# Cinéma

Dans la vallée d’Elah

Sortie le 7 Novembre !
Et en avant première sur misterpras !


La guerre en Irak c’est la merde !

Tout le sait, tout le monde le comprend, les films commencent à en parler.
Ici c’est le coté du retour en Amérique qui est développé, du comment les jeunes essaient d’avoir une vie « normale”, de leur besoin de se lâcher …

 

C’est l’histoire d’un père, ancien enquêteur pour la police militaire, à qui on explique que son fils est manquant donc déserteur, il se décide alors d’aller le chercher …

On se retrouve alors, dans l’atmosphère glauque d’une ville de permission américaine dans le fin fond du Texas ou de l’ Arizona…

 

Ce que j’en pense ? C’est que ce film a deux atouts, le premier c’est tommy lee jones, qui confirme sa réputation d’acteur hors pair, le second ? le scénario, très lent au début , il se rattrape à la fin …

Comme l’a dit une amie, « la fin fait le film ».

 

Il y a beaucoup de film qui vont sortir sur les problèmes en Irak … mais celui-ci est à retenir, on entrevoit la follie relative des GI qui après une guerre horrible doivent essayer de s’intégrer à une vie américaine calme, au besoin d’adrénaline constant, à la recherche d’une porte de secours …

La vallée d’elah, pose une question simple, quel est le futur des jeunes gens qu’on envoie faire la guerre ? , le titre est un rappel du combat de David contre Goliath , mais je ne vous en dit pas plus !

 

Son seul défaut serait une certaine lenteur, propre au film dramatique …


Sinon c’est du bon, un film lourd de sens, ça faisait longtemps !!

 

Note : 14/20

à suivre

Commentaires

Une réponse à “Dans la vallée d’Elah”

  1. Jésus dit :

    Sur le même thème (le retour des soldats après la guerre), je conseille fortement le film de Michael Cimmino: Deer Hunter (Voyage au bout de l’enfer)

    C’est certainement très différent mais il met une claque monumentale à voir au moins pour les perfs de Christopher Walken et de Robert De Niro

à lire aussi

Articles similaires

# Critique ciné
Trance de Danny Boyle
# Critique Ciné
Invictus
# Ciné
Les Proies