# Critique Ciné

Simon Werner a disparu

affiche-Simon-Werner-a-disparu1.jpgL’histoire commence au début des années 90 dans un lycée près de Versailles. Des lycéens découvrent un corps dans la forêt lors d’une soirée. Le décor est planté. S’en suis ensuite un flashback pour revenir 15 jours avant où l’on découvre que plusieurs élèves disparaissent les uns après les autres. On tente alors de comprendre ce qui s’est passé du point de vue de chacun des lycées : la bimbo de la classe, le sportif, le type bizarre… On découvre donc tout à tour ce que chacun a vu pour finalement comprendre le mystère qui plane sur cette classe de terminale.

simon-werner.jpg

On s’en moque en fait que Simon Werner ait disparu !

Ce premier film du réalisateur inconnu Fabrice Gobert sortira le 22 septembre. Il nous plonge dans cette ambiance typiquement lycéenne où tout le monde est très intéressé par tous les potins et la disparition des élèves est vécue comme un potin comme un autre, rien de plus. Il y a aussi, bien évidemment une histoire d’amour à base de « je t’aime, moi non plus » enfin rien de très original. Finalement, le film n‘est pas particulièrement ennuyeux mais l’histoire est plus adaptée à un téléfilm ou un court métrage puisqu’il n’y a même pas de suspense dû à la disparition. L’histoire est en fait une représentation de la vie d’ado et franchement une fois qu’on a passé cette époque ingrate on a pas forcément envie de la voir au ciné !

Note sur 10 3
Un film sans plus qui reprend beaucoup de choses déjà vues ailleurs. Le film, dont le point de départ est quand même la disparition d’un élève, ne met pas du tout l’accent sur le côté mystérieux de cette disparition mais juste sur la façon dont les autres élèves réagissent. Passionnant…
  • Sympa de voir de point de vue de chaque personnages
  • L’histoire ne me semble pas adaptée à un long métrage
  • Il ne se passe pas grand-chose
  • Des personnages très stéréotypés auxquels on ne s’attache pas

à suivre

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

à lire aussi

Articles similaires

# Critique Ciné
Raiponce