# Netflix

Stranger Things, l’ode de Netflix aux années 80

Je ne suis pas spécialement fan des films des années 80, j’ai grandi avec la télé mais pour y jouer, je ne regardais que les films et les séries avant la fin des années 90. J’ai rattrapé les « classiques » assez tard ce qui m’a permis de dire que des films comme Dirty Dancing c’était vraiment de la merde et que Les Goonies c’était pas top si on était déjà adulte. Néanmoins, leur marque sur l’histoire et la culture pop est indéniable ; ces films ont changé la vision des choses des gens, ET —  sorti en 82 —  m’avait pourtant marqué étrangement, pas en bien. Alors j’étais pas forcément LE public pour cette série et je ne parle pas de Stephen King que j’aime encore moins.

Je dois respecter le monsieur, il a changé la culture pop. Alors quand un nombre certains de gens de goût te conseille la série Stranger Things, tu ne peux pas l’éviter. Ça tombe bien c’est dispo sur Netflix.

Stranger

C’est l’histoire d’un enfant qui disparaît, d’un autre qui apparaît. C’est l’histoire d’un groupe de gosses qui recherchent leur pote, l’historie d’un mère qui se bat pour son enfant et d’un flic qui recherche la vérité. On y trouve du paranormal, des complots du gouvernement et des trucs étranges, très étranges. Le scénario n’est pas le plus original du monde, il n’est pas non plus le plus vu, ça faisait longtemps qu’on avait pas traité ce genre d’histoire. Étrangement, tout le monde parlera d’ET ou des Goonies, si pour ce dernier je comprends, pour le premier beaucoup moins, peut-être dans la photographie de la série mais pas beaucoup plus. Super 8 est aussi une référence évidente. Côté Jeu-Vidéo, je ne peux m’empêcher de penser à Beyond Two Souls par exemple.

stranger-things-banner-600x300

J’en raconte pas plus, la série a son lot de surprise mais pas de retournement de situation absolu. On nous prends pas trop pour des cons et on nous raconte ça sans trop de fioritures. Ce qui peut être un défaut artistique, mais ça a l’avantage de ne perdre personne. L’ambiance des années 80 est retransmise par une photo léchée, c’est comme une lecture moderne d’un vieux film. Les images sont parfaites, c’est à dire qu’elles gardent l’aspect du vieux mais avec la beauté du neuf, la bande son néo-rétro aide aussi, un son électro moderne qui joue avec notre nostalgie d’une musique qui n’a jamais vraiment existé. Parfait.

stranger-things-bande-annonce-fr

La performance des enfants est à retenir, ils peuvent sembler un peu cliché avec effectivement beaucoup de similitudes avec les Goonies, mais Elf est fantastique, la petite est juste dans son rôle de freak enfantin. La partie complot est assez bien amené pour pas qu’on trouve ça chiant, les infos sont livrées à bon rythme. La première saison ne compte que 8 épisodes et c’est très bien. On n’oublie pas Winona Ryder qui livre une interprétation stratosphérique, j’ai eu le souffle coupée plus souvent par elle que par les trucs étranges.

Parce que oui il y a plein de trucs étranges qui se passent mais contrairement à un Lost où on sentait le YOLO constant, ici tout est millimétré dans la simplicité, pas de superflu, c’est limpide. Un peu trop pour certains, ça perds un peu d’identité, pas sûr que ça marque les esprits à long termes. Tant pis. J’avais aimé Super 8 plus que les Goonies, Stranger Things me rend nostalgique d’une période que je n’ai ni vu, ni aimé et ça c’est vraiment cool !

Stranger Things me rends nostalgique d'une période que je n'ai ni vu, ni aimé et ça c'est vraiment cool !
  • Netflix, tous les épisodes d'un coup !
  • 8 épisodes bien rythmés
  • Ambiance 80's de folie
  • La bonne SF c'est cool
  • La bande son de dingue
  • Le jeu des acteurs
  • Manque peut-être de personnalité

à suivre

Commentaires

à lire aussi

Articles similaires

# Preview
Pause-Emploi
# TV/Shows
Death note