plus pour nous forcer à douiller les 1 ou 2€ de location. Mais que nenni, ce film exploite cette 3D avec maestro, bluffant.

coraline_1.jpg

Du travail en multi-plans, aux effets classiques (aiguille vers le spectateur), tout est pensé non pas pour faire de l’esbroufe mais pour aider à la réalisation et la vision du film. Je pense notamment à des scènes où Coraline se promène dans le jardin… vraiment réussie cette 3D. Je n’ai pas eu tellement mal à la tête, juste un peu au nez (deux lunettes c’est lourd :p )

Sortie 10 Juin 2009

Note sur 10 10
Ouais 10 ! Ce film m'a apporté les mêmes sensations que l'étrange Noël de Mr Jack, un mélange de poésie et d'angoisse où le monde est plein de nuances. L'immersion musicale, la maitrise technique mais aussi la profondeur du script font de ce film un chef d'œuvre de l'animation. j'ai hâte de le revoir !
  • Techniquement bluffant
  • Émouvant mais pas trop
  • Un film maitrisé du début à la fin et sur tout ses aspects
  • pas de moins négatif, si si !

à suivre

Commentaires

12 réponses à “[Critique Ciné] Coraline, le chef d’oeuvre de Gaiman, Selick et Coulais”

  1. Kingdork dit :

    10/10 ??? Et bah dis donc, je pensais pas qu’il serait aussi bien que ça. J’avais déjà envie de le voir, mais là tu m’as carrément rendu impatient. 😉

  2. davidous dit :

    tu parles meme pas de nous :p

  3. Kyomusic dit :

    /\ /\ ETALLIC/\ – MASTER OF PUPPETS

    L’as de trèfle qui pique ton coeur, Caroline… Non! Coraline!
    Vu également au cours de la même projection, ce film a une maîtrise technique sans équivoque et un univers graphique incroyablement riche rappelant directement l’imaginaire d’Alice aux pays des merveilles (le chat du Cheshire) & les productions de Tim Burton:
    les cisailles de la mère bouton (Edward Scissor Hands, on peut aussi pensé à transformers) Le monde parallèle (Beetlejuice, Beetlejuice, Beetlejuice). Beeeee… (ok ça va ^^

    Au niveau du doublage français, on a l’occasion, notamment d’entendre Claire Guyot dans le rôle de la Maman. Sa voix n’est pas vraiment inconnue puisqu’elle est la célèbre doubleuse de Buffy. D’ailleurs je ne sais pas si voir le film en V0 aurait été une si bonne expérience que ça, car je me demande ce qu’aurait donné le rendu des sous-titres avec les lunettes 3D (Tant pis pour Dakota Fanning et Teri Hatcher donc)

    Les effets 3D ne sont pas envahissants; ils portent le récit sans l’alourdir. Le graphisme est irréprochable et inventif. On peut aller voir Coraline ne serait-ce que pour sa réussite visuelle d’ailleurs. La réalisation en stop motion donne vraiment une dimension saisissante au film, les ombres et le relief sont sublimés, la profondeur de champ, étendue f:18, f:22

    photos du tournages du films (with the courtesy of cloneweb.net)
    http://www.cloneweb.net/coraline/co

    Pour l’intrigue, au fur et à mesure des allers retours de Coraline dans ce monde, Selick donne des indices aux spectateurs permettant de comprendre avant la jeune fille le piège qui est en train de se refermer sur elle. La montée en tension est extrêmement bien gérée et atteint son apothéose dans un final palpitant mais assez effrayant pour les plus jeunes spectateurs. On bascule progressivement du fantastique vers l’épouvante. L’atmosphère est alors pesante, presque dérangeante. Autant dire que le contrat est pleinement rempli puisque rares sont les films d’animation, qui plus est ceux en image par image, à provoquer un tel panel de sensations chez les spectateurs.

    En élément de comparaison, Coraline m’a rappelé `Matrix` pour la dualité monde réel / monde, qu’on superpose à notre regard pour nous empêcher de voir la vérité!
    Tout simplement car, les Warchowsky se sont inspirés de Lewis Carroll
    FOLLOW THE WHITE RABBIT!
    La scène en screen blank/workprint, puis de la recomposition de la maison de Coraline est absolument géniale, tout comme du dépérissement du décor (poussière de diamants!)

