# Concours #6 VDG/J-P.N.

Le kit press Empire Total War !

IMG_0478.JPG

6ème semaine de concours ! Cette fois j’ai un peu la flemme de faire un truc compliqué, mais disons que finalement si, on va le faire. Mais d’abord présentons un peu ce kit press qui est un peu extraordinaire : le jeu (que je connais pas du tout) mais aussi surtout des « souvenirs » de guerre dont je vous laisse apprécier l’authenticité… Vu le poids de la boite, j’ai opté pour une remise ne main propre à Paris, donc ce concours sera uniquement pour les parisiens ou proche banlieue ou tu fais le déplacement sur Paris !

Comment on gagne ?

IMG_0479.JPG

Vous avez jusqu’au 27 Juin minuit pour me laisser en commentaire votre meilleur souvenir de cours d’histoire (la découverte des huns ou des mongoles, le fait qu’Astérix n’existe pas, les kamikazes japonais, la ruée vers l’or tout ça, en gros n’importe quoi sur l’histoire !!) Oui dans les commentaires, pour changer ! Je choisirai celui qui me plaira le plus avec des critères complétement subjectifs ! Allez hop !

à suivre

Commentaires

17 réponses à “[Concours #6 VDG/J-P.N.] Le kit press Empire Total War !”

  1. Navlys dit :

    C’est fâcheux j’habite à Poitiers ^^ 🙁

  2. Uriel dit :

    Je pense que mes meilleurs souvenirs en cours d’histoire datent de la période de la Grèce antique.
    Imagine ta (vieille) prof en train de radoter ses cours (qu’elle radote depuis des années, sauf changement de programme révolutionnaire, on est en France) et toi dans ta tête tu penses aux Chevaliers du Zodiaques, à Hercules avec en musique de fond « Ulysse reviennnnnnnnnnnnnnnnt ».
    Et puis faut quand même dire que la mythologie c’est ce qu’il y a de plus passionnant, entre l’art, la culture, les dieux, les pds et le sport il y a de quoi faire.

    En tout cas si avec tous ces mots clés, je ne gagne pas, ça veut dire que c’est truqué ton concours 😀

  3. Morbent dit :

    Yop,

    C’étais quand j’étais en 4ème ou 5ème, la prof parlait des tranchées, et avec quelques potes, on s’es jetés par terre comme des dératés, et on faisait les ‘soldats’, on rampait, faisait semblant de tirer (on paissait pour des c*n), et ce jusqu’a ce que la prof decide de nous ‘piquer’ avec la regles pour qu’on retourne a nos places, meilleurs moment de cette années là, et toujours de gros fou rire quand on en re-parle.

  4. dit :

    C’était pas en cours d’histoire, mais c’est un peu en rapport. En 1989, j’habitais en Guadeloupe. Lorsque le mur de Berlin est tombé, j’avais 8 ans. L’instituteur de l’époque a essayé de nous faire comprendre l’ampleur de l’évènement en nous racontant comment des familles étaient séparées par ce mur géant, que deux gouvernements cohabitaient dans le même pays et que la vie n’était pas vraiment facile pour les allemands de l’est qui étaient privés de beaucoup de choses. Autant vous dire que faire comprendre tout ça à des gamins de 8 ans qui pour la plupart ne sont jamais sortis de leur ile, c’est pas chose facile. L’instituteur désespéré de voir qu’on ne comprenait rien au malheur des allemands de l’est a su trouver l’exemple pour nous faire comprendre leur isolement… « Vous savez… La vie était dure pour eux… Ils n’avaient même pas de banane ! ». ET là… toute la classe fut choquée par le désespoir d’une vie sans banane (true story).

    Bon quand 10 ans plus tard, je suis allé étudier en ex-Allemagne de l’est et que mes amis allemands m’ont appris qu’en fait ils avaient des bananes (juste pas très souvent), c’est une monde qui s’est écroulé… UN MONDE !!!

  5. Tyne dit :

    Mon must ça a été en 5ème me semble t-il, quand on parlait de Justinien 1er et de l’empire byzantin. J’avais lu dans un livre que sa femme, Théodora était une grande libertine et était à l’origine de plusieurs batailles perdues.

