# Communauté

Il était une fois le Bargaming, merci vous

Profitons de ce petit mois tranquille pour que je vous parle un peu de la fin du Bargaming et du coup de son début aussi un peu. Permettez-moi d’être un peu nostalgique, il semblerait que je ne le suis pas assez dans ma vie.

289831_284074178288663_438600763_o

Comme tout bonne chose, le Bargaming a commencé en deux fois. La première, c’était à l’arrache comme l’a dit Sandrine au quotidien le plus lu de France. C’était au Baboto. C’était juste des coups de fils à des potes pour avoir des consoles, c’était nos télévisions, c’était nos consoles et quelques unes de chez MO5. C’était sans assurance, sans fond, sans promesse, à l’arrache. Juste quatre personnes qui se disait qu’on pouvait jouer à des jeux vidéo dans des lieux cool sans être awkward. C’était le premier Bargaming. Sandrine, Kévin et Jérémy, pour les citer, mes gens sûrs avec qui j’ai parcouru le monde et les aventures de l’internet, avec qui j’ai vécu, avec qui on a fait le BARGAMING.

Je vais donc juste les remercier pour commencer parce que je le dis souvent mais je l’écris rarement. Merci vous 3 pour la motivation qu’on avait à l’époque, l’esprit fou et surtout la volonté de s’amuser et de faire jouer les autres. Sans vous, pas de Bargaming.

La seconde fois, on a monté une association. On a demandé à des gens super cool de venir nous aider pour faire l’animation. J’aimerai en citer quelques uns mais il y en avait tellement que je ne veux pas en oublier. Vous étiez beaux et cool, vous renonciez aux lots de dingue pour faire rire les gens, c’était génial. Oui, être animateur ou membre, c’était renoncer à la pluie de cadeaux qu’on offrait. Je me rappelle encore mon frère qui, ayant gagné son lot, a dû le redonner car il faisait partie du staff sécurité ou encore Nabil qui gagnait tous les tournois sans jamais gagner quoique ce soit. Merci les gars vous étiez géniaux.

L'équipe du BarGaming au grand complet

Encore maintenant, je me rappelle de chaque Bargaming avec une petite excitation. Une fois l’association montée, les projets ont grandi, la couverture “médias” aussi. On avait le mot Bargaming, on avait le concept. D’autres ont commencé à lancer des Gaming Bar, des Bar à jeux vidéos. Cool, mais ce n’était pas notre BG. Notre Bargaming était nomade, sans attache et c’est à contre-coeur que nous avons parfois fait des événements au même endroit. L’excitation c’était aussi de découvrir de nouveau endroits et de construire un événement à chaque fois. El chikito et Jim, les deux MC dont on avait besoin, ont vite amené leur énergie, l’un en animant nos soirées, l’autre en construisant des jeux spécifiques pour chaque événement, deux génies. Aidés par Trywan, Wirejess, Nalexa ou Manimal, on commençait à faire du bon boulot assez rapidement.

 

https://www.flickr.com/photos/pimpmycab/6548526397/in/photolist-aYEUKx-aYEQLr-7rdmJX-aYETAc-bBp9aU-aYERJF-bQiWPt-aYEVtH-dZbDQg-dZbG92-9kd4a7-bQiUev-bBpBd3-7Y227e-dZbGtV-aYEQwP-bBokE1-dZbGgx-aYEUbX-9yq86m-bBpxss-6AgXtE-bBpvZ5-bBpKGf-dZbEGB-aYERZZ-aYEQd2-bQiArc-bBoZwm-bQiTf8-6Ah1tf-9k7iF3-bBpNkS-aYERuH-aYEQE4-aYENUZ-dZbH3Z-bQiEBP-dZhm9s-bQhZ32-74asM4-aYER7n-aYEVPD-aYEStX-bBpskq-dZhpEu-dZbEdg-aYETWV-aYEVy2-7Y5gnL

Les lots étaient gérés des mois à l’avance, les consoles, les nôtres presque tout le temps, des grands noms du jeu vidéo nous suivait, les médias mais aussi les éditeurs, les constructeurs. C’était bien, très bien, le public kiffait. Le public ? Oui, nous avions un public qui nous faisait confiance à chaque événement, à qui on disait jamais grand chose mais qui était prêt à payer l’entrée sur une promesse. Un public exigeant qui râlait un peu, qui partait souvent après les concours ou les tournois, qui ne consommait pas beaucoup dans les bars, mais un public plein d’énergie qui nous donnait de la passion et de belles ondes.

Au bout de quelques éditions, on commence à gérer assez facilement les choses. On commence à avoir une routine. On est une association. On fait quoi avec ? Des événements plus gros ? Oui on pourrait, on a failli faire un hippodrome ; on a monté des devis dingues pour des gros jeux. Mais est-ce vraiment ce qu’on voulait ? Ce que je voulais ? J’ai vu arriver dans l’équipe une sorte  d’habitude, de négligence dans les détails parce qu’on commençait à ne plus avoir la pression d’un événement, on commençait à maîtriser le feu. Ce feu, l’excitation de construire un truc hors du commun n’était plus là.

