# Cinéma

King Kong

 

 

Est-il vraiment utile de présenter ce film?
Parfois il est bon de laisser les choses comme elles sont… Peter, mais    qu’est-qui t’as pris??????

Ce film est bourré de clichés. Je parle pas seulement de clichés au niveau du scénario,  parce-que ça, vous me direz, ca vient du remake, il allait pas changer l’histoire. Je parle plutôt de la réalisation:

-les plans (vous savez quand quelqu’un commence à faire un long discours rempli de belles choses et que la caméra commence à filmer du bas pour remonter progressivement sur sa tête, ou bien quand la caméra filme des yeux mouillés pendant près de 5 minutes pour essayer de faire passer une émotion),
-les ralentis complètement bidon et qui, je trouve, apporte un caractère plutôt comique à la situation
-la musique et surtout le placement de la musique (oui parce que quand je vous parlait du plan bidon pour les beaux discours je vous ai pas parler de la musique qui va derrière; j’avoue  au début je pensais que c’était pour faire drôle, mais on se rend vite compte que ben c’est pas vraiment fait pour)
-la lumière(ouahhhh trop beau le coucher de soleil quand le couple se retrouve enfin!!) 

Bon ça c’était les problèmes au niveau de la réalisation. Parlons maintenant de la façon dont Peter Jackson, ex excellent réalisateur, a su montrer à quel point il aime les gens et surtout à quel point il aime les prendre pour des cons.

Alors voila, bon, je veux bien que l’histoire relève de la fiction; mais tout se passe sur terre (oui l’attraction terrestre est bien la et on les voit bien respirer), avec des êtres humains (enfin, en tout cas ils y ressemblent bien). Alors pourquoi j’avais l’impression que les gens volaient par moment ou bien qu’ils prenaient leur temps pour mourir. Je veux dire c’est quand même pas évident de slalomer entre des pattes de dinosaures d’1 metres de large et des raptors affamés.

Non mais sinon on peut voir le côté instructif de ce film:
Par exemple, on apprend que si 3 T-Rex se battent contre un gorille de 10 mètres alors ce sera forcément le gorille qui remportera la victoire. On apprend aussi, que si toi être jeune femme blonde pas trop moche, toi faire des grimaces et des acrobaties devant gros gorille pour lui pas tuer toi.

Alors, attendez la je crois qu’est venu le moment de donner les bons côtés du film: moi, j’ai bien aimé la tête du singe, surtout quand il boudait (tiens ca me rappelle quelqu’un!); et puis y avait des trucs marrants. Quand ils se font bouffer par des insectes géants par exemple, c’est assez gore mais c’est marrant.

Pour résumé, on a l’impression de regarder un film des années 50 revisité par les techniques numériques actuelles. Comment Peter Jackson, le réalisateur de l’excellente trilogie du seigneur des anneaux, a pu nous pondre une merde pareille ?(désolé je me lache, mais là franchement j’en ai besoin!).

Sandrine: 08/20
Pras : 05/20
Jeremy : 12,5/20
rastar : 6/20

 

à suivre

Commentaires

3 réponses à “King Kong”

  1. Pras dit :
    Mmmmm je dirais juste que ce film est dans la ligné de ces autres merde !
    Pour moi Peter Jackson, est un gosse qui a plein de jouet ..
    Des jouets chéres memes , et il les utilise toujours assez maladroitement …
    Les effets sont magnifiques mais le film nul .
    Dommage ? nan Tant mieux !
    Comme ça on cessera de dire que c’est bon réalisateur ….
     
  2. Jeremy dit :
    Bon alors je ne vais pas être aussi vindicatif que sandrine. En ce qui me concerne, je n’ai pas trouvé ce film nul,à chié, pourri mais pas non plus super top génial. Si je devais réumer en une phrase mon impression serait : «Ôôôh ils sont zoli les décors, euh mais dit papa ca veut dire quoi l’histoire ? Pourquoi le singe il mange pas la fille ? ».

    Oui, on sait au moins où sont passés les 207 millions $ (5ème film le plus cher je crois), non pas dans le scénario mais une bonne partie dans les décors que j’ai pour ma part trouver assez bien fait. Entre un New York des années 30 et une jungle abandonnée, on reste tout de même assez impressionné. Et ce n’est pas tout ! La 3D est aussi là … Mr. Kong est très bien réalisé – au poil près et ce n’est pas pour plaisanté – et … bah c’est tout. Les dinosaures sont une bonne blague et on est loin derrière un Jurrasic Park (seul peut-être les T-Rex sont convainquants). Et tant que je m’en rappelle , le plus ridicule des effets spéciaux est le saut à la perche des hommes de l’île (que c’était mal fait !). Par contre, un des moments les plus impréssionnant (et ce pour toute la salle) à été l’attaque des insectes dasn la crevasse ou encore le mille-patte

    L’histoire pourrait se décomposer en 4 phases : N°1 : La vie des années 30 à New-York : 99% de pauvres mangeant du pain pourri et de la soupe, des milliardaires au resto, des music-hall et des prostituées. N°2 : L’aventure en pleine jungle. N°3 : Jurrasic-Park. N°4 : L’histoire d’amour entre la fille et le singe. Pour ma part, j’ai trouvé l’histoire de temps en temps intéressante et d’autres moment totalement lassante mais en même temps on ne peut pas en vouloir à Peter Jackson qui a voulut faire un remake et fonc forcémment garder une histoire qui avait suremment bien marché dans les années 30 mais aujourd’hui c’est une autre affaire… Cependant, Peter Jackson rajoute quelques pointes d’humour dans le dialogue et le jeu des acteurs qui sont assez sympatique. La salle a rit à plus d’une situation cocasse dans l’histoire ou a une mimique de Kong.

    Voila, pour moi ce n’est pas un mauvais film en soi mais ce n’est pas (et loin de là) LE film de l’année. Tout n’est pas de la faute de Peter Jackson (l’histoire n’est pas de lui en partie) mais il aurait peut-être en faire un peu plus pour améliorer certains points. Comme je me suis levé du bon pied : 12,5/20


    L’ambiance avant le film


    Le New-York des années 30


    Il a pas l’air gentil le môssieu


    Jurrasic Park 4 : L’île perdue


    Seul noir du casting : il meurt dans les 1er … je le savais !

  3. rastar dit :

    note: 6/20

    bon un singe, une blonde, et pras c un gros con

     

à lire aussi

Articles similaires

# Cinéma
Un jour sur terre
# Critique ciné
Contagion