    Je mettrais un 3.5/5, mon coup de coeur dans la même catégorie étant:
    Wallace And Gromit in “A Matter Of Loaf And Death” |

    Merci à Genie Godula aka Nelson Monfort pour m’avoir appris ce qu’était la `Fibulanophobie` : la peur des button ( des curieux destins de Benjamin, de Jensen) ^^

    PS: Désolé pour la longueur, Praska 😳

  4. chandleyr dit :

    Je plussoie avec Davidous tu parles pas de notre torrent d’humour particulier qu’on a eu hier soir muahahahhaa :p haaaaaaaaaaa mais ce sont mes chaussures en photossssss elles sont celebres!!!!!!!!!!!! hummm humm ok e me calme :p

  5. Praska dit :

    @kyomusic : j’aime tes commentaires plein de fougue !
    @chandleyr et @davidous : mais vous êtes qui vous ? j’étais avec moi ? mon cerveau a oblitéré cette information ! :whistle:

  6. funnounou dit :

    Zomm est fan absolut de Tim Burton et quand on est allés voir Monstre contre Alien nous avons vu la bande annonce de Coraline.
    Inutile de dire que tous les 4 ( oui les trolls aussi ) sommes tombés raides dingue de la beauté de l’image, donc nous allons y aller dès sa sortie !
    Au fait, c’est le premier 10 que tu donnes pour un film ?!?

  7. Praska dit :

    @funnounou non j’ai mis 10 à Gran Torino et j’aurai voulu mettre 10 à slumdog ( mais j’étais pas assez couillu à l’époque )

  8. Lezard38 dit :

    Hé ba ça m’a l’air bien sympa ce film !!! Vivement Juin alors, parce qu’en ce moment les sorties ciné c’est pas top.

  9. Kameyoko dit :

    En voilà aussi un film que j’attends avec impatience. Déjà Gaiman c’est pas le premier péquin venu, et la réalisation et l’ambiance semblent proches de celles de Burton que je suis fan.

    ca confirme, que si on est pris dedans ça sera un petit bijou

  10. elchikito dit :

    Jeudi 14 mai, 18h00 Salle studio Universal, avant première de Coraline (Mille Merci(s) l’ami Pras pour cette soirée).
    Accueil soft, salle cosy et agréable (pas tout à fait remplie c’est dommage vu le nombre de personne qui aimerait le voir…), le son déchire et c’est tant mieux (on m’avait prévenu).
    Les lunettes sont différentes de celle que j’ai pu avoir au Gaumont, moins taintées semble t’il, rien de grave, le rendu est le même.
    18h15 pétantes : Le film démarre sur un générique d’une qualité d’animation incroyable. La 3D bat son plein, et on l’apprécie à 200%.
    Les textures explosent à l’écran, et l’ambiance bien sombre nous plonge directement dans le bain.
    On conservera une animation sans faille jusqu’au générique de fin, techniquement, c’est incroyable. Pour la 3D, elle ne sera plus aussi marquée que sur l’intro, mais rien de bien grave, la barre avait été placée très haut.
    On se sent bien, baigné dans cet univers « Burton-like ».
    Les vocalises chantées choisies par Bruno Coulais apportent un côté dark loin d’être désagréable, le thème musical est ainsi bien rythmé mais pas assez prenant à mon goût. Léger point noir donc, mais très léger car le reste du film vous emporte au royaume de Coraline, cette nouvelle Alice au pays des merveilles qui, au lieu de suivre des lapins, suit des souris et ouvre la mauvaise porte…
    Certains plans m’ont fait pensé à l’excellent « Labyrinthe de Pan », mais ce n’est pas si étrange quand on sait que les deux films explorent la même veine « Alicienne ».
    Coraline est attachante, on comprend son ennui, son besoin d’aventure, et on apprécie pleinement de vivre ses péripéties à ses côtés. Pire : lorsqu’elle passe de l’autre côté, on l’envie même un peu…
    Bref, je ne vais pas ré-écrire la critique de Pras, ou celle de Kyomusic (toutes deux excellentes), juste donner mon petit avis qui vaut ce qu’il vaut :
    C’est un très bon film d’animation, à l’univers bien marqué et qui séduira les fans de contes et de Tim Burton.
    Mais ça n’est pas du Tim Burton, et pour ma part, je le place scénaristiquement parlant, derrière « L’étrange Noel de Mr Jack » et « Les noces funèbres ». Sans doute car ces deux histoires m’ont encore plus touché.
    Et il en aurai pas fallu beaucoup plus à Coraline pour frapper en plein coeur, un Danny Elfman en lieu et place de Bruno Coulais par exemple…
    Car bien qu’accompagnant correctement l’histoire, il manque un « vrai » thème dans cette bande son, un léger manque d’inspiration à la composition peut être ?

    Ma note : 8/10 (-2 pour la musique 😉 )

  11. salom45 dit :

    j’adore se film trop de classe mais moi j’adore

  12. […] entre le rire et la mélancolie, une jolie noirceur dans ses récits, que ce soit dans Sandman, Coraline ou même certains épisodes du Doctor who. Le monsieur a travaillé plusieurs fois sur Batman, cette […]

à lire aussi

Articles similaires