# Critique BD

World War Wolves – Tome 1

World War Wolves est une nouvelle bande-dessinée d’Istin, Duarte et Ellem parue cette année aux éditions Soleil avec le premier tome: Dieu a de l’humour. On y suit les aventures de différents américains dans un monde où les humains luttent pour survivre face à des hordes de lycanthropes.

Aouuu!

L’histoire se déroule aux États-Unis. Sans que l’on sache pourquoi, les Hommes sont frappés par un mal étrange et contagieux qui les transforme en lycanthropes assoiffés de sang et de chair humaine!

Les survivants se regroupent dans des petites villes surveillées car aller dans les grandes villes c’est mourir à coup sûr dans d’atroces souffrances: mangé vivant car les loups aussi s’organisent en hordes pour chasser le gibier humain!

Dans ce contexte, on suit les aventures de différents personnages avec tout d’abord la famille Marshall. Le père, John est romancier et n’a rien du héros qui n’a peur de rien! Non c’est un flippé de la vie qui n’a jamais utilisé d’arme, ne sait pas se battre et n’a pas la carrure pour. Un mec normal quoi! Avec lui il y a sa femme, enceinte jusqu’aux yeux, sa fille et son fils, deux ados en pleine crise. Pour rester en vie, la petite famille vient se réfugier dans la petite ville de Las Cruces et ils vont devoir se prendre sérieusement en main s’ils ne veulent pas être la proie des voleurs ou pire: servir de repas!

www page 31

Parallèlement, on suit également un joueur de blues aveugle du nom de Jeremy Lester à Philadelphie qui prend sous son aile la petite Sarah laissée à l’abandon depuis que son père est devenu un lycanthrope.

Et à Riker Island, Malcom Spolding est détenu par un groupe de lycanthropes qui le garde en vie uniquement parce qu’il a du talent pour réparer les choses, ce que les loups ne savent pas faire. Donc Malcom vit avec eux dans cette énorme prison qui est en fait leur gigantesque garde-manger où sont parqués les humains en attendant de servir de casse-croûte!

Une BD sombre et excellente

Oui ce premier tome est assez sombre. Premièrement, il ne faut pas chercher de la couleur, y’en a pas et tous les dessins sont en nuances de gris et ça renforce d’autant plus le côté sombre du récit.

www page 12

D’ailleurs, en plus des cases de BD, l’histoire est ponctuée de brochures de journaux, de sites, de petits mots écrits par les protagonistes… c’est très bien fait et ça donne souvent un autre point de vue des évènements.

Et pour ce qui est du happy ending faudra encore patienter parce que là les personnages présentés en sont très très loin et c’est assez bien fait de la part des auteurs d’avoirs créé des personnages humains très humains justement: ils ne sont pas parfaits, ne sont ni tout à fait bons ou mauvais, ils sont juste apeurés… humains quoi! Dans ce premier tome, pas de justicier qui vient sauver tout le monde, non, chacun sa merde et faut faire avec et si y’en a un qui fait un faux pas c’est simple il se fait manger vivant!

Franchement j’ai vraiment adoré lire les quelques 100 pages de ce tome 1 et j’ai hâte de découvrir la suite! Les dessins sont bien, les personnages aussi, les lycanthropes sont impressionnants et on est vraiment happé par l’histoire dès le départ! Et moi qui aime vraiment beaucoup la couleur, là je n’ai pas du tout été gênée par son absence étant donné que le gris renforce encore plus le récit.

[amazon_link id= »2302038320″ target= »_blank » container= » » container_class= » » ]World War Wolves[/amazon_link] est une très chouette BD donc que je vous conseille vivement!

www couv

Note sur 10 10
World War Wolves est une excellente BD bien sombre dans laquelle s'affrontent humains et lycanthropes. On y suit les aventures de différents personnages à travers les Etats-Unis où chacun lutte pour sa survie aves les capacités dont il dispose.
  • Pas de héros
  • Un dessin adapté au récit
  • Des personnages très humains
  • Une histoire halletante

à suivre

Commentaires

2 réponses à “[Critique BD] World War Wolves – Tome 1”

  1. Miu Zik dit :

    ça a l’air sympa mais j’accroche pas avec le noir et blanc

à lire aussi

Articles similaires

# Critique Ciné
Hôtel Transylvanie
# Manga Culte
Gunnm