# Report

Rock en Seine, un casque sur les oreilles

 

Chaque été ses festivals, et cette année Rock en Seine fêtait ses 10 ans ! Pour en profiter, j’ai gentiment été conviée à y participer par Sony et Silence Events, afin de vivre une expérience plutôt originale : écumer pendant 3 jours les 4 scènes installées, mais pour une fois, ma panoplie de parfaite festivalière comportait en plus des bottes, de la crème solaire et de la bière, un casque Sony MDR-V55 !

 

 

Un casque sur les oreilles en plein festival ? Mais pour quoi faire me direz-vous ? Alors explications :

Cette année, Sony a lancé l’opération « Ouvre tes Oreilles » en partenariat avec Silence Events. L’idée était de couvrir plusieurs festivals majeurs de l’été, et d’y envoyer des insiders, casque sur les oreilles et boîtier récepteur à la ceinture. Ce système permet de pouvoir suivre plusieurs scènes en direct, de n’importe quel endroit du festival.

Parfaitement équipés, nous étions donc prêts à braver ces trois jours intensifs avec un joli programme, comprenant entre autres The Black Keys, Sigur Rós, The Dandy Warhol, Eagles of Death Metal, Caravan Palace et j’en passe…

 

 

Day 1 – On prend ses marques, on prend des claques !

 

Déjà on commence par découvrir le site (c’était mon premier Rock En Seine donc découverte totale pour ma part), et ses différents stands, les 4 scènes, la grande roue, les bars…

 

   

 

Et on teste l’appareil ! Première surprise, le son est TOP, seconde surprise, proche de la scène, on se rend compte que le son arrive plus vite dans nos oreilles que dans le public ! Du coup, c’est un peu gênant, ça donne une sensation d’écho pas franchement agréable. En revanche, dès que l’on s’éloigne un peu, tout devient parfait, le son est pur, on peut échapper à la foule sans perdre une miette de son concert, vérifier si ce qui passe sur une autre scène nous plaît avant de la rejoindre, continuer à écouter son concert en se promenant… L’angoisse d’imaginer que l’on rate peut être LA prestation de la journée parce qu’on n’est pas au bon endroit disparaît.

 

 

 

Et on enchaîne les concerts ! L’un des aspects que j’aime dans les festivals, c’est qu’ils nous permettent de découvrir un tas de petits groupes, dont on n’aurait peut-être jamais entendu parler… Ce jour-là, les bonnes surprises étaient pour Citizen!, Get Wel Soon et Miike Snow (je vous reparlerai d’ailleurs bientôt un peu plus de ce groupe). Et la grosse grosse claque de la journée c’était sans surprise pour Sigur Rós et leur set enchanteur. Avec mon casque Sony sur les oreilles, je n’aurais pas pu rêver mieux pour profiter de la musique onirique des Islandais. Belle surprise pour Dionysos également, que je n’avais jamais vu en live. J’ai découvert un Mathias Malzieu fidèle à sa réputation, vraie bête de scène qui n’hésite pas à donner de sa personne et traverser une foule compacte en slamant jusqu’à la régie.

 

 

 

 

Day 2 – Rock N Roll !

 

Maintenant que le terrain est connu, nous pouvons nous la jouer un peu plus relax avant d’attaquer la soirée et trois des groupes que j’attendais le plus : Caravan Palace, Eagles of Death Metal et surtout LES BLACK KEYS !

Du coup, j’en ai profité pour me promener, admirer les looks étudiés au millimètre des petites fashionistas, et surtout jongler de scène en scène avec mon récepteur Silence Events, posée tranquillou une bière à la main… J’ai ainsi pu découvrir notamment Of Monsters and Men, groupe de folk Islandais bien efficace, et Hyphen Hyphen, groupe d’electro rock Niçois débordant d’énergie.

