# Web Série

Le visiteur du futur, saison 3

Quand on s’appelle Florent, qu’on s’inscrit au cours Florent et qu’on se prend pour un mec qui voyage dans le temps afin de sauver la planète, ça en dit long sur votre complexe de supériorité galopant, non ?

Ce qui avait commencé comme un petit divertissement sans prétention, pour s’amuser avec 3 potes autour d’un banc, d’une canette de bière et d’une poubelle, s’est transformé en une sacrément belle aventure. Le Visiteur revient donc pour de nouvelles aventures dans cette troisième saison intitulée « les Missionnaires ». Et c’est avec un grand plaisir qu’on retrouve toute la bande à Descraques.

En deux mots, le Visiteur, c’est un mec qui vient, donc, du futur, et qui possède une machine à voyager dans le temps. Jusque là, ça va, pas trop compliqué. Ses efforts se concentrent sur un jeune homme de notre époque, Raph, lequel semble être le pivot de l’avenir de l’humanité. Problème : le Visiteur est un peu taré, il est mal fringué, il pue (enfin, on imagine) et pour tout dire il inspire pas plus confiance que ça. Alors quand il vous annonce « surtout ne fais pas ça ! » au moment où vous allez engloutir la dernière part de pizza, vous avez plutôt envie de l’envoyer paitre que de l’écouter. Mais le Visiteur sait être persuasif. Surtout si son double du futur (de son futur à lui, vous suivez ?) commence à faire parler la poudre. Car le Visiteur est investi d’une Mission : empêcher la fin du monde.

Le Visiteur, Judith, Mattéo et le professeur Henry

Bon, alors, sauver le monde, hein, dit comme ça, ça parait une tâche noble, un truc digne d’Hollywood, avec toute une équipe de chercheurs de l’Armée qui conçoivent une super arme pour aller péter la gueule aux aliens, à un astéroïde ou un virus. Bon, là, pas trop en fait. Le Visiteur et son « équipe » (et encore, équipe est déjà un bien grand mot) ont pas un rond et leurs missions se résument pour la plupart à empêcher un mec d’aller à un entretien d’embauche ou bien d’inventer un nouveau jeu pour smartphone (sérieux, la banane qui parle, je le veux ce jeu !). Rien d’hyper glamour. Surtout avec ce futur remplis de zombies mangeurs de chair humaine. Un conseil : achetez-vous un seau à caca, ça sera très utile si jamais le Visiteur échoue dans sa mission.

Raph

La nouvelle saison débute assez classiquement dans l’appart de Raph, où la… la… Brigade du Temps ? enfin, les 4 paumés qui gravitent autour du Visiteur ont établi leur QG. Sans demander son avis à Raph. Comme toujours, le Visiteur échafaude des plans toujours plus abracadabrantesques pour sauver le monde. Mais c’est sans compter sur de nouveaux venus sur l’échiquier temporel : les Missionnaires. Et eux, ils en ont, du pognon (et des idées claires).

Guest-star de la saison 3 : Simon Astier

Vous l’aurez compris : je suis fan. Je suis fan de ce projet parti de rien, réalisé avec des moyens ultra limités (en gros, ils ont un 5D, l’appart de Raph  et une cave…), avec une bande d’acteurs qui semblent réellement s’amuser et un vrai talent d’écriture. Car en nous y trompons pas : c’est là que réside le secret de cette série, l’écriture. Oui, les blagues sont nazes. Oui, les situations sont totalement irréalistes. Oui, les effets spéciaux sont… non, les effets spéciaux sont plutôt pas mal en fait. Mais il y a derrière tout ça une trame solide et passionnante (si on aime la SF… ha bah tiens, ça tombe bien !).

Cette nouvelle saison, coproduite par Ankama et FranceTV, est diffusée sur Dailymotion. Toutes les infos sont sur leur site web : http://www.levisiteurdufutur.com/ , y’a même pas besoin de pirater.

Note sur 10 9
Le Visiteur du futur revient pour sauver le monde dans une saison 3 sous acides ! Plus fauchés que jamais, plus déjantés que jamais, confrontés à une équipe de voyageurs temporels mieux équipés (et surtout plus intelligents, semble-t-il), Raph et sa bande doivent empêcher coûte que coûte la fin du monde.
  • Des blagues moisies
  • Des situations pas croyables
  • Un vrai talent d'écriture

à suivre

Commentaires

à lire aussi

Articles similaires

# Critique ciné
Man of steel
# Critique Ciné
A bout portant