# Critique ciné

Savages, le dernier film d’Oliver Stone

 

Savages – sortie le 26 septembre 2012

Oliver Stone depuis quelque temps on s’en méfie. Certains doutent, d’autres crient au procès d’intention, il n’empêche qu’il ne chôme pas, et voici venu son dernier bébé : Savages. La distribution est du genre XXL avec Taylor Kitsch, Aaron Johnson, Blake Lively, John Travolta, Salma Hayek et Benicio del Toro. Un gros film américain donc, mais que vaut-il ?

 

Dans Savages, le scénario est simple et met en scène deux potes << à la vie à la mort >>, l’un super doué en horticulture et l’autre qui rentre d’Afghanistan avec des graines de cannabis dans la poche. (Merci de ne pas essayer de reproduire ça chez vous, ou en rentrant d’Amsterdam). Après quelques retouches ce cannabis devient LA référence dans le milieu. Jusque là tout est joie, gloire, amour, beauté et aussi pas mal de graisse graphite pour rapports sexuels tumultueux.

Eh oui car les deux super potos sont tous les deux amoureux de la super bombasse du film : O. D’ailleurs les plus anciens y verront une référence à une œuvre érotique, une amie de l’héroïne de l’œuvre, panier en osier, lubrifiant saveur fraise, mais on s’égare.

 

Oui donc nos deux dudes font de la drogue (c’est _mal_) top niveau, ils envoient jusque dans les studios de feu Delarue… Et là, le cartel des méchants Mexicains entend parler des gringos entre deux découpages de têtes. Ce doit être une tradition lors des fêtes familiales, comme la Wurst que l’on découpe en rondelles outre-Rhin.

Déjà très sec, ce cartel voit sa lubrification ne faire qu’un tour lorsqu’une étincelle surgit. Comme ces génies de la marijuana savent la cultiver comme personne, faisons-les travailler avec nous. Et s’ils ne le veulent pas, on va kidnapper la potiche, comme ça elle monopolisera moins l’écran.

Maintenant il va falloir sortir de la routine habituelle et écraser ce mégot qui fait rire Bob. On retrousse les manches et on s’embarque pour 2h11 d’un scénario qui empile action, suspense, scènes un peu gore et une envie de vengeance sourde.

 

Nous on a aimé, alors il y a de bonnes chances que vous aimiez aussi, ou alors c’est que vous avez mauvais goût, si si 🙂

Sortie le 26 septembre 2012.

 

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=YwpbZX3nd38[/youtube]

 

Note sur 10 8
Voilà exactement le genre de film qui passe tout seul devant l'écran. Sexe, amour, violence, swag et cartels de la drogue prêts à tout pour te faire manger tes propres doigts, même si le goût ne te plaît pas, ça craint hein ? Un film qui nous a plu mais qui ne se prend pas la tête, un divertissement qui n'est pas couillon, un bon moment en salle. On ne l'attendait pas celui-là..
  • Benicio del Toro splendide en psychopathe.
  • Une photographie souvent superbe en extérieur.
  • Un scénario 100% fiction mais 100% plaisant tout de même.
  • Une Salma Hayek inattendue, aussi forte que fragile, aussi tendre que sans cœur.
  • Blake Lively ne sert à rien dans le film à part se faire kidnapper et montrer ses fesses. Remarquez ça en fait une sorte de Princesse Peach sexy pour appâter le mâle en manque de peau. Soit...
  • Dommage de ne pas avoir viré tous les détails assumés mais qui rendent le film tellement éloigné de ce que doit être le quotidien de ce que représentent nos protagonistes.

à suivre

Commentaires

3 réponses à “[Critique ciné] Savages, le dernier film d’Oliver Stone”

  1. DocWan dit :

    Le truc qui tue la gueule, c’est quand tu te rend compte que l’espèce de beau gosse d’Aaron Johnson c’est le héros de Kick Ass…

  2. MasterLudo dit :

    Je n’ai pas vu Kick Ass 8)

  3. DocWan dit :

    UNFOLLOW ! 😯

à lire aussi

Articles similaires

# Critique Ciné
No Pain No Gain
# Critique Resto
Sapporo