 

   

 

Et les choses sérieuses commencent ! Les Caravan Palace ont réussi une fois de plus à faire danser la foule, tous âges et tous styles confondus, ils sont efficaces et leur bonne humeur est tellement communicative qu’il est impossible de ne pas se trémousser devant leur prestation. Une fois de plus mon casque m’a bien servi, ne serait-ce que pour m’isoler des bavardages incessants de mes voisins…

 

Un peu plus tard sur la même scène, ce sont les Eagles of Death Metal qui ont fait remuer la foule et pogoter ceux ayant eu le courage d’atteindre les premiers rangs. Jesse Hughes, hyper charismatique, n’hésite pas à faire une petite dédicace aux autres stars de la soirée, les Black Keys, en arborant fièrement un t-shirt à leur nom, et c’est justement l’heure de rejoindre ces derniers… Une foule immense se tasse devant la Grande Scène. Y’a pas à dire, le duo Américain a vraiment réussi a conquérir le public avec son dernier album. Le concert quant à lui est hyper agréable, et même si les deux membres ne sont pas ce que l’on peut appeler des bêtes de scène, ce sont de très bons musiciens qui ne nous décevront pas. Et entendre les titres que l’on écoute en boucle depuis des mois, en live, et au milieu d’un public de fans qui dansent et qui chantent, c’est toujours un plaisir !

 

 

 

 

Day 3 – Joyeux anniversaire Rock En Seine

 

Troisième et dernier jour du festival avec une programmation plus que chargée ! Il va falloir enchaîner les scènes sans perdre un instant, et une fois de plus mon casque est le bienvenu pour faire les transitions.

Une petite déception pour Friends et les Dandy Warhols, dont les sets ne décollent pas vraiment, mais les prestations de Kimbra (et sa supeeeeeerbe robe), le hip hop / soul / funk des Versus, et le rock des Stuck In The Sound viennent vite remonter le niveau.

 

   

 

Cependant, la grosse grosse surprise du jour va à l’avant-scène all star. Petite surprise organisée pour les dix ans du festival, 10 groupes ayant fait leurs débuts à Rock En Seine viennent faire une reprise spécialement pour l’occasion, le tout ponctué de sketches des désormais célèbres Airnadette. Nous avons ainsi pu voir défiler Jil Is Luky, Success, Molecule, de nouveau les Stuck In The Sound ou encore Gush. Le niveau est là et c’est un bien bel hommage auquel nous avons pu assister. Le public en redemande et les groupies de José Reis Fontao hurlent à gorge déployée.

Pour finir la journée, les Littles Dragon nous avaient préparé un set dansant et énergique comme ils en ont le secret, et les Foster The People ont offert au public l’un des plus jolis shows de ces trois jours, à base de gros personnages gonflables sur scène, d’une pluie de confettis et Kimbra de retour en guest pour l’un des titres.

 

Le festival s’achève ainsi au bout de trois jours, avec Green Day sur la Grande Scène, face à un public qui s’étend à perte de vue. Pas étonnant au vu des nombreux t-shirts à l’effigie des groupes croisés dans la journée. Moment pour ma part de rendre définitivement mon récepteur Silence Events, avec une petite pointe de regret, car même si les autres insiders de l’évènement et moi-même sommes un peu passés pour des ovnis avec nos casques sur le crâne pendant ces trois jours, bénéficier d’un tel son retransmis en direct, c’est un luxe dont on n’a plus vraiment envie de se passer.

 

 

 

 

En tout cas si le principe vous intrigue, n’hésitez pas à aller jeter un œil à la page Facebook de Silence Events, pour suivre leurs évènements. Et pour les parisiens, prochaine soirée « Silence on dance » ce vendredi à la Rotonde. Quant au casque MDR-V55, s’il vous a séduit, continuez à suivre le blog, il se pourrait bien qu’avec l’aide de Sony, nous ayons une petite surprise pour vous.

Et si vous n’en avez pas eu assez, plus de photos ici !

 

à suivre

Commentaires

2 réponses à “[Report] Rock en Seine, un casque sur les oreilles”

  1. Marisa dit :

    @Jess : C’était magnifique, t’aurais adoré 🙂