# Vie de Roman

Mémoires flous de Jim Carrey & Dana Vachon , la sur-fiction intropestive.

J’aime beaucoup monsieur Jim Carrey, pas seulement pour ses rôles, pas seulement pour ses personnages, mais pour son humanité qui dégouline, chaque fois que je le vois, j’ai envie de le prendre dans les bras, ce mec est un peu fou et c’est pas ce roman qui va vous dire le contraire.

Mémoires flous

C’est une fiction, mais le personnage principal c’est Jim Carrey, l’entourage du roman est son entourage réel. Il est impossible que ce ne soit que de la fiction, évidemment qu’on a des grands pans de sa personnalité dedans. Il aurait cité « Pour me comprendre, lisez le livre » , et bon sang j’ai pas tout compris.

C’est l’histoire d’un Jim Carrey , un peu vieux qui cherche un but à sa vie hollywodienne délcinante, il fréquente une nouvelle femme, prépare un nouveau rôle, il veut jouer « Mao » , ouais ce Mao là. A partir de là, tout part un peu dans tout les sens.

Car oui, à travers ce roman hyper mouvementé, on aperçoit des moments de respiration, de calme où on croit apercevoir les pensées de Jim Carrey, quand il parle de sa famille, de ses doutes, de ses envies, il est pas tendre avec lui même, on se surprends à essayer de le remettre sur la voie.

Et dans ces moments, ça repart dans un délire, entendez bien le mot délire, c’est du grand délire, à base de conspiration chinoise, sex-doll de Marilyn Monroe, de Nicholas Cage et de réalité virtuelle. C’est dur à lire, ce n’est pas de science-fiction mais on sent l’influence de ses méditations, il y a un coté sprituel certains, métaphysique probablement.

Cette dichotomie est difficile à appréhender et j’ai mis énormément de temps à lire et relire des passages pour comprendre ceux qui pouvait être de la confession et ceux qui était peut-être du bruit. Car c’est peut-être le défaut de l’exercice, on ne sait jamais vraiment à quel niveau de sincérité on peut prendre le roman.

Mais , j’ai décidé de le prendre comme un roman avec une dose de pudeur personnelle diffusée tout le long de l’aventure, ouais car c’est aussi un roman d’aventure avec des robots, des trips hallucinogènes, du sexe, du pouvoir et bien d’autre chose. Il nous livre des pistes de réflexion sur sa carrière, sa vie, sans jamais vraiment nous donner de réponse.

Ce n’est définitivement pas une autobiograhie mais c’est une note d’intention poétique, angoissé sur un artiste qui ne veut pas trop se montrer mais qui semble en avoir besoin. C’est un moment particulier à passer avec lui, je vous le conseille, on rigole aussi un peu évidememnt mais ce n’est pas sincérement ce qu’on retiens le plus. Encore une fois c’est son humanité qui me perce encore plus.

à suivre

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

à lire aussi

Articles similaires

# Critique Roman
Silo de Hugh Howey