# Ma vie de geek

J’ai pas le temps…

« Oh merde , il va encore brasser de l’air le Praska là » Oui effectivement. On va parler de ce problème que tout le monde rencontre : mais où passe notre temps? Non pas que je sois nostalgique, non moi le rétrogaming c’est occasionnel, non je ne regrette pas forcément les musiques et les dessins animés de quand j’étais petit, sauf Dragon Ball Z parce que Dragon Ball Z. Non je ne suis pas un nostalgeek, non moi je suis chronophage, oui j’occupe une partie de l’espace-temps mais j’en voudrais encore plus. Pas d’espace forcément mais du temps !

C’est un peu le gros problème de tout le monde non? Si vous avez une vie de couple, votre vie de gamer en prend un coup, si c’est votre vie de core gamer qui va bien, votre vie sociale prend un coup. Bon la solution ça serait d’avoir une vie sociale et là BAM plus de loisirs, égoïste de geek, plus de jeu vidéo, plus de jeu, plus de série. Mais comment on fait? COMMENT réussir à tout gérer?

Time is Money BITCH

Une amie m’a dit que je trainais trop avec des « geeks », des gens déconnectés de la réalité qui passent leur temps sur twitter/blog/facebook/jeuvidéo/activité sur écran, que ces gens étaient déconnectés de la réalité et des sentiments « humains ». En grand défenseur de la non-cause, j’ai dit « ouaip t’as raison », en entrevoyant pendant une seconde l’image que les autres ont de nous : « Ils ne vivent pas vraiment, ils se réconfortent dans leur réalité ». Très vite, je me suis repris et j’ai tenté de montrer que vivre sur un écran permettait d’avoir une autre vie, d’être libre mais qu’on gardait toujours les pieds sur terre. La force de la « vie sur un écran » c’est le coté non-virtuel, le temps et les émotions sont bien réels : j’ai peur devant un film, je pleure devant doctor who, je suis amoureux 5 fois par jours sur les réseaux sociaux , je « like » vraiment cette photo. Ce que l’écran nous apporte c’est du TEMPS ! Le temps de découvrir et de partager.

Alors si on vivait tous sur un écran? Bah non ça serait trop facile et puis faudrait que j’arrête d’écrire là! Saloperie.

Crédit: journaldugeek.com

On me reproche souvent d’être la tête dans le téléphone, c’est assez glauque et ce n’est pas agréable pour les gens autour de moi. On passe à coté des émotions des gens qui nous entourent, de leur attention, de leur envie, être quelqu’un sur internet ou sur l’écran c’est facile, être quelqu’un de bien dans la vraie vie ça ne l’est pas. Et le problème dans la vie, c’est qu’on ne maîtrise pas du tout le temps. Dans la vie, il faut accepter de s’emmerder un peu, être patient, attentif. L’écran c’est un défouloir, un endroit où l’ennuie n’existe plus, une porte constante sur les autres ; mais la première porte sur les autres, c’est la parole, un moyen de relier espace et temps, en parlant simplement en prenant son temps. Le temps, cette saloperie me manque vraiment, j’ai de plus en plus de mal à gérer tout ça, mon coté technophile arrive à diriger mon énergie pour créer et engendrer des projets, mais peut-être en oubliant mon coté social, finalement, le temps c’est le vrai luxe? Et quand on a plus le temps de rien, c’est qu’on a pas tout compris non?

Je connais bien mon problème, je manque de temps, par choix, oui on choisit de manquer de temps, c’est paradoxal mais c’est la triste vérité. Alors pour pas perdre trop de temps, j’envoie un sms à mes potes au lieu de les appeler, pour gagner quelques secondes, j’envoie un tweet au lieu de rechercher moi-même une information, je suis paresseux au lieu de prendre mon temps. Oui mais pour l’instant c’est comme ça que j’aime vivre et puis c’est quoi cet article là, je n’ai pas le temps pour ses conneries !

à suivre

Commentaires

8 réponses à “[Ma vie de geek] J’ai pas le temps…”

  1. Ahh… Comme je te comprends…J’en regrette l’époque où je pouvais avoir le temps de glander sur le canapé, à zapper sans savoir quoi faire ! C’est bon parfois de s’ennuyer 🙂

    Le pire c’est quand on en vient à se dire qu’on loupe sûrement beaucoup à ne pas réussir à prendre le temps de vivre !

    • Pras dit :

      Mon analyste dirait que j’ai peur de me retrouver avec moi même, moi je crois que c’est elle qui a peur de se retrouver avec moi :p

  2. Squall dit :

    +1 ! Le problème c’est parfois l’entourage qui ne comprend pas et qui ne veut pas comprendre parce qu’il n’y a rien à comprendre … rien d’excusable, mais voilà la tête du « Nouveau Monde » aka. « La Rupture générationnelle »

    • Pras dit :

      C’est pas SI générationnelle justement, il y a des gens dans notre génération qui ne sont pas beaucoup sur LINTERNET

  3. elchikito dit :

    Que te dire mon bon ami si ce n’est que je partage absolument tout ce que tu dis…
    Ca fait du bien de lire ce genre de billets tiens !
    Bon on se boit un Experience 1 ??? hein ? Hein ?

  4. Jeremy dit :

    Je pense que les 2 prochaines personnes les plus riches du monde seront celles qui déposeront un brevet sur la téléportation et la machine à remonter le temps (dans une DeLorean ou pas). Et avec ça, tu verras déjà plus de problème de temps!

  5. Crow95 dit :

    JE me reconnais dans cet article, tout a fait d’accord avec toi Pras et le catcheur, j’assume mon coté geek et c’est avant tout ce qui fait notre personnalité.

    PS : merci pour l’adresse de l’Alchimie, j’y vais vendredi soir.

  6. Nico G dit :

    Yep, je rejoins ton impression. Par contre je pense vraiment que c’est générationnel. Là où c’est paradoxal, c’est que normalement on devrait avoir plus de temps pour nous: Temps de travail réduit, les temps d’attente sont réduits, les distances aussi, on peut toujours tout faire plus rapidement qu’avant grâce notamment à internet et à la téléphonie mobile. Mais on constate l’effet inverse, l’humain s’est habitué au monde instantané à tel point que profiter du temps n’a plus de sens, puisque de plus en plus d’action n’en nécessite presque plus. Profiter au maximum du temps que l’on a donne l’impression de ne plus en avoir. J’ai aussi le sentiment parfois qu’on est prisonnier de nos nouveaux besoins, les medias, les jeux videos, les séries etc. Là ou avant il fallait par exemple attendre le samedi soir pour voir sa série préférée à la tv, le reste du temps on faisait d’autres activités plus « réelle » et plus « aléatoire » en attendant. Aujourd’hui on peut avoir presque tout tout de suite et quelque part on s’enferme dans nos envies « instantanées » tandis qu’autrefois on avait une vision plus passive de la vie, on attendait que les choses viennent, ce qui nous donnait une impression d’avoir plus de temps et de liberté.