# Vie de Gamer

HearthStone , l’essentiel pour débuter

Lorsque Blizzard s’est lancé le défi de créer un jeu de cartes sur l’univers de Warcraft, on était loin d’imaginer l’accueil qui allait recevoir de la part des joueurs. À l’occasion de la fin de son statut de BETA, je partage avec vous mon point de vue sur le succès de ce jeu ainsi que quelques conseils. Prenez une place près du foyer 😉

Hearthstone_cover

Jeu de cartes à jouer et à collectionner

Parmi les jeux de cartes à collectionner, un nom revient toujours : MAGIC. Le père spirituel fondé en 1993 par Richard Garfield a inspiré de nombreux éditeurs. Ce n’est donc pas une surprise si HearthStone reprend les mêmes bases et… s’arrête là. À force d’enchaîner des extensions apportant chacune son lot de nouvelles mécaniques de jeu, Magic est devenu assez complexe à prendre en main. Blizzard adopte donc un parti-pris plus grand public en simplifiant au maximum le gameplay. Les créatures n’arborent plus que quelques capacités et les interactions possibles avec les cartes sont restreintes : on pioche et éventuellement on va chercher aléatoirement une carte dans le deck.

Pierre qui roule…

Mais alors, HearthStone, c’est nul ? Hahaha non. Car cette simplicité apparente n’est que l’arbre qui cache la forêt. Elle rend le jeu très addictif pour le grand public et les parties vont très vite (de 5 à 10 minutes en moyenne). De quoi se faire plaisir rapidement quand on a un peu de temps à perdre. Mais comme pour tous les jeux de cartes, de nombreuses théories pimentent les parties. Des notions importantes à connaître pour bien progresser et devenir le numéro 1 des cours de récré 😉 Attention, c’est là qu’on va perdre pas mal de lecteurs.

screenshot1

Deux Sylvanas ?! La puissance du « Manipulateur sans visage » 😉

N’amasse pas mousse…

L’équilibre d’un deck : il est important d’avoir un deck équilibré pour être efficace tout au long de la partie. Sauf deck orienté vers une stratégie particulière, il faut faire attention à sa courbe de mana. Favoriser les cartes à faible coût risque de poser problème lors d’une partie qui dure. Inversement, ne jouer que des grosses cartes/créatures est souvent synonyme de mort prématurée sans possibilité de jouer quoi que ce soit avant le 5ème ou 6ème tour. Enfin, la proportion sorts/créatures doit être raisonnable (1/3 sorts – 2/3 créatures) pour ne pas se retrouver tout nu sur le board.

courbemana

Mon deck chasseur a une courbe de mana très « early ».

Le time Advantage : Ça consiste à avoir l’initiative sur le jeu. Jouer quelque chose en premier, c’est forcer l’adversaire à réagir à cette menace et donc à rester sur la défensive. Il faut maintenir ce rapport de force le plus longtemps et efficacement possible pour user au maximum l’adversaire jusqu’à sa défaite ou jusqu’à ce qu’il reprenne l’initiative.

Le Card Advantage : Il est évident que plus on a de cartes en main, plus le joueur est supposé avoir des réponses possibles à ce que joue l’adversaire et permet de s’adapter à différentes situations. C’est pourquoi il est important de ne pas crâmer toutes ses cartes et de conserver quelques surprises. Poser tous ses serviteurs d’un coup n’est peut-être pas une bonne idée contre un Mage qui peut tout éliminer d’un coup grâce à ses sorts de zone comme « Choc de flammes ». Ce qui nous amène à…

Connaître ses ennemis : Blizzard est parvenu à procurer à chaque classe un style de jeu bien à lui. Le mage se repose sur ses sorts, le guerrier dispose de bonnes armes et de sorts pour booster par surprise ses créatures, le druide pose des gros thons, le chaman joue des cartes puissantes à pas cher mais qui bloquent un peu de mana au tour prochain… Je vous laisse découvrir les autres classes (prêtre, paladin, chasseur, voleur et démoniste). Évidemment, on ne joue pas de la même manière contre chaque classe et connaître les cartes que l’adversaire peut avoir en main influe énormément sur la stratégie à suivre pendant un tour.
Exemple, le chasseur dispose d’un sort nommé « tir multiple » qui inflige 3 dégâts à deux serviteurs aléatoires. Tant que vous n’avez qu’un seul serviteur en jeu, il ne pourra pas le tuer avec ce sort. Est-il pertinent de poser une autre créature et les voir mourir toutes les deux ? 

chocflammes

Toujours faire attention dès qu’un Mage atteint 7 de mana.