Je ne vais pas mentir, le feu je l’ai perdu aussi. Le Bargaming était un événement qui faisait plaisir à nos invités, à nos guests ; mais à un moment, je me suis demandé ce qu’il m’apportait à moi. Si au début c’était le challenge de proposer des soirées parisiennes hors du commun, le but n’a jamais été de faire de l’argent avec ou d’en devenir professionnel. Un bar avec du jeu vidéo, non merci. La preuve, j’en fréquente que très rarement maintenant qu’il y en a partout. Non le Bargaming, c’était la volonté de surprendre les gens avec des lieux originaux et des jeux vidéo, sortir le joueur de sa routine, ne pas l’attirer dans une nouvelle.

Le premier !

Le premier !

Dit comme ça , vous pouvez peut-être penser que c’était qu’ une partie de plaisir. Autant faire un écart , spécial, NON.  La partie Jeu-vidéo, la partie gaming , c’était facile. La gestion des bars et des clubs, ça c’est l’enfer sur terre. Entre ceux qui comprennent pas qu’il nous faudra plus d’une heure pour installer, entre le chef de régie complètement drogué et les prix qui changent en plein milieu de la soirée, il y a avait toujours une merde à un moment. En parlant de merde, il m’est même arrivé de laver les toilettes parce que le patron voulait pas le faire, oui bon sur le coup je me disais que c’était le deal, vu que nos gentils invités consommaient pas beaucoup ( lol ) . Oui c’était pas facile et on s’est engueulé plein de fois avec ce milieu de la nuit, quelques rares fois ça se passait bien ( normal quand les patons étaient des potes). Voilà c’était le paragraphe de la réalité triste et sale mais ça on le gardait pour nous!

Le Bargaming m’a enrichi plus que je ne pouvais imaginer, plus que je ne pouvais espérer. J’ai rencontré des gens hors du commun, beaucoup sont devenus des amis. J’ai pu rencontrer mes idoles du jeu vidéo, aider des associations de jeu vidéo, partager mon enthousiasme et ma passion du jeu vidéo. C’était bien.

Il y a quelques jours j’ai envoyé le courrier de dissolution du Bargaming. Oh, l’association est mort-vivante depuis des années mais écrire sa fin, c’est autre chose. Il y a eu tellement de moments qui resteront dans ma petite tête, certains ont été immortalisé par les photos et les dizaines de vidéos de l’événement. Vous le trouverez forcément un peu en cherchant sur l’internet ( J’en ai mis plein ici déjà, merci @Kitsuney et @Rougenoirblanc pour les vidéos et les plus belles photos)

14347454887_fbc058c3ca_o-1

Finir une association, c’est finir les papiers, finir la possibilité d’une soirée, vider les placards de jeux et de jeux vidéo. Ranger un bout de sa vie. Cette vie, je l’ai aimé avec les membres, les animateurs et même les invités. Mais c’est surtout aller vers autre chose. Chaque membre du Bargaming est passé à autre chose et c’est ça qui est important, c’est que le Bargaming n’était pas une fin en soi, mais un moment de kiffe entre potes. Ce moment, on en a profité au maximum, on a foutu le feu mais maintenant il est en nous.

Finir le Bargaming, c’est ça . Admettre qu’on avait plus envie mais qu’on a tellement kiffé. Admettre qu’on a pas su aller plus loin parce qu’on avait pas cette envie. On aime penser que l’association a rendu le jeu vidéo plus cool, les sorties entre geek plus conviviale, parce qu’on était des putains de gens COOL. On peut jouer un peu partout à des jeux vidéos, on peut trouver des bar avec du gaming mais il n’y aura pas de Bargaming parce ce qu’il y avait vraiment des fous, c’était mon équipe et mes animateurs. La capacité à transmettre du plaisir aux invités ! Le coeur de l’association c’était surtout ça, cette motivation, cette énergie, notre feu.

Une fois perdu, impossible à retrouver. À un moment, je pensais que faire plaisir aux autres nous suffirait, me suffirait. Non ce n’est pas le but du Bargaming, c’était un délire un peu égocentrique, se faire plaisir.

5994235985_ac61891d09_z

Il restera donc de superbes souvenirs, des merveilleuses rencontres et un taux de kiffe que je n’aurai peut-être plus jamais mais que je suis content de les avoir partagé avec Kevin, Sandrine, Jérémy, Flo, Jim, Jess, Cédric, Thierry, Alexandrine, les dizaines d’animateurs et les centaines de nos invités. Du fond du coeur, je vous remercie pour toutes ces heures dans notre association.

Et pour finir sur un truc plus léger, j‘aimerai que tu me dises quel était ton meilleur moment (oui on se tutoie si tu as lu jusqu’ici) et même si tu n’en as pas un, on prend même juste les petits mots <3

Qui sait, j’en ferai peut-être quelque chose ! Vous avez été nombreux à me raconter vos histoires, j’aimerai les garder pour nous.

à suivre

Commentaires

2 réponses à “Il était une fois le Bargaming, merci vous”

  1. UlrichRozier dit :

    🙁

à lire aussi

Articles similaires

# Vie de Pras #1
Video Games, Freq5 et XB