# Preview

Showcase Dracula avec Kamel Ouali

Bloguer parfois ça mène à faire des choses un peu folles et là quand un copain te demande si ça t’intéresserais d’aller voir une comédie musicale, je dis oui! J’adore ça moi les comédies musicales, enfin bon si vous avez lu entre les lignes vous le savez. Quand j’ai appris que c’était Dracula, j’étais un peu moins jouasse, mouais un truc de vampires pour ado encore, bah oui encore!

Dracula

C’est monsieur Kamel Ouali qui réalise cette comédie musicale. Je ne la jugerai pas par une note car je n’ai vu qu’une partie, mais une partie assez parlante je pense. D’abord passons sur ce qui m’a fait sortir les yeux de la tête : les paroles des chansons, OH MON DIEU, c’est nul, mais nul d’un nul semblable à toutes ses midinettes qui adorent leur histoire de vampire et de twilight ; l’amour impossible entre Dracula et Mina (qui, je dois l’avouer, est magnifique). La musique est simple, les paroles niaises, on a envie de se lancer des tournevis dans l’oreille.

Et ne vous détruisez que l’oreille, car c’est ça qui est le plus choquant, cette œuvre est magnifique. Oui c’est beau, sublime. Les danseurs sont d’un niveau carrément astronomique, certains « tableaux » sont dignes des plus grands ballets de danse. Heureusement à ces moments il n’y a plus qu’une musique. La danse de l’unijambiste est tout aussi surprenante et ne met pas l’accent sur son handicap mais sur un vrai talent de danseur. J’ai tout simplement adorer ce que j’ai vu et c’est avec regret que j’ai écouté toutes les musiques et les chansons niaises car sur la scène c’était beau. La chorégraphie et la mise en scène m’ont laissés sans voix, dommage encore pour le reste… Kamel Ouali est donc un très bon chorégraphe mais celui qui a fait les sons est mauvais ou vise un public d’adolescentes, oui ça doit être ça plutôt.

Ce showcase avait lieu pour le million d’abonnés de ma BBOX, Dracula sera au Palais des Sports dès le 30 Septembre, allez y avec un bon casque  😉

à suivre

Commentaires

à lire aussi

Articles similaires

# Critique Expo
Persona