# TV/Shows

Aliens in America

Et ça ne parle pas d’extra terrestre …
Enfin si un peu enfaite , mais pas dans le sens littéral ..

A 16 ans, Justin Tolchuk, un jeune lycéen impopulaire du Wisconsin, a du mal à se faire des amis. Lorsque sa mère accepte d’accueillir un étranger dans le cadre d’un échange scolaire, elle s’imagine voir arriver un brillant jeune nordique qui fera profiter de sa « cool attitude » à son fils. La réalité est tout autre : le nouveau venu s’appelle Raja Musharaff et est Pakistanais. En dépit du fossé culturel, une amitié se crée entre les deux jeunes garçons…

Que dire d’autre ?  que l’humour y est présent, que les acteurs y sont très drôles !
Les caricatures ambulantes mélée au réel de Raja , donne un aspect très « probable »…

Crise de rire garantie lors des « Mon dieu c’est un terroriste » , « Raja ici on respecte ce que les autres dise » etc.

Ou comment l’américain moyen voit le musulman …

Mais pas que !

C’est aussi l’historie d’une tête de turc qui rame pour s’intégrer …
Bref une série vraiment originale, et son court format en fait un encas de qualité !
( 22 min c’est rapide et ca mange sans fin)
L’épisode 2 vient juste de sortir !

 

à suivre

  • Article suivant
  • # Cinéma
  • 99F

Commentaires

4 réponses à “Aliens in America”

  1. Pras dit :

    Oublié de remercier la personne qui m’a envoyé ce lien !

  2. Bah tiens donc dit :

    Aller, aller, tous les stéréotypes sont utilisés. Le pauvre petit musulman qui veut s’intégrer (jamais vu ça, ça classe directement cette série dans la catégorie science fiction) et les gros beaufs américains racistes.
    Et comment le musulman moyen voit l’américain? Ca aucune série ne le montrera.

  3. Pras dit :

    Juste pour revenir sur "américain moyen" … le terme moyen ne voulait pas dire n’importe lequel mais plutôt le pire …
    Mate la série , c’est pas Raja qui veut s’intégrer , c’est le sans ami , un peu comme quelqu’un que je connais quoi …

  4. Max dit :

    C’est bien, les musulmans doivent s’intégrer. Depuis le temps que je le dis.