    Plutôt que de continuer à parler de Byzance, le prof a du expliqué à tous les autres ce que voulait dire « Libertine » (j’avoue qu’une petite explication ‘était pas de trop)

    C’est pas trop histoire, mais c’est cours d’histoire 😉

  6. Granny dit :

    Mon « meilleur » souvenir en cours d’histoire…. Il faut dire que l’Histoire a toujours été la matière que je détestais le plus. Mais en 6ème ma prof (que l’on imaginera bien bien collet monté, jupe en tweed et compagnie) m’affligea pour punition un exposé devant toute la classe sur l’Égypte ancienne. C’était tout trouvé pour moi, car à l’époque j’avais fait l’acquisition du jeu « Pharaoh ». Comparaisons entre le jeu et les cours d’Histoire, énumération des dieux, des lieux de cultes, …, ce fut mon meilleur exposé.
    Cela m’a valu une jolie bulle et un rendez-vous parent-professeur! Éducation nationale, je vous aime.

  7. vanack dit :

    Un peu trop loin de chez moi dommage 🙁

  8. Knorc dit :

    Pourquooooiii ??!
    Parisiens tête de chiens, parigaux tête de veaux :whistle:

  9. Darkscuderia dit :

    Je serais presque tenté de faire le trajet depuis la Belgique pour venir le chercher celui là! :he:

    Il a l’air vraiment bon comme presskit (et puis j’adore ce genre de vieille babiole :p)

  10. Svman77 dit :

    Moi mon meilleur souvenir d’un cours d’histoire, c’était un cours d’histoire grandeur nature lorsqu’on a fêté les 200 ans de la prise de la Bastille en 1989.
    Spectacle grandiose et leçon d’histoire en direct live au château de mon village, là c’était un cours magistral !!!!!
    Ou comment intéresser un môme de 14 ans à l’histoire de la révolution 😉

  11. Marie dit :

    Les profs de Claude B ont toujours ete magiques….classe de 6eme, etude de la prehistoire, sujet de la redaction: « raconter la journee classique d’un homme prehistorique ». Alors ma cop et moi, forcement, on a decide d’ecrire la journee typique de Rahan, fils de Craho….(avec le coup du coutelas qui tourne bien entendu). Ce qu’on ne savait pas, c’est que la prof, qui ne connaissait pas Rahan et qui avait trouve notre redaction passionnante, allait nous faire lire a haute voix sur l’estrade… 🙂

    
    

    (PS. navree pour les accents qui manquent, je suis sur un clavier international!)

  12. lecloclo dit :

    J’étais la à ma table de collegien transporté dans un monde étrange tapissé d’imagination, je me rappel de ce liquide chaud qui coulait sur mon visage, la voix de ce professeur qui avec sa passion etait entrain de nous distiller son savoir et qui se mélangeait à mon imagination débordante de l’époque, je n’avais meme pas sortit une feuille ou un crayon pour garder un souvenir de ce moment.. en fait je ne pouvais même pas. c’est alors qu’une idée me traversa l’esprit et si j’ouvrais les yeux … si je me reveillai … ce fut le cas, le seul problème est que le prof n’avait pas voulu me reveiller et m’avait laissé seul dans la classe, sans repère temporel. Est ce que j’avais dormi cinq minutes, quinze, une heure. après quelques minutes de reflexion je suis sorti et j’ai retrouvé le cours de ma journée et de ma vie, et ce prof ne m’en a jamais voulu de ma petite sieste en plein cours…. merci à lui 🙂

  13. Mr_Kia dit :

    Ralalalala les cours d’histoire du collège, ces merveilles de divertissement.

    J’avais une prof qui tenait beaucoup à ce que l’on fasse des exposés devant toute la classe, pour prendre de l’assurance et gagner des points facilement.

    Sur que ce n’était pas agréable pour tout le monde, mais pour moi, ça avait le mérite de m’intéresser et de rendre le cours des plus vivant.

    A l’époque ma période préférée était l’Egypte antique, pour ses mythes, ses légendes, les exécutions publiques et les coups de fouets.

