# Vie de Roman

L’anomalie de Hervé le Tellier, une histoire d’humain dans des avions

Vous l’aurez compris, désormais, seuls mes coups de cœur auront leur place ici. Je m’accorde ce luxe. Il est rare que je lise les lauréats du prix Goncourt, et encore moins de romans. Je les écoute souvent sur Audible et je lis beaucoup d’essais scientifiques ou sociologiques. Non pas par manque de temps, mais parce que dans d’autres médias, les jeux vidéo et les séries, j’avais trouvé une manière de raconter les histoires qui me séduisait davantage, par leur modernité et leur audace. Ce que j’apprécie, c’est la manière dont une histoire m’est racontée, plus que l’histoire elle-même. Alors, me replonger dans un roman n’était pas gagné d’avance. Au travail, on m’a incité à relire des romans, et j’ai découvert des lectures plutôt divertissantes. Petit à petit, on m’a recommandé de lire « L’Anomalie » et depuis, j’en parle à tout le monde.

Un roman oulipien, d’amour et de science-fiction

Je lance ce terme un peu lourd d’entrée de jeu : c’est une manière d’écrire qui se fonde sur un événement marquant pour tisser des récits autour de cet événement, dans un entrelacs d’intrigues qui s’entremêlent (l’image n’est pas de moi, mais d’Hervé Le Tellier).

Bref.

C’est un roman étonnamment accessible dans son intrigue: c’est l’histoire d’un avion qui atterrit deux fois.

Et l’auteur nous fait vivre tout ce qui peut découler d’une telle situation. Il explore une sélection de personnages qui lui permet de créer différents sous-genres pour chacun : un thriller, une romance, un roman policier, un traité philosophique, un essai théologique, un énoncé de théorème et même une épopée de science-fiction, ainsi que tous les autres genres que l’on peut imaginer.

L’intelligence du roman, d’une part, réside dans sa maîtrise parfaite de chaque style, de chaque technique. Il ne se contente pas de faire semblant, d’imiter ou de caricaturer : il maîtrise. D’autres part, c’est sa générosité envers ces personnages, ils sont denses sans avoir eu leur propre roman pour se développer, on les comprends, on les voit, on les humanise.

Toute l’humanité se retrouve dans ces passagers, ou presque, vous avez saisi l’idée. L’auteur prend aussi un malin plaisir à s’approprier ce qui se fait de plus moderne dans les séries et, encore une fois, à le transposer avec brio dans la langue française. C’est léger, précis, et impertinent, si j’ose dire ?

Si je devais vous convaincre de lire « L’Anomalie », je vous dirais que c’est un roman qui interroge notre réalité, notre avenir, avec un message que je trouve humaniste sans être naïf. C’est le plus beau roman que j’ai lu depuis des années. J’ai pleuré, j’ai ri, j’y pense encore tous les jours.

à suivre

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

à lire aussi

Articles similaires

# Théâtre/Expo
Frou Frou Les Bains