La gestion du board : L’un des derniers points à connaître pour survivre efficacement au cours d’une partie est la gestion du board. En règle générale, il vaut mieux éliminer au maximum les serviteurs adverses tout en préservant au mieux les siens. Ignorer la 1/1 de l’adversaire et préférer lui infliger 3 dégâts n’est pas la meilleure solution face à un paladin qui peut booster sa 1/1 avec un sort qui donne +4/+4. Préférez éliminer la 1/1. L’adversaire pourra attendre avant de se prendre quelques baffes.

Bien entendu, tout est assez situationnel, à vous de voir quelle stratégie est la plus judicieuse en fonction de ce que vous avez en main. Mais il faut savoir que dans HearthStone, une mauvaise action se révèle souvent comme telle que quelques tours plus tard. C’est là toute la cruauté et l’ingéniosité de ce jeu à l’apparence simpliste. De là à dire que HearthStone > les échecs, il n’y a qu’un pas. Pour illustrer ça, voici une petite anecdote : (L’intérêt d’un blog par rapport à la presse, c’est qu’on peut digresser avec des anecdotes B) )

Un ami était venu jouer à HearthStone chez moi. Il s’absente le temps que le jeu trouve un adversaire mais la partie commence avant son retour. Si bien que j’ai joué les 2/3 premiers tours pour lui. J’ai favorisé l’attaque par rapport à la défense en posant une 2/1 camouflage plutôt qu’une 1/4. Quelques minutes plus tard, mon ami perdait la partie avec la 1/4 en main. Rétrospectivement, jouer la 1/4 au lieu de la 2/1 nous aurait donné l’avantage par rapport à ce que l’adversaire a joué les tours d’après. Comme quoi.

Screenshot_naked

Là par exemple, je me sens un peu tout nu.

Les maçons du cœur (de pierre).

Mais alors, qu’est-ce que je dois mettre dans mon deck ? Très bonne question. Une fois les mécanismes de HearthStone bien en main, il va falloir améliorer ses decks. Pour cela, plusieurs possibilités. Vous pouvez évidemment acheter des boosters (contenant 5 cartes « expertes » aléatoires dont au moins une rare) dans la boutique du jeu contre de l’or ou bien du vrai argent qui vaut cher (HearthStone reste un free-to-play). Malheureusement, la grande variété de cartes fera que vous n’obtiendrez pas toujours votre bonheur. C’est pourquoi il est possible de désenchanter ses cartes expertes pour récupérer de la poussière. Cette dernière permet de créer de nouvelles cartes mais c’est assez onéreux. Cependant, certaines cartes communes se révèlent très efficaces et vous sortiront de pas mal de mauvaises situations. Ce sont les cartes à acquérir en priorité et ce sont souvent les mêmes qui reviennent dans tous les guides de jeu.

cartes_craft

 La preuve, Canard PC a établi une liste très proche de celle que j’aurais pu vous proposer :

 

(2) Amasseur de butin : une créature sur le terrain et une carte supplémentaire, tout ça pour un coût de (2) seulement.
(2) Dragon féérique : excellent serviteur à faible coût, qui se paye le luxe de résister magnifiquement aux héros un peu offensifs comme le voleur.
(2) Jongleur de couteaux : très bon en conjonction avec d’autres petites créatures, mais il coûte plutôt cher à confectionner.
(3) Golem des moissons : deux créatures pour le prix d’une !
(4) Brise-sort : cette carte peut se révéler superflue ou extrêmement utile selon la situation, en annulant toutes les capacités et tous les bonus d’un serviteur adverse.
(4) Défenseur d’Argus : il coûte cher à crafter, mais pour peu que vous ayez d’autres serviteurs sur le terrain il se révèlera très pratique.
(4) Maître de culte : la carte qui peut donner un avantage considérable, surtout si vous avez des serviteurs avec Provocation sur le terrain que votre adversaire est obligé de tuer avant de s’en occuper.
(4) Nain Sombrefer : une carte avec des statistiques honorables, et qui peut faire un joli coup si elle est jouée au bon moment.
(5) Champion de la main d’argent : encore deux créatures pour le prix d’une.
(5) Drake azur : non seulement cette carte vous en fait tirer une autre, mais en plus elle pourra être d’une efficacité redoutable entre les mains d’un héros ayant beaucoup de sorts comme le Mage.
(6) Commandant d’argent : il attaque immédiatement et sans prendre de dégâts grâce à son bouclier divin. Que demander de plus ? 