    Je me demandais comment me démarquer de mes petits congénères, et je me suis dit que mon gout précoce pour le despotisme pourrait me servir.

    J’ai donc tenté d’amadouer mes camarades pour les grimer qui en esclave, qui en eunuque, et moi en pharaon, mais le moment où j’ai tenté d’expliquer le bien fondé des coups de fouet, de la castration et de l’obligation morale de prendre des bains de lait avec mes congénères féminines par soucis de vérité historique est plutôt mal passé.

    Je me suis donc rabattu sur quelque chose de plus simple, la construction d’une pyramide gigantesque en carton orné de hiéroglyphes qui devait mesurer dans les 50 cm de haut, ouvrable avec un sarcophage à l’intérieur avec une reconstitution de la double couronne Pschent et du sceptre Heka magnifiquement reproduit en carton et papier alu.

    Un succès qui atteint son apogée par l’offrande du nom de la prof dans un cartouche géant…

    Tout ça pour un…

    21

  14. Nox dit :

    Wahou! Heureusement que je suis sur les environs de paris!
    Bon dans le cas minime ou je gagne j’offrirais le jeu à un ami ( n’ayant pas de windows ) et me garderais le kit :whistle: .
    Je profite du fais que mon prof ( ancien plus tôt ) soit un véritable geek, j’adore son porte-clé Lego Star Wars à l’effigie de Dark Vador c’est la classe 😎 .
    Enfin le truc qui m’as le plus marqué…
    Ha oui! Maginot… qui n’a pas déjà entendu parlé de la ligne Maginot? Cette grosse blague… ( bon certaines parties ont réussi à se défendre ) un énorme mur… Avec un trou pour faire le tour :-C .
    Mais ce qui m’a fais vraiment marré… c’est que n’autre professeur c’est pas arrêté à là, il a commencé à nous faire un magnifique speech sur la possibilité de de réaliser la même technique sur Warcraft 3 😎 .
    Et là… Vide… Puis un fout rire général! En tout cas, géné, il nous fais sortir d’avance…
    La même soirée j’ai essayé… et j’ai foiré… que faut il en apprendre de l’évènement historique? :whistle:

  15. Clément dit :

    Alors pour ma part, cela remonte tout juste à l’année dernière, lorsque j’étais en première ES. J’avais une prof d’histoire assez sévère et assez stricte. Un matin, elle rappelle à la classe qu’elle ramasse les devoirs qu’elle avait demandé de faire la veille. Se dirigeant vers moi d’un œil malveillant (et sachant surtout que je n’avais rien fait), elle commence à me dire que j’aurai zéro sur 10.
    Coup dur, pour un passage en terminale, la moyenne d’histoire compte beaucoup, et même si il y avait encore temps de se rattraper, une telle note m’embarrassait.
    J’ai eu beau tenté de bafouiller les excuses à base de « j’ai fait les exercices à l’oral », « mon classeur est sur mon bureau », en vain.

    Au milieu du cour, nous étudions les actes nazis de la seconde guerre mondiale, la prof nous demande si on connait des écrivains juifs ayant raconté leur vie dans les camps. Notamment un, italien. Ne voyant personne répondre, elle exprime un certain regret quant au manque de culture de la classe.

    Puis, dans un sursaut de bonne volonté, je lève la main et annonce fièrement « moi je sais ». Première fois de ma vie que je sais quelque chose que personne d’autre de la classe ne sait. Même pas le boutonneux avec ses lunettes. La classe.
    Tout le monde se retourne, la prof rigole dans sa barbe (oui, elle était vieille ET poilue).
    « Mais je le dirais seulement si vous me mettez 10/10 au devoir que vous m’avez ramassé tout à l’heure ».
    La prof, consternée, commence par me fixer du regard, puis finie par acquiescer le deal, certaine que je dirais n’importe quoi.

    « Primo Levi, scientifique juif italien, déporté dans un camps. Il s’en est sorti et a publié « Si c’est un homme » un peu,lus tard. » Dis-je.

    La prof, exaspérée, se dirige vers son bureau, sort son cahier de notes, et rajoute un 1 devant le 0. Clameur générale.

  16. OldWorld dit :

    J’arrive assez bien à me souvenir d’un cours mémorable, qui a certainement contribué à ma passion pour cette merveilleuse discipline!
    Ça devait être en 5ème à peu près, on avait un prof complétement dingue et passionné d’Histoire. (Un mec un peu singulier aussi : un bon mètre 90, baraqué, barbu, mais historien devant l’éternel…)
    Et puis un jour, je sais plus trop comment, le cours sur les Invasions barbares dérive sur les batailles. Nous, jeunes insouciants que nous étions, évidemment, on s’imaginait des batailles de plusieurs milliers de soldats, longues, épiques et Tolkiennesques.
    Que nenni! Le prof nous a narré la bataille la plus courte du moyen-âge.
    Plantons le décors rapidement : fin du Vème siècle, seule subsiste Constantinople, convoitée par des tonnes de peuplades barbares asiatiques et germaniques. Un beau matin, une tribu de passage décide de s’attaquer à Byzance.
    « Vous faites les Grecs nous dit-il »
    On se dit qu’on prend pas de risques, les Grecs sont des gens civilisés, on fera qu’une bouchée de ces barbares incultes.
    « Je fais l’armée « haleine » »
    Éclat de rire général : une armée de vaillants grecs contre des barbares qui puent du becs, c’est vite réglé.
    Alors non en fait.
    Parce qu’il s’agissait en réalité de l’armée « alaine ». Et selon le prof, les Alains, c’est un mélange de géants germains (qui mettent bien une tête et demi en taille aux Grecs) et de Huns (« capables de foutre leurs flèches dans un œil à 30m, et au galop »).
    Mais dans les rangs de l’armée ennemie, y’a aussi une unité de cathapractaire. Grosso modo, si les Germains mettent une tête aux Grecs, ceux-là mettent une tête aux autres Germains. En plus, ils sont perchés sur des énormes chevaux recouverts entièrement par des armures en écailles, et sans étriers, sinon c’est pas drôle : ils serrent les chevaux avec leurs cuisses (sic). Ces mecs sont des brutes. En plus de leur attirail réglementaire, les cathapractaire combattent avec une lance gigantesque : 3m50/4m avec une pointe acérée de 40cm (véridique).
    « Je suis l’un d’entre eux, je m’avance et longe votre armée »
    Il mime la catha et commence à longer le premier rang, et s’arrête devant l’un d’entre nous.
    « Représentez-vous la scène : je suis un monstre de 40cm de plus que toi, recouvert d’une armure que vous tu n’arriveras jamais à percer, et mon cheval serait capable de te dévorer »
    Il s’adresse à l’élève devant lui : « Avant d’avoir vraiment réalisé la chose, ma lourde lance vient se planter dans ton ventre, au travers de ton armure, et elle ressort rougie de l’autre côté. Tu regardes sans comprendre ce qui t’arrive et tu es soulevé du sol. Je viens de te soulever tout en haut de ma lance de plusieurs mètres, sans effort apparents, et retourne tranquillement dans ses rangs pendant que tu gigotes en haut de mon arme. »
    – « Ils sont tous comme ça ?! »
    – « Oui, ils sont tous comme ça! »
    Retraite honteuse, bien-sûr, du côté Grec.
    Je suis resté longtemps marqué par cet événement ^^ mais c’est le genre d’histoires qui font la magie de la grande, avec un grand H!

  17. Dantes dit :

    Mon meilleure souvenir d’un cour d’Histoire ??? facile!
    2e année de Vente, la prof nous fait un cour sur l’armée Napoléonienne d’Italie. Et au fut et à mesure du cours, à chaque erreur je la reprenais jusqu’a au moment ou elle m’a reagrder et m’a dit :  » Je me demande ce que vous faites dans mon cours, vous êtes bien meilleurs que moi ».

    Vous pouvez pas imaginer la superbe amélioration de mon égo.

à lire aussi

Articles similaires

# Concours Résultats
Norton 360 V4.0
# Concours Flash
Gagne ton Tardis