Retrouvez tout le guide HearthStone de Canard PC sur le site
http://www.biendebuter.net/hearthstone/

L’arène, le RDV des vrais.

Comme tout jeu de cartes qui se respecte, HearthStone dispose d’un mode draft. Contrairement au mode « parties », l’arène ne vous permet pas de jouer avec vos propres decks. Il va falloir construire un deck équilibré en live avec les cartes proposées et parvenir à vaincre 12 adversaires (ou perdre trois fois).

12V

À trente reprises, il faut choisir une carte parmi trois. C’est là que connaître la valeur des cartes prend toute son importance. Certaines sont des pick évidents. (Oui Yéti Noroît, je parle de toi !) Mais l’arène HearthStone c’est aussi la possibilité de jouer avec des cartes puissantes auxquelles vous n’aurez peut-être jamais accès. Obtenir des cartes légendaires est très rare et les crafter coûte une fortune (1600 poussières.) Alors qu’en draft arène, il est tout à fait possible d’avoir l’occasion de jouer avec plusieurs légendaires notamment l’infâme Ragnaros ou l’excellent Ysera !

3legendaires

3 légendaires. Hé oui !

 

Yeti

Une des meilleures communes !

Bref, pour avoir une idée de la valeur de chaque carte, certains joueurs n’hésitent pas à partager leurs listes avec vous. Trump a établi une bonne tier-list des cartes communes à favoriser. D’autres listes plus complètes et souvent mises à jour sont dispos un peu partout sur les internets.

Enfin, j’ai lancé il y a peu l’émission live « Les Seigneurs de l’Arène » dont le principe consiste à inviter un joueur et à partager avec vous des parties d’arène en expliquant nos stratégies de draft/jeu. On tente de prodiguer un max de conseils (plus ou moins bons) le tout dans la joie et la bonne humeur. Le pilote est disponible ici et d’autres épisodes arriveront prochainement.

Et pour ceux qui se demandent ce que l’on peut gagner avec 12 victoires en arène :

12V_recoimpense

Les 150 gold pour l’entrée sont largement rentabilisés.

 Fin de BETA, début de…

La mise à jour de la nuit du mercredi 12 mars 2014 a marqué la fin du statut BETA de HearthStone. Après de longs mois d’équilibrage et de correction de bugs, le jeu est enfin officiellement lancé et disponible à tout le monde. Qu’est-ce qui change par rapport à ces dernières semaines de BETA ? Franchement, rien du tout. Mis à part l’équilibrage de deux créatures légendaires, le reste n’a pas bougé si ce n’est l’apport de nouvelles animations graphiques. Des petits FX lumineux en plus comme Blizzard sait si bien les faire et qui viennent flatter la rétine. Mais on ne va pas se leurrer, (oui, toi, je vois que tu te leurres, là) les animations sont vite agaçantes et inutiles, voire pénalisantes dans certaines situations. Une partie serrée durant laquelle la réflexion est de mise force souvent les joueurs à jouer durant les 15 dernières secondes de leur tour avec le compte à rebours représenté par une mèche qui se consume. Pour peu que l’on ait beaucoup d’actions à réaliser, il n’est pas rare que les animations ralentissent leur exécution. Il est très rageant de ne pas pouvoir achever la grosse créature adverse ou de ne pas lancer un sort car le jeu a pris son temps pour telle ou telle autre action. D’ailleurs, fin de BETA, ok, mais il reste des bugs et c’est assez gênant. Surtout lorsqu’une créature est invisible sur le board.

La fin de la BETA d’HearthStone annonce également l’approche d’une version iPad du jeu. Celui-ci étant contrôlable très simplement à la souris, une version mobile n’était évidemment pas à exclure et assez simple à mettre en place. De quoi redonner un bon coup d’élan à un jeu qui a déjà pris sa place dans l’arène de l’e-sport. De quoi nous occuper en attendant Heroes of the Storm ? 😉

Pour finir, voici un deck arène en Paladin avec lequel nous sommes parvenus à aller assez loin. Vous pouvez constater que la courbe de mana est très équilibrée et qu’il n’y a pas de légendaire. Juste une qualité de créatures et de sorts plus que convenable, le fruit d’un choix de pick réfléchi 😉

11V_deck

La qualité du deck est proportionnel à celle de la photo haha !

 

 

à suivre

